IDEL

CPTS : le gouvernement veut pousser les professionnels de santé à se regrouper

Si les professions de santé libérales ne trouvent pas un accord d'ici fin avril 2019 pour se regrouper au sein de communautés territoriales, la ministre des Solidarités et de la Santé a prévenu que