IDEL

Convergence infirmière s’attaque à la question du stationnement des IDEL

Alors que Paris montre l’exemple depuis le 1er janvier 2018, la question du stationnement des professionnels de santé libéraux reste un véritable problème dans nombre de communes. Le syndicat d’infirmiers libéraux Convergence Infirmière demande ainsi une entrevue au ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, et l’ouverture d’une concertation sur le sujet, « afin de trouver une solution pérenne pour les infirmières ».

Parking payant

« En verbalisant à outrance, en mettant en fourrière les véhicules des professionnels de santé (…), les municipalités les dissuadent de prendre en charge les patients résidant dans les villes où le stationnement est difficile, voire impossible »

Le combat continue pour Convergence Infirmière. Le syndicat d’infirmiers libéraux, dans une lettre adressée au ministre de l’Intérieur Gérard Collomb, revient sur l’épineuse question du stationnement des infirmiers libéraux et demande une entrevue au ministre à ce sujet. Il faut en convenir : le problème du stationnement de véhicule est quasiment constitutif de la profession d’infirmière libérale, puisque 90% des soins s’effectuent aux domiciles des patients... ce qui, au quotidien, implique d’incessants déplacements, principalement urbains pour assurer cette proximité, souligne la présidente de Convergence infirmière, Ghislaine Sicre, dans son courrier, avançant des chiffres : Concrètement, plus d’un million et demi de patients sont quotidiennement pris en charge par les infirmières libérales. En d’autres termes, on pourrait dire que cette profession représente ‘le plus gros hôpital de France’ ! Et puis, disons le ouvertement : combien d’hospitalisations évitées, grâce à elles ?.

Plus d’1,5 million de patients sont quotidiennement pris en charge par les infirmières libérales. On pourrait dire que cette profession représente "le plus gros hôpital de France" !

Forfaits de stationnement exorbitants

Les raisons de la colère ? Depuis le 1er janvier 2018, les maires peuvent fixer librement le montant des PV de stationnement. D’une ville à l’autre, le prix à payer varie, mais quasiment toutes les communes françaises ont décidé d’augmenter le tarif de cette redevance, affirme le syndicat infirmier, assurant pourtant que les infirmières ne sont pas et ne seront jamais la variable d’ajustement [des municipalités] !. Un seul exemple, tiré de l’actualité : celui de Colmar où les soignants doivent s'acquitter, depuis le 1er janvier, d'un forfait de 300 € pour se stationner, relève, ce 16 janvier, le journal l’Alasace.fr. La circulaire 86-122 du 17 mars 1986, dite "circulaire Joxe", autorisait une certaine tolérance en matière de stationnement. Pourtant, depuis quelques temps, nombre de municipalités veulent imposer aux professionnels de santé, et notamment aux infirmières, l’achat d’une carte de stationnement à des prix totalement prohibitifs : de 250 € à 750 € par an. Un montant aberrant et carrément inadmissible !, s’insurge encore le syndicat.

A quand le macaron « PRO soins à domicile » pour toutes les villes de France ?

Face à cette situation, et alors que la Maire de Paris, Anne Hidalgo, a pris cet été des mesures (cf notre encadré plus bas) en faveur du stationnement des infirmiers libéraux, mesures saluées par de nombreux représentants infirmiers et professionnels, Convergence Infirmière demande officiellement l’ouverture d’une concertation à l’ex-maire de Lyon, afin de trouver une solution pérenne pour les infirmières.

Convergence Infirmière souhaite à l’instar de la ville de Paris que les maires de France s’engagent pour assurer la continuité des soins à toute la population et mettent en place le macaron « PRO soins à domicile » pour continuer à dispenser les soins à domicile, dans toutes les villes de France. Car c’est bien de cela dont il s’agit : faciliter le travail des professionnels de santé pour éviter de les décourager d’aller soigner leurs patients dans des secteurs urbains où le stationnement est difficile, voire impossible, rappelle le syndicat qui fait valoir l’argument de l’intérêt général.

Stationnement des professionnels de santé libéraux : Paris montre l’exemple

La Maire de Paris, Anne Hidalgo, a présenté lundi 4 juillet 2017 à l'hôtel de Ville son nouveau dispositif de stationnement à destination des professionnels de santé libéraux qui effectuent des consultations à domicile. Principale mesure annoncée : le stationnement gratuit pour tous les professionnels de santé libéraux, médecins mais également infirmiers, sage-femmes, masseurs-kinésithérapeutes ou orthophonistes, exerçant dans la capitale, immatriculés à Paris ou en petite couronne (Hauts-de-Seine, Seine Saint Denis et Val de Marne), et intervenant au moins 100 fois par an au domicile des patients, à compter du 1er janvier 2018. Après des mois de négociations, le Conseil de l’Ordre des Infirmiers de Paris avait en effet pu obtenir de la Mairie de Paris une carte de stationnement gratuit pour les 1500 infirmiers libéraux de Paris, alors que jusque là seuls 500 médecins de Paris pouvaient bénéficier d’une vignette spécifique ; un droit qui concerne aussi bien les associés, collaborateurs ou remplaçants.

Concrètement, ce nouveau dispositif a pris la forme d'une carte de stationnement "PRO soins à domicile", dont l'obtention est gratuite, renouvelable annuellement, réservée aux professionnels de santé libéraux se déplaçant chez leurs patients. Elle leur permet, depuis le 1er janvier, de stationner gratuitement sur le domaine public de voirie et sur l'intégralité des places de stationnement payantes de la capitale, comme l'a détaillé Anne Hidalgo. Les professionnels de santé n’effectuant pas de visites à domicile ne sont pas oubliés : en raison de l’importance des missions quotidiennes qu’ils effectuent auprès des Parisiens et Parisiennes, et pour maintenir une offre de soins conséquente et variée sur le territoire, la Ville de Paris leur a également ouvert l’accès à la carte "PRO Sédentaire", qui prévoit un stationnement à tarif réduit.

Les demandes de carte « PRO soins à domicile » peuvent être formulées :

  • par téléservice sur paris.fr rubrique stationnement professionnel
  • ou par prise de rendez-vous sur paris.fr ou au 39 75 (centre d’appel de la Mairie de Paris). Le Rdv sera dans les locaux de la Section du Stationnement sur Voie Publique, 15 Boulevard Carnot, 75012 Paris.

Convergence Infirmière évoquera aussi le problème des violences

Au programme de son entretien avec le ministre de l’Intérieur, Convergence Infirmière souhaiterait également inscrire la question de la sécurité des professionnels de santé. Le syndicat rappelle deux agressions récentes  (une première infirmière a été poignardée dans le Grand Est ; l’autre a été victime d’un "car jacking" en région parisienne) et sa volonté de formuler différentes propositions en matière de sécurité, afin de juguler ces problèmes.

Creative Commons License

Journaliste susie.bourquin@infirmiers.com @SusieBourquin

Publicité

Commentaires (0)