AU COEUR DU METIER

Toilette et soins : action, érection, réaction ?

Cet article fait partie du dossier:

Compétences infirmières

    Précédent Suivant

"Avez-vous des astuces pratiques pour "enlever" rapidement une érection aussi bien gênante pour le patient que pour nous lors d'une toilette intime ?" Le problème peut paraitre trivial, mais apparemment il est assez fréquent. Preuve en est, les soignants ont été nombreux à réagir sur le forum suite à cette simple question postée par une étudiante en soins infirmiers. Certains en ont ri, beaucoup en ont plaisanté, d’autres ont essayé de se mettre à la place du patient et au final il en est ressorti quelques conseils à appliquer… ou pas.

Toilette et soins : action, érection, réaction ?

Face à un moment vécu comme gênant par le soignant, il faut toujours essayer de se mettre à la place du patient.

Faire des soins, des pansements, des toilettes, le travail infirmier n’est pas toujours évident. Les soignants sont confrontés à la tristesse, à la maladie, à la mort. Mais il y a des difficultés à surmonter auxquelles on ne s’attend pas forcément lorsqu’on entre en IFSI. Une jeune étudiante en soins infirmiers s’est retrouvée ou craint de se retrouver dans une situation embarrassante. Elle demande donc conseils à ses pairs : Avez-vous des astuces pratiques pour enlever rapidement une érection aussi bien gênante pour le patient que pour nous lors d'une toilette intime ? Le moins que l’on puisse dire c’est que les réactions ont fusé, chacun ayant sa propre manière de gérer… ou pas ce moment embarrassant.

J'espère que cela ne m’arrivera pas car j'aurai vraiment l'air bête et le patient aussi, réagit Jubo. En première année, ce n’est pas facile, tu es toute rouge et après, en fin de formation, cela devient quelque chose de banal et tu n'y fais plus attention..., estime Kesyalol. Pour Typh-, il n’existe pas de solution miracle mais elle donne néanmoins quelques pistes : diversion, lui parler de tout et de rien, éclater de rire, faire tomber ses illusions sur le fantasme de l’infirmière, le laisser tranquille… La soignante se demande quand même si les infirmiers sont confrontés, eux aussi, à ce genre de problème et comment gèrent-ils cela ?

Enfin, vu que je suis un mec, je ne ferais peut-être pas cet effet... Un problème qui ne concerne que les infirmières ? Cela ne m'est encore jamais arrivé ! Peut-être parce que je suis un homme, ont souligné certains internautes. Mais les soignants aussi peuvent se retrouver face à ce genre de situation comme le rappelle Nurse35 : je précise que je suis un homme et cela m'est arrivé en psychiatrie. J'ai laissé le patient tranquille et je suis revenu 20min plus tard. Pour d’autres,...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (6)

BRONCO

Avatar de l'utilisateur

41 commentaires

#8

Toilette et soins faits à une femme par un soignant

Quelques explications au sujet de mes 2 commentaires sur ce même sujet : il semblerait qu'il y ai sur le site des problèmes pour faire parvenir son avis. C'est ce qui explique que j'ai refais un deuxième commentaire, pensant que le premier, que je n'avais pas sauvegardé , n'était pas publié.
Toutes mes excuses.

BRONCO

Avatar de l'utilisateur

41 commentaires

#7

Toilette et soins faits à une femme par un soignant

Je souhaiterais apporter mon témoignage d'IDE masculin qui a été confronté à ce problème, mais vis à vis d'une patiente femme. Certes, cela est moins "visible " que chez un homme. Mais la turgescence des grandes lèvres accompagnée d'un lubrification sont des signes évocateurs.

C'est ce qui m'est arrivé lorsque j'effectuais le rasage de la zone uro-génitale d'une femme en vue de l'opération des varices de ses jambes. La dame était gênée. Je l'ai rassuré en lui disant que c'était une zone naturellement humide. Elle m'a parlé de son gynécologue qui était un homme, alors pour elle, pourquoi pas un IDE homme. Puis, nous avons parlé gynécologie et le problème s'est résolu de lui-même. Ce soin n'a pas été interrompu et a pu être mené jusqu'à la fin.

On parle, à mon avis, peu ce problème, qui comme pour les hommes , ne concerne pas toutes les femmes. Tabou ??? Pourtant, il me semble qu'il serait utile de l'évoquer, notamment avec les étudiants.

BRONCO

Avatar de l'utilisateur

41 commentaires

#5

Toilette et soins faits à une femme par un soignant

Il me parait important d'évoquer ce problème lorsque des soins sont donnés par un homme à une femme. Certes, cela est moins " visible". Cependant, lorsqu'il y'a une turgescence des grandes lèvres, accompagnée d'une lubrification, cela semble assez évocateur.

C'est ce qu'il m'est arrivé, lorsque j'effectuais le rasage de la zone uro-génitale d'une femme en vue d'une opération des varices des jambes. Cette dame était gênée. je l'ai rassuré en lui disant que c'était une zone naturellement humide. Elle m'a parlé de son gynécologue qui était un homme, alors pour elle, pourquoi pas un IDE homme. Nous avons continué à parler gynécologie. Le problème s'est résolu de lui même. Le soin n'a pas été interrompu et s'est déroulé jusqu'à la fin.

Je pense que ce témoignage pourra aider des collègues soignants masculins amenés à donner des soins à une femme et qui se trouveraient dans ce contexte. Je tiens à préciser que comme pour les hommes qui n'ont pas tous une érection lors de certains soins, toutes les femmes ne sont pas dans le cas que je viens de décrire.

On parle dans notre milieu des érections masculines lors de soins au niveau de la zone génitale, mais , sauf erreur de ma part, pas des signes d'excitations féminines lors de soins au niveau de leur zone génitale.

Tabou ???? Pourtant, cela existe et je pense, qu'il serait profitable d'évoquer ce " problème" notamment avec nos étudiants.

mathieubernard

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#3

j'ai été victime d'une aide soignante

Retour d'opération. Cancer de la vessie. Je puais le sang et la bétadine. Enfin on me propose une toilette des lieux concernés (consternés !!!) J'ai mal, mais sous l'effet du gant, tout à coup un sen"relève le gant" ! La gamine probablement impressionnée me claque la serviette et fout son camp. Hypocrisie mal séante le genre de truc qui fait mal. Surtout quand on sait qu'au bloc, le patient endormi sous l'effet de l'anesthésie (donc inconscient et non acteur) bande. C'est plus pratique d'être opéré des amygdales... mais on ne choisit pas toujours.

mathieubernard

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#2

j'ai été victime d'une aide soignante

Retour d'opération. Cancer de la vessie. Je puais le sang et la bétadine. Enfin on me propose une toilette des lieux concernés (consternés !!!) J'ai mal, mais sous l'effet du gant, tout à coup un sen"relève le gant" ! La gamine probablement impressionnée me claque la serviette et fout son camp. Hypocrisie mal séante le genre de truc qui fait mal. Surtout quand on sait qu'au bloc, le patient endormi sous l'effet de l'anesthésie (donc inconscient et non acteur) bande. C'est plus pratique d'être opéré des amygdales... mais on ne choisit pas toujours.

ajenguiaziz

Avatar de l'utilisateur

13 commentaires

#1

bonjour

bonjour

comme expliqué dans l'article, la toilette a souvent lieu le matin. Il est donc normal que certains patients soient en érection. C'est un phénomène involontaire et naturelle qui n'est pas forcément lié à une excitation sexuelle ...

Le mieux est de faire "comme si de rien n'était" et continuer de parler normalement avec le patient