RECHERCHE

Edito - "Les recherches infirmières ont autant de valeur que toutes autres recherches"

par .

Cet article fait partie du dossier :

Recherche en soins infirmiers

    Précédent Suivant

"Trop souvent encore, la recherche paramédicale est positionnée à distance du soin, comme une discipline à part entière, compliquée à mettre en œuvre, très "intellectualisée". Elle a pourtant intérêt à s'intégrer à la pratique clinique dans le but de développer des nouvelles solutions, hypothèses ou techniques pour nous aider à mieux soigner, tout simplement". Voici, en substance, ce qu'a soutenu avec force et brio, Isabelle Fromantin, infirmière PHd, expert en Plaies et Cicatrisation, lors des 3e Journées Francophones de la Recherche en soins (JFRS) à Angers. La recherche paramédicale est donc bien une voie d'avenir !

ampoule lumière

Les recherches menées par les paramédicaux bénéficieront, in fine, aux patients et au système de santé dans son entier. Le mieux-être des patients reste en effet au coeur des préoccupations soignantes.

La recherche paramédicale est une voie d'avenir. En effet, Yan Bubien, Directeur général du CHU d'Angers, l'a affirmé en ouverture de ces JFRS 2016, et il n'a eu de cesse de le soutenir deux jours durant, s'investir dans la recherche, c'est saisir un moyen pertinent de questionner sa pratique. C'est favoriser l'instauration d'une culture de la performance au sein des organisations de soins. Ces engagements contribuent à garantir la qualité des soins centrée sur les besoins et les attentes des usagers. Un discours fortement incarné par la présidente du Comité scientifique de la manifestation, Isabelle Fromantin, infirmière PhD, expert en Plaies et Cicatrisation à l'Institut Curie (Paris). Levier principal de l'innovation pour le soin de demain, la recherche s'attache à répondre aux besoins de santé de plus en plus complexes et exigeants. Les nouvelles technologies en santé et leur apport en matière de recherche - la thématique de ces JFRS 2016 - représentent aujourd'hui un formidable moyen pour répondre à cette complexité croissante. Outre le fait qu'elles vont permettre des soins plus centrés sur les attentes et les besoins des patients, elles ouvrent à tous les professionnels de santé de multiples perspectives en matière de recherche. Pour cette infirmière à l'élan communicatif, les JFRS sont l'occasion d'expliquer que la recherche en soin est une opportunité, un espace de liberté pour structurer des idées, des projets, et les mener à bien. Allons plus loin, il s'agit même de revendiquer un double espace de liberté : celui de penser mais aussi de panser, dans une belle synergie qui reflète, amplifie et valorise la démarche clinique du professionnel de santé. Catherine Delaveau, coordonnatrice générale des soins au CHU d'Angers, l'a également rappelé : les infirmiers sont les professionnels paramédicaux les plus enclins à appréhender la globalité et la complexité des parcours de soins des patients.

Trop souvent, la recherche est positionnée à distance du soin, comme une discipline à part entière, compliquée à mettre en œuvre, très "intellectualisée".

Laurent Poiroux, infirmier PhDs, coordonnateur paramédical de la recherche au CHU d'Angers, l'affirme lui aussi haut et fort, on attend des infirmiers-chercheurs d’eux qu’ils soient des acteurs de l’innovation en termes d’organisation ou de pratiques des soins. A travers leur activité de recherche, ils devraient pouvoir fournir des recommandations susceptibles de guider la pratique des professionnels de terrain. On attend aussi d’eux qu’ils s’investissent activement dans l’universitarisation et la réingénierie des formations initiales et post-diplômes. Et Isabelle Fromantin de souligner également dans son discours une chose très importante : les recherches infirmières ont autant de valeur que toutes autres recherches, il ne faut donc pas avoir de complexes à les mener.  Et de préciser sa pensée : trop souvent, la recherche est positionnée à distance du soin, comme une discipline à part entière, compliquée à mettre en œuvre, très "intellectualisée". Je pense qu'au contraire, la recherche en soin a intérêt à s'intégrer à la pratique clinique dans le but de développer des nouvelles solutions, hypothèses ou techniques pour nous aider à mieux soigner, tout simplement. Une idée partagée par Catherine Delaveau : oui, les paramédicaux, pris dans une culture du « faire » et de la transmission orale, ne s’autorisent pas forcément à se lancer dans de tels projets d’envergure, encadrés par une méthodologie stricte et des dispositifs de labellisation parfois complexes.  Voilà qui est dit, et c'est utile car il faut bien le constater, sur le terrain des soins infirmiers, le seul mot "recherche" peut parfois inquiéter par manque de connaissances sur le sujet, décourager et donc détourner les soignants de projets qu'ils sont pourtant tout à fait à même d'initier. La démarche de démocratisation de la recherche paramédicale, par une pédagogie adaptée et démystifiante, s'avère indispensable et les complexes en la matière sont inutiles.

