AU COEUR DU METIER

Nina : la série hospitalière qui rime avec glam ! Le 17 juin, sur France 2...

par .

Une série télévisée qui met en scène le quotidien d'une infirmière, sur Infirmiers.com on en rêvait ! Nina - c'est le nom de cette infirmière « stagiaire » de 39 ans qui démarre sa carrière hospitalière à l'hôpital Madeleine Brès – débarque donc le 17 juin prochain sur France 2 en prime time. Avant que vous nous livriez vos commentaires que l'on imagine nourris dès sa diffusion,  voici un décryptage par quelques chanceux (ou pas… ) qui ont visionné certains épisodes en avant-première…

Nina, série hospitalière, france 2

Nina, « la super infirmière » au centre, et la fine équipe du service de médecine interne du centre hospitalier Madeleine Brès sur France 2 le 17 juin 2015

D'emblée, le personnage de Nina prend le contre-pied de tout ce que l'on aurait pu imaginer. Les scénaristes s'y sont gentiment laissés aller. En effet, fille de médecins, après cinq ans de médecine, dix ans à soigner le cancer de sa fille et un divorce tout récent, a presque 40 ans, c'est dans la blouse d'une infirmière que Nina reprend sa vie et sa carrière bien décidée à régler ses comptes avec la maladie, les hommes et surtout la médecine. On la retrouve donc dès le premier épisode de cette saison 1, infirmière « stagiaire » (avant sa titularisation donc) à l'hôpital Madeleine Brès (l'hôpital de Villeneuve St Georges où s’est déroulé le tournage) dans le service de médecine interne dirigé par son ex-mari. Quel hasard ! Leur mariage n'a résisté ni à l'épreuve du temps, ni à celle de la maladie).

Nina, fille d'un grand interniste et d'une obstétricienne renommée, prend le risque de les décevoir et de tracer son propre chemin dans l'univers hospitalier auquel elle ne peut décidément pas échapper...

Nina, la « super infirmière »

Nina, selon les scénaristes, est une infirmière rebelle, capable de remettre les patrons à leur place et forcer les portes qui lui résistent. Vous l'aurez compris, les patients vont l'adorer et les médecins la détester. Parce qu'elle sait faire parler les patients, qu'elle sait les écouter, Nina obtient des informations décisives pour établir un bon diagnostic… et donc une bonne prise en charge ! Ben voyons… L'écoute et le soin comme profession de foi, l'envie de vivre et d'aimer comme prescription, tel est le résumé de ce personnage d'infirmière résolument engagée, dynamique, courageuse, résistante, féministe et bien sûr amoureuse… une « super infirmière » sans peur mais pas sans reproches, à l'hôpital, on le sait bien, il faut savoir rester à sa place. Annelise Hesme, la comédienne qui incarne Nina, le souligne : Nina, ne sait pas prendre ses distances avec les gens, ni avec les patients, il n'y pas de filtre entre elle et les autres, un peu comme moi d'ailleurs ! Hyper empathique donc, ce qui est peu recommandé, voire tout bonnement proscrit lorsqu'on exerce le métier d'infirmière ! Et de poursuivre, Nina est une série féministe et sociale qui permet également d'aborder et de défendre des sujets qui parlent à tout un chacun : la vie, la mort, la maladie, la souffrance, l'injustice, les sujets tabous, l'amitié, l'amour... De bons ingrédients pour de bons sentiments !

Une série d'infirmière où tout est vu par le prisme de l'humain, du drama, et où chaque cas médical révèle une histoire humaine singulière

Ecouter la comédienne Annelise Hesme défendre l'infirmière Nina...

Quand le professionnel croise un peu trop le personnel

Dans son service, Nina trouve (ou retrouve) une famille de coeur, toute aussi passionnée qu'elle, où chacun pèche aussi par ses faiblesses et ses travers. La série suit d'ailleurs parallèlement les démêlés relationnels de Nina avec ses collègues et ses proches. Hélas, les personnages qui entourent Nina n'échappent pas tous à la caricature :

