IDEL

COVID-19 : le télésoin autorisé pour les infirmiers libéraux

par .

Cet article fait partie du dossier :

ONI

    Précédent Suivant

Un décret en date du 19 mars 2020, paru au Journal Officiel le 20 mars, autorise les infirmiers à réaliser des activités de télésoin pour les personnes dont le diagnostic d'infection à covid-19 a été posé cliniquement ou biologiquement. Ces nouvelles dispositions sont prévues jusqu'au 31 mai 2020 et complétées par un arrêté. L'ordre infirmier s'en félicite, cette mesure ayant en effet été demandé dans le cadre de ses 7 mesures d'urgence pour lutter efficacement contre le coronavirus.  

tablette télésoin

Ce décret donne la possibilité aux IDEL d'utiliser n'importe lequel des moyens technologiques actuellement disponibles pour réaliser une vidéotransmission (site ou application sécurisé via un ordinateur, tablette ou smartphone, équipé d'une webcam et relié à internet).

Le Ministère de la Santé nous a entendu. Ce décret relatif au télésoin, pour lequel nous avons réclamé la publication en urgence, permet aux 130 000 infirmiers libéraux de suivre à distance, par vidéo ou téléphone, les patients atteints de COVID-19, et ce, dans un cadre significativement et exceptionnellement assoupli afin de répondre aux enjeux de suivi et de surveillance du plus grand nombre. Ce dispositif présente également l’avantage d'éviter tout contact physique, et donc tout risque de contagion d'infirmier à patient, ou de patient à infirmier, souligne Patrick Chamboredon, président de l'ONI, dans un communiqué.

La disponibilité du matériel de protection pour les patients reste une priorité : les infirmiers ont besoin d'au moins 1 million de masques chaque jour 

Le décret détermine un cadre significativement et exceptionnellement assoupli (au moins jusqu’au 31 mai 2020) afin de répondre aux enjeux de suivi via la télésurveillance du plus grand nombre de patients COVID-19 :

    • intervention dès la première rencontre à distance (donc sans rencontre physique préalable avec l'infirmier) ;
    • possibilité d'utiliser n'importe lequel des moyens technologiques actuellement disponibles pour réaliser une vidéotransmission (site ou application sécurisé via un ordinateur, tablette ou smartphone, équipé d'une webcam et relié à internet) ;
    • possibilité, si le patient ne dispose pas du matériel nécessaire pour réaliser une vidéotransmission, d’effectuer les activités de télésoin par téléphone ;
    • exonération du ticket modérateur.

Bernadette FABREGASRédactrice en chef Infirmiers.combernadette.fabregas@infirmiers.com @FabregasBern

X

Retour au sommaire du dossier ONI

Publicité

Commentaires (0)