COOPERATION

Protocole "Action de santé libérale en équipe", c'est parti !

Cet article fait partie du dossier:

Coopérations interprofessionnelles

    Précédent Suivant

Le protocole de coopération Asalee, qui associe des médecins généralistes de ville et des infirmiers, a été autorisé le 18 juin 2012 par l'Agence régionale de santé (ARS) Poitou-Charentes, a-t-on appris auprès des porteurs du projet.

domicile liberal medecins infirmieres cooperation protocole AsaleeAsalee, pour "Action de santé libérale en équipe" a été lancée en 2004 dans les Deux-Sèvres par l'association du même nom. Elle a fait partie des expérimentations de coopération entre professionnels de santé, dites "Berland".
Dans les cabinets libéraux participants, des médecins généralistes, associés à des infirmières déléguées à la santé populationnelle, mènent des actions de prévention, principalement auprès de patients atteints de maladies chroniques.

En juillet 2011, Asalee a déposé une demande d'autorisation de protocole de coopération au titre de l'article 51 de la loi hôpital, patients, santé et territoires (HPST), a expliqué Jean Gautier, président de l'association et référent du protocole. La Haute autorité de santé (HAS) a émis un avis favorable avec réserves le 22 mars 2012. Ces réserves ayant été levées, l'ARS a autorisé la coopération le 18 juin 2012.

Alors que l'association avait peu utilisé, jusqu'alors, de dérogations au décret de compétences des infirmières, le nouveau protocole leur confère davantage d'autonomie par rapport au médecin, a expliqué Jean Gautier.
Elles peuvent se voir confier quatre types d'activités nouvelles, indique la synthèse du protocole. La première est le suivi du patient diabétique de type 2. Cela inclut la rédaction et la signature de prescriptions d'examens (hémoglobine glyquée, microalbuminurie, dosage du HDL-cholestérol, créatinémie, fond d'oeil), la prescription et la réalisation d'électrocardiogrammes (ECG), la prescription, la réalisation et l'interprétation des examens des pieds.
Le protocole concerne également le suivi du patient à risque cardiovasculaire (prescription et réalisation des ECG); le suivi du patient tabagique à risque de bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO) (prescription, réalisation et interprétation de la spirométrie); une consultation de repérage des troubles cognitifs et la réalisation de tests de mémoire, pour les personnes âgées.

Cette nouvelle organisation prolongera les actions déjà menées auparavant par les infirmières, a expliqué Claudie Goubeau, infirmière référente du protocole. Première à être embauchée par l'association en 2004, elle intervient dans trois cabinets des Deux-Sèvres, dont celui de Jean Gautier, à Châtillon-sur-Thouet.
Auparavant, les infirmières d'Asalee réalisaient déjà des actions d'éducation thérapeutique, des tests cognitifs, ou encore des dépistages (diabète, cancers du sein, du côlon et du col de l'utérus). Le nouveau protocole "va nous permettre de diversifier notre activité, et de voir plus de patients", a-t-elle commenté.

Extension du réseau en vue

Ces nouvelles missions s'accompagnent de formations, comme celle sur la spirométrie pour la BPCO dispensée à plusieurs infirmières début juillet. Les cours sont dispensés par des médecins d'Asalee, par des enseignants d'instituts de formation en soins infirmiers (Ifsi) et par des associations agréées, a précisé Jean Gautier.

L'association Asalee rassemble actuellement quelque 25 infirmières (20 équivalents temps plein) en Poitou-Charentes, mais aussi en Rhône-Alpes, en Lorraine et en Bourgogne. Salariées pour la plupart - mais aussi, pour certaines, libérales ou en exercice mixte -,elles travaillent avec environ 120 médecins.

Jean Gautier espère bientôt pouvoir "multiplier ce chiffre". Des discussions sont en cours avec les pouvoirs publics sur l'extension du réseau, pour laquelle la reconnaissance du protocole était "un préalable", a-t-il affirmé. Il a rappelé qu'une telle reconnaissance permettait à des porteurs de projet d'autres régions de solliciter plus facilement des dérogations du même type.

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (2)

Sancho

Avatar de l'utilisateur

183 commentaires

#2

Travail en réseau ... Enfin

Bonjour,
arrêtons de croire que seul les médecins sont capable de faire de la médecine et que les infirmiers sont leurs exécutants.
La médecin a de nombreux niveaux et chacun l'exerce avec ses compétences.
Le recueil de donnée, l'analyse d'une situation de santé et l'examen "clinique" d'un patient, c'est notre rôle propre ! (Cf décret de "compétences)
Le suivi des pathologies chroniques rentre bien dans cette logique, je ne pense pas qu'il faut être obligatoirement médecin pour surveiller un patient presentant une pathologie chronique ...
Par contre, il faut être médecin pour traiter des complications et rectifier une prise en charge de maladie chronique pose problème et s'aggrave.
D'ou le travail en réseau... et l'intérêt du Binôme Medecin / Infirmier
Cordialement.

flopoit

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#1

l'ARS ces bienfaiteurs...

Voila de nouveaux l'ARS ces bienfaiteurs qui viennent soutenir notre profession!
Du fait de la desertification medicale des campagnes, on attribut de nouveaux roles aux ide liberales qui voient la une autre façon de gagner un peu plus de clients.

Je ne comprend pas pourquoi ces autorités regionales n'impose pas une meilleure repartition medicale, ça permettrai une meilleure prise en charge car quoi qu'on en dise une excellent ide ne pourra jamais se substituer a l'oeil expert et au diagnostic medical.
Arretons de soit disant valoriser la profession en attribuant de nouveaux actes aux ide alors que l'on sait tres bien que c'est parce qu'on ne sait pas comment faire autrement coté medical !!!