  • le Dr Costa Antonakis, ex-mari de Nina, beau gosse, bosseur et fin politique, qui ne perd pas l'espoir de refonder sa famille… ;
  • Léo Bonheur, l'infirmière référente de Nina, âgée de 22 ans, au tempérament trempé, cinglant et au passé secret… ;
  • Samuel Proust, interniste brillant mais « degré zéro de l'humanité » ;
  • Nadine Leroy, cadre de santé du service, entièrement dévouée à son travail et proche du… burnout… ;
  • Dorothée Aries, étudiante en soins infirmiers, un peu nympho, elle rêve de devenir infirmière car elle craque pour les médecins... ;
  • Djalil Bensaïd, le psy de service et au service affectif de Nina… ;
  • Hélène Maurier, jeune pédiatre, nouvel amour du Dr Costa, version rêvée de ce qu'aurait pu devenir Nina si elle n'avait pas eu d'enfant si jeune…

Bon, on va le dire franchement, Nina devrait plaire au grand public car elle a tout pour elle et surtout contre elle ! Héroïne de son quotidien, peu d'infirmières cependant devraient s'y reconnaître. Les usagers des soins ou futurs usagers rêveront sans doute de la rencontrer en chair et en os… peine perdue, Nina est pure fiction et dans son cas la fiction dépasse très largement la réalité !

Nina serie hospitalière

Le Dr Samuel Proust : le meilleur ennemi de Nina. « Pour la gentillothérapie, il y a les infirmières, merci. »

La saison 1, soit huit épisodes, est programmée à compter du 17 juin prochain, à raison de deux épisodes groupés par semaine… Nina occupera donc l'écran 4 semaines durant. A l'issue de ses premières aventures, c'est le public qui décidera si elle reviendra en deuxième saison… Les scénaristes ont déjà planché et « super Nina » devrait donc encore frapper ! Si elle est titularisée, elle devrait en effet gagner en maturité, parce que côté « grande gueule » difficile de faire mieux…   Une bonne nouvelle ?

C'est vous qui nous le direz !

• Nina, 8 x 52', une série produite par Barjac Production, créateurs de la série : Alain Robillard et Thalia Rebinsky, réalisateurs : Nicolas Picard-Dreyfuss et Eric Le Roux ; diffusion à compter du 17 juin 2015 sur France 2, prime time.

Infirmier(e)s, ils(elles) parlent de Nina

Ils ont vu en avant-première quelques épisodes de Nina, voici ce qu'ils en pensent…

