ETHIQUE

Et si nous devions prendre soin d'un terroriste ?

Cet article fait partie du dossier:

Ethique et soin

    Précédent Suivant

Comment ferait-on pour soigner son semblable en ayant à l’esprit qu’il a une part de responsabilité dans d'abjectes tueries comme celles qui ont endeuillées Paris le 13 novembre dernier ? Comment ferait-on pour soigner cet homme « comme les autres » sans distinction. Parce que c’est un sacré enjeu. On a beau se targuer d’être des soignants ne faisant pas de différences, comment ferait-on là ?

Sylvie Robillard CNEWSSylvie Robillard, infirmière et membre du comité de rédaction d'Infirmiers.com était invitée, le samedi 19 août 2017, sur CNEWS pour aborder ce sujet délicat.

Aujourd’hui, je ne suis plus sur le terrain mais je me souviens parce que j’ai eu un exercice professionnel auprès de criminels, auprès d’hommes et de femmes qui avaient maltraité, voire tué leurs proches, enfants, parents, conjoint… Je sais que c’était difficile mais j’y suis arrivé. Parce que l’empathie, oui, enfin, toutes proportions gardées, parce que le non jugement, enfin le moins possible, parce que l’écoute parce que l’espoir ou la certitude d’avoir en face de moi un être humain. Mais là, dans un contexte où une telle horreur nous a assailli. Comment ferait-on ? Je ne peux pas parler à la place de ces collègues confrontés à ce cas de figure mais si c’était moi, est-ce que j’y arriverai ? Est-ce que je soulagerai de la même manière la douleur physique de cet homme ? Est-ce que j’arriverai à lui faire sa toilette sans dégoût ? Et je reste très pragmatique, je ne parle ni de souffrances, ni d’accompagnement. Soigner cet homme. Prodiguer des soins techniques, peut-être. Mais prendre soin ? Comment ? Et pourtant, c’est ça notre cœur de métier, prendre soin.

Comment fait-on pour soigner un criminel ? Je n’ai pas la réponse et je suis égoïstement heureuse de ne pas devoir être à la place de ces collègues là. Je sais pour l’avoir fait que je suis capable de soigner des délinquants sans faire de différence, mais là ? Etre empathique ? Mais c’est hors de question, je ne veux pas être empathique c'est-à-dire avoir comme le dit le dictionnaire Larousse en ligne avoir la « Faculté intuitive de se mettre à la place...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (6)

chris28

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#6

ne pas se poser la question !

il m' est arrivé par le passé de prendre en charge un homme , détenu à perpétuité pour viol et meurtre , et mes collègues et moi on ne se posait pas la question : il est là pour être soigné et on va le soigner , on en fera pas plus pour lui , ni moins ....... mais c' était presque facile de ne pas le regarder dans les yeux , il était dans le coma ..... il aurait été éveillé , je crois que , tout en lui prodiguant ses soins , je n' aurais été qu' une machine .... mais en fait je ne le saurai jamais vraiment .....

M. Camomille

Avatar de l'utilisateur

3 commentaires

#5

il tremblera, je tremblerai

La question se pose, nous ne sommes pas sans conscience et sans jugement.
Voir la haine dans les yeux de l'homme que nous soignons ralentirait bien notre bras déjà tremblant. Mais serait-il à ce point rempli de haine, ou ne tremblera-t-il pas, saisi par la peur de mourir ?
Que soignerons-nous au fond de son âme par notre geste aux avant-postes?
C'est l'acte même du satyagrahi, le non-violent qui suit la voit de Gandhi, homme qui, comme vous le savez sans doute, a été brancardier en Afrique du Sud quand la haine raciale sévissait, celle des blancs sur les noirs.
Comme le Mahatma, la Croix-Rouge est née sur les champs de bataille parce que le soldat est un pion.
L'infirmier est un non-violent.



Tandis que la justice et l'enquête demandera qu'il vive pour qu'il réponde de ses actes, qu'il donne des informations.
C'est mieux d'être un infimier citoyen de démocratie que de soigner en dictature ou en état de guerre pour renvoyer l'homme sur le champ de bataille ou à la torture.

un EIDE

binoute1

Avatar de l'utilisateur

597 commentaires

#4

la question ne se pose

que quand on sait.

quand on ne sait pas, l'individu est soigné comme son voisin.

En ehpad, on avait eu une discussion avec des collègues sur "si tu apprends que M. Z a été condamné pour pédophilie"

cheikh list

Avatar de l'utilisateur

20 commentaires

#3

soin démilitarisé

Un soin ne doit pas se baser sur un sentiment de compassion ou de haine.
Récupérer un blessé de guerre, d'accident ou d'attentat doit rester un blessé.
Il existe d'autres instances pour les juger, les indemniser et/ou les condamner.
Prendre soin n'est pas prendre part...
Un soignant avait refusé de soigner une conductrice responsable d'un accident de voiture ayant causé deux morts.
Ça peut partir à la dérive si les soignants ne soignent plus, si les juges ne jugent plus.
J'ai soigné un militaire blessé non francophone. J'ai soigné un corps meurtri sans le pourquoi du comment. C'était ma logique du soin.
L' éthique permet de relativiser un soin,
la déontologie permet de le sécuriser.

kindeur lulu

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#2

IDE prison

Texte très intéressant, plus facile à dire qu'à faire... mais j'y travaille, avec de l'aide car dans ces cas là on peut développer un sentiment de culpabilité de les soigner... et pas grand monde pour nous aider...

execho

Avatar de l'utilisateur

188 commentaires

#1

un livre,

que je n'ai pas lu:Soigner l'ennemi de Lisa Ouss Ryngaert.