AU COEUR DU METIER

KCl injectable : recommandations de bon usage chez l'adulte

Cet article fait partie du dossier:

Compétences infirmières

    Précédent Suivant

Suite à la dramatique erreur d'administration de chlorure de potassium injecté par une étudiante en soins infirmiers en IVD à un patient la semaine dernière à Bordeaux, ces recommandations de l'Agence régionale de Santé d'Ile-de-France en matière de bon usage sont indispensables à remettre en mémoire : mentions de l'étiquetage, dilution obligatoire, perfusion lente, surveillance des paramètres cliniques et biologiques du patient. Un poster est également disponible pour affichage dans les salles de soins.

Le chlorure de potassium injectable hypertonique est un médicament à haut risque

Le chlorure de potassium est une solution hypertonique qu'il faut impérativement diluer.

L’administration par voie intraveineuse de chlorure de potassium expose à des accidents graves voire mortels par arrêt cardiaque en cas de doses trop fortes ou trop rapidement administrées. Ces accidents surviennent la plupart du temps dans le cadre d’erreurs dans la gestion du circuit de la prise en charge médicamenteuse que ce soit au stade de la prescription, de son interprétation, de la préparation ou  de l'administration du chlorure de potassium : confusion avec d’autres ampoules d’électrolytes, absence de dilution, erreurs de conversion  d’unités et de calcul de dilution, injection trop rapide...). Il importe ainsi de s’entourer  d’un  maximum de précautions pour prévenir ces complications qui font partie de cette catégorie  d’événements qui ne devraient jamais survenir dans le cadre du soin des patients.

L’hypokaliémie est une situation clinique à haut risque de troubles du rythme  cardiaque  nécessitant impérativement des mesures correctrices. Cependant, les indications de la correction d’une hypokaliémie par l’administration par voie intraveineuse de chlorure de potassium, doivent être réservées aux hypokaliémies les plus sévères (kaliémie inférieure à 3 moles/L) ne pouvant pas être corrigées suffisamment rapidement par voie orale en fonction du contexte...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (2)

valériedc33

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#2

Analyser les causes d une erreur

Mettre le Kcl dans un coffre ne résout pas la question de son administration jusqu'au patient.

ce rappel sur l'utilisation et les précautions d'usage du kcl est essentiel.

Les erreurs sont des systèmes complexes dont les causes sont multiples. Leur analyse ne remet pas en cause la seule connaissance théorique liée au produit administré par erreur.
La cause organisationnelle est aussi à aborder. Car une fois l'électrolyte mis dans une seringue, plus rien ne permet de l'identifier comme dangereux. L'inscription sur l'emballage ne suffit pas.
Ce produit isolé et identifié dans une armoire à pharmacie est toujours à risque lorsqu'il est manipulé, sa préparation doit être isolée elle aussi de toute autre manipulation et il doit immédiatement être administré selon la prescription médicale pour éviter tout risque de confusion avec un autre médicament dans un contenant similaire.

humbertlouis

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#1

le kcl devrait etre mis en coffre!!!

pourquoi ne pas considerer le KCL comme les produits dangereux et le placer en coffre comme les stupefiants? les anglais le font bien...