  • Nina! Une série soap à souhait, entre "Sous le soleil" et "Plus belle la vie", n'épargnant personne et surtout pas les clichés sur le monde médical et hospitalier. Car c'est une stagiaire infirmière toute mimi, hyper motivée et qui se mêle de tout, qui tient le haut de l'affiche, et du coup on ne va pas s'en plaindre. Même si c'est un monde très éloigné du réel, ne doutons pas du succès de cette série à la Frenchie, car au final, les bons sentiments, on adore ça ! Florence, infirmière libérale.
  • C'est sans doute un peu pathétique cette vision, non? Nicolas, Ibode.
  • Beaucoup de bons sentiments, hélas grinçant pour la profession. Médecin raté mais super infirmière... Entre un Grey's Anatomy à la Française et un Nurse Jackie sans le côté rock. Aucun doute ça va plaire au grand public. Romain, infirmier aux urgences.
  • Cela va plaire au téléspectateur… Il va pouvoir imaginer ce qui se passe derrière les murs de l'hôpital et laisser vivre ses fantasmes sous les blouses blanches… Est-ce une image pour notre profession? J'en doute… Pierrette, infirmière libérale.
  • C'est très capable de me scotcher devant l'écran sur 8 épisodes même si c'est une vision plus que réductrice du métier avec des dialogues plus que moyens… Thomas, infirmier enseignant.
  • Clairement c’est plus une comédie de mœurs qu’une série hospitalière… Je veux bien aller bosser dans ce service moi puisque comme Nina, je pourrais faire ce qui me chante, me balader dans tout l’hôpital et rêvasser des heures en regardant par la fenêtre. En plus, j’aurais le temps de tenir la main des patients (et c’est vrai que ce serait bien d’avoir le temps), je pourrais rester avec eux en radio pour les rassurer (et là aussi, ce serait bien de pouvoir le faire). Et, j’aurais aimé aussi avoir un psy aussi souvent que possible… Sylvie, infirmière formatrice.
  • Une infirmière touche à tout et apte à beaucoup...(tellement que cela en est suspect! ) dont le rêve inavoué aurait été de terminer ses études de médecine. Elle est boostée par une motivation à toutes épreuves, sauveuse dans l'âme… Une série prête à savourer sur son canapé après une journée de travail, un moment de détente addictif… Myriam, infirmière libérale.
  • Bien que de nombreux clichés et idées reçues se retrouvent en Nina et son entourage... quoi de mieux pour prendre un shoot d'univers hospitalier comme on peut le fantasmer, ragot & compagnie ! Après Dr House, Nina "Super Infirmière », nous fait rêver et nous donne presque envie d'être hospitalisés !  Alix, infirmière puéricultrice.
  • Un divertissement léger, assez inclassable… Ce n'est pas du Nurse Jackie car il n'y a pas cette déviance et cette acidité, loin de là. Ce n'est pas non plus Grey's Anatomy (ils ne couchent pas - encore - les uns avec les autres, ça va pas durer...), ni Urgences  (pas aussi dynamique), ni Dr House (cas médicaux peu exploités). Curieux d'un truc qu'on n'a pas l'habitude de voir… Pierre, infirmier enseignant.
  • Ce que je trouve bien et intéressant dans cette série, c’est qu’elle touche à des sujets dont on parle peu : les hommes battus par leur femme par exemple, le refus de soin, la fin de vie et le regard des proches, le burn-out des soignants et des cadres en particulier, le regard des obèses sur eux-même, les logements insalubres encore aujourd’hui… En conclusion, cela détend et on aimerait avoir des infirmières comme ça, disponibles, compréhensives, efficaces, compétentes… Une série comme un rêve ?  Claire, infirmière hospitalière.
  • N'oublions pas que les clichés font les séries, la vie d'une infirmière illustrée de manière réaliste n'aurait certainement pas le potentiel de tenir le public plus de 15 minutes. Je doute que la ménagère aimerait nous voir tourner les patients pour leur laver les fesses ! Anthony, jeune infirmier diplômé.
  • En tout cas, Superman existe ; c'est une femme et elle s'appelle Nina. La preuve, elle arrive à sortir du cambouis un homme en arrêt cardio suite à un AVP, le genre de truc qui n'arrive pas dans la vraie vie, ou si peu... Elle est d'ailleurs très surprenante : elle s'occupe d'un petit garçon, et bien sûr elle parle le grec couramment. Nul doute que si un groenlandais débarquait pour une overdose de graisse de phoque, elle parlerait eskimo (sans accent). Trop forte, la fille. Didier, infirmier psy.
  • Si le but de la série est de valoriser les infirmières qui manquent de reconnaissance comme chacun sait, pourquoi pas ? Si c’est de faire avancer public et décideurs dans la connaissance de leur métier, ça me semble surfer sur les a priori largement partagés, le relationnel et l’affectif … Serge, médecin.
Creative Commons License

Bernadette FABREGASRédactrice en chef Infirmiers.combernadette.fabregas@infirmiers.com @FabregasBern

Commentaires (14)

hector2

Avatar de l'utilisateur

5 commentaires

#14

je trouve que...

D’accord avec les commentaires négatifs, cependant il ne faudrait pas non plus idéaliser le monde des soins.
En effet avec les restrictions budgétaires que nous connaissons, il faut reconnaitre honnêtement que les soignants qui travaillent en intérim, ce qui est mon cas, sont malheureusement de plus en plus « facilement » témoin de maltraitance.
De par des prise en charge auxquelles on n’a de moins en moins de temps à accorder (toilettes, changes, écoute du patient, etc…) vu qu’il y a de moins d’heures travaillées pour autant de patients.
J’ai vu des endroits avec 4 toilettes planifiées par heure.
Comment bien faire en respectant patients, soignants et normes d’hygiène ?
Des endroits avec l’ensemble des résidents (100%) traités avec diurétiques et laxatifs à fortes doses en plus de traitements déjà conséquents…
Je me suis senti vraiment mal, et bien loin de ce pour quoi j’ai choisi ce secteur d’activité, l’aide et le soin vers l’autre.

capucine7119

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#13

honteux

A ceux qui ont regardé cette série, sachez que notre quotidien n'a rien à voir avec cette série... Cela m'a fait de la peine pour tout ceux qui se battent, qui manifestent en ce moment pour qu'on respecte notre profession et que les soignants soient reconnus à leur juste valeur....
Cette série est un manque de respect pour tout les professionnels de santé qui se lèvent très tôt chaque matin, finissent de bosser tard, n'ont même pas le temps d'aller aux toilettes ou de manger... C'est une honte de representer le métier d'infirmière par une nana qui se balade de service en service, qui a une tasse de café la moitié du temps dans la série... Encore une série où les personnes qui en font partie ne connaissent rien à la réalité du terrain....