La pluridisciplinarité et la complémentarité dans la recherche en soins sont une vraie richesse.

Pour tout soignant, en effet, s’investir dans la recherche est un moyen de garder élevé son niveau de satisfaction au travail, de réfléchir en continu à la qualité des soins et aux moyens de la préserver ; une magnifique mission qui, par les temps qui courent, devient plus que nécessaire. Bien sûr, il va sans dire que les parcours des chercheurs, des plus expérimentés aux plus profanes, ne manquent pas de difficultés. En effet, au-delà des pré-requis - formation, méthodologie, créativité, disponibilité, pugnacité... - les questions de financement sont au coeur des programmes de recherche. Quant à l'accompagnement bienveillant des cadres, cadres supérieurs, Directions des Soins et directeurs d'établissement, il n'est pas au rendez-vous partout... Il fait pourtant souvent la différence ! Isabelle Fromantin a rappelé également que la pluridisciplinarité et la complémentarité dans la recherche en soins sont une vraie richesse. Illustration immédiate avec l'exemple d'un travail mené au CHU de Toulouse et porté par une infirmière anesthésiste, Martine Quintard, visant, à l'aide de l'hypnose associée à la kinésithérapie et au MEOPA à réduire les douleurs rebelles à type d'algodystrophies. Une approche "alternative" qui a fait ses preuves : les patients récupérant une meilleure qualité de vie ; ce projet présenté en poster et retenu par le comité scientifique comme quelques 50 autres, a bénéficié du prix de l'Innovation, un prix d'ailleurs remis par Infirmiers.com ! Trois autres posters ont également été récompensé à l'occasion des JFRS : Prix scientifique du jury, Prix du jeune chercheur, Prix du public.        

Evenement intéressant à l'issue de la première journée de congrès, surtout pour les principaux intéressés, paramédicaux porteurs de projets de recherche dans le cadre du Programme Hospitalier de Recherche Infirmière et Paramédicale (PHRIP) ... Hélène Coulonjou, Chef du bureau Innovation et Recherche Clinique, au ministère des Affaires sociales et de la Santé, a  annoncé en avant-première - et avec une demande de confidentialité malgré un public nombreux - les résultats 2016 ; résultats à l'heure d'aujourd'hui encore non publiés sur la plate-forme dédiée Innovarc . Un beau scoop et l'on sait déjà qu'une équipe du CHU d'Angers verra son projet financé !

De belles perspectives

Dynamisme, enthousiasme, créativité, compétences... les Journées Francophones de la Recherche en Soins depuis leur première édition, en 2013, sont un événement réjouissant, porteur de très belles perspectives pour les paramédicaux mais pas seulement. In fine, ce sont les patients et le système de santé dans son entier qui bénéficient - et bénéficieront - des belles avancées issues de ces projets de recherche innovants. Isabelle Fromentin l'exprime : nous montrons ainsi notre engagement, notre "foi" en la recherche pour le mieux-être des patients que nous prenons en charge et qui restent au coeur de nos préoccupations

Creative Commons License

Bernadette FABREGASRédactrice en chef Infirmiers.combernadette.fabregas@infirmiers.com @FabregasBern

Retour au sommaire du dossier Recherche en soins infirmiers

Publicité

Commentaires (1)

L0ngimanus

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#1

Bravo

J'ai toujours été attirée par cet aspect de notre métier.. mais malheureusement (contrairement à cet article) j'ai rencontré des personnes ayant plutôt tendance à me freiner, me décourager de m'engager dans cette voie.
On est trop souvent réduite "dans la culture du "faire""...ce qui est bien dommage!
Aujourd'hui mon activité professionnelle ne me permet pas de concilier cette recherche.
Je dis bravo à toutes celles et ceux qui se lancent de ce beau projet!!