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

16 commentaires

#12

pas réaliste mais amusant

ce qui me plait dans la série c'est son côté distrayant mais pas du tout réaliste

dans la vraie vie, quand on est suspecté d'avoir passé une dose 10 fois supérieure à la normale, je doute qu'on continue sa journée

et la p'tite ESi nymphomane, je ne pense pas non plus que ce soit possible de s'absenter fréquemment pour faire des gros câlins

j espère que les futurs ESI ne vont pas se précipiter dans la formation avec de tels clichés, ça risque de faire mal quand elles seront confrontées à la réalité

mon espoir secret est que Papa et Maman se remettent ensemble pour le bonheur de leur fille
oh faites que ce soit vrai!! suspense suspense
suite au prochain numéro

ha ha

funky moussaillon

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#10

Réaliste ?

Cette nouvelle série se veut réaliste puisque les comédiens ont été "briefé"par des professionnels qui ont validé les gestes,les dialogues,ah bon?depuis quand une ide laisse un patient seul alors qu'il vient de faire un arrêt cardiaque( on ne voit même pas l'ombre du charriot d'urgence ni même d'autres infirmières arriver)depuis quand on rentre au bloc en civil(pas de sas on passe directement du bloc au service?)sans oublier les clichés ridicules et autres inexactitudes:l'infirmière qui se prend des pauses à sa guise,qui se promène,qui descend manger au self en tenue,qui suit son patient au bloc et en examen...bref très très loin de la réalité du métier d'infirmier,pas sûre que cette série serve la profession bien au contraire...désolé mais on ne m'y prendra plus!

quichou13

Avatar de l'utilisateur

72 commentaires

#9

Laissons sa chance au produit...

Pour avoir eu le privilège de visionner la série: on se laisse emporter par toute cette incohérence et tous ces bon sentiments. C'est excessivement éloigné de la réalité, mais on est bien dans une série TV destinée au grand public et non dans un documentaire sur les IDE. Donc autant le prendre du bon coté et se dire qu'au final une IDE en vedette c'est assez rare et elle a pas forcément le trait grossi sur des défauts énormes: c'est son excès de zèle qui n'est pas crédible... et c'est pas si grave au final. Dans Grey's anatomy; les toubib font bien pire au niveau "transfert de tache"! La misère et le burn out ne font pas vendre et n'intéressent personne, iriez vous vous coller devant une série représentant une IDE qui pète un câble pendant 8 épisodes? après une dure journée de travail? surement pas, alors vivent les bisounours!!

binoute1

Avatar de l'utilisateur

535 commentaires

#8

@léalisa

oui oui c'est vrai et tant mieux.
Mais j'aurai tendance à trouver ça moins péjoratif quand ça vient d'une personne du milieu que qd l'association est faite par la télévision....

léalisa

Avatar de l'utilisateur

12 commentaires

#7

glam

Ben Binoute, on peut être infirmière et glam, ce n'est pas incompatible, lol.

Je pense qu'il faudra regarder cette série pour ce qu'elle est : une série et puis c'est tout. C'est comme les Experts qui parviennent à résoudre des triples meurtres en 40 min....

Déjà que les "documentaires" du type baby boom sont parfois un peu beaucoup éloignés de la réalité (merci les montages), les séries...

binoute1

Avatar de l'utilisateur

535 commentaires

#6

déjà rien que le titre

de l'article sent bon le cliché : --> infirmière et glam....

mickaelm

Avatar de l'utilisateur

141 commentaires

#5

sirop d'érable

maelablaize, pour exercer au Québec depuis 4 ans, j'ai malheureusement peur que la perception que l'on a des soins infirmiers au Canada depuis la France, soit elle aussi, conséquente d'une œuvre de fiction....

maelablaize

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#4

A voir....???

L'idée est bonne, de pouvoir montrer ce qu'est le métier d'infirmier. Cependant, vont-ils réussir à mettre en avant les salaires dérisoires face aux responsabilités du métier, la réduction du personnel qui inflige un manque de temps pour faire correctement son métier (pouvoir écouter les malades à tout moment...noter immédiatement ce que l'on vient de faire pour la traçabilité, les erreurs sont de plus en plus nombreuses quand il faut faire de plus en plus vite...et tout ceci crée davantage de stress entrainant des dépressions, des gens aigris ou encore des burns-out , sans compter les infirmier(ères) qui finissent par changer de métier par écoeurement), des personnes travaillant jour comme nuit selon les besoins et arrêts médicaux de plus en plus nombreux (indicateur du mal être de ce métier), des plannings de travail souvent fournis à court terme impliquant des problèmes pour s'organiser dans sa vie personnelle (surtout que l'on peut être appelé s'il y a des arrêts imprévus, même un week-end de libre... ).... on a beau avoir le droit de grève, il y a la conscience professionnelle du personnel médical et une obligation de service minimum qui arrange les structures médicales et les politiciens. Donc, autant dire que ça ne sert à rien! La seule possibilité de voir se métier reconnu à sa juste valeur serait de voir les médecins se battre et revendiquer aux côtés des infirmier(ères). Mais, cela les arrangent bien d'avoir de petites mains à leurs ordres et formant leurs externes et internes (je parle pour les infirmières étant encore en poste dans le même service depuis des années!)
A bon entendeur.... il serait bon de voir ce qui se passe au Canada.

LittleFairyNurse

Avatar de l'utilisateur

3 commentaires

#3

Enfin ...

Enfin une série "centrée" sur les IDE. Après Grey's Anatomy où l'on nous laisse entrevoir des infirmières juste bonnes à se faire saut** par les médecins, ça fera peut être du bien.

Maintenant, coe2 , pourquoi jeter la pierre à la vedette en disant qu'elle doit s'adapter à la réalité du quotidien? Il ne faut pas oublier qu'il s'agit tout de même d'une oeuvre de pure fiction. La seule chose à laquelle l'actrice doit s'adapter c'est ... le script qu'on lui donne.
Et pis pour ce qui est de "recruter" ... est-ce que tout ceux qui regardent Grey's Anatomy, Dr House ou Scrubs (pour ne citer que ça) finissent médecins? C'est à ça que sert le côté exagéré qu'on retrouvera sans doute dans la série.
Mais il ne faut pas oublier que la plupart des gens ont déjà eu à faire à un infirmier, et que la plupart savent faire la différence entre une série (dans laquelle l'infirmière peut prendre 1h afin de discuter avec le patient, puis 1h à regarder les oiseaux par la fenêtre) et la réalité (voir des personnes surmenées à qui on demande toujours plus et plus vite).

coe2

Avatar de l'utilisateur

36 commentaires

#2

Ou

Je découvre cette "pub-réalité" concernant notre profession., et aussitôt je me pose quelques questions :
Est-ce pour activer la reconnaissance de la profession avec l'aval de notre chère ministre ?
Une révision de nos "actes techniques effectués dans les règles de l'art", ainsi que de notre décret de compétences ?
Y ferez-vous référence au salaire de cette infirmière idyllique, à ses heures supplémentaires non payées, à son comportement face aux agressions ?
Est-ce pour recruter style "bouffe américaine" les jeunes bacheliers, en vantant tous les avantages de la profession..... ?
J'invite donc la vedette de la série à venir passer quelques jours dans le service où je travaille, afin qu'elle peaufine son rôle, via la réalité du quotidien.
Désolée, mais on ne joue pas avec la santé, la vie et l'avenir des personnes que l'on aide avec juste nos moyens humains et beaucoup de convictions.

binoute1

Avatar de l'utilisateur

535 commentaires

#1

bingo,

à peine à la moitié de l'article ! --> "Dorothée Aries, étudiante en soins infirmiers, un peu nympho, elle rêve de devenir infirmière car elle craque pour les médecins... ;"

ben nous voilà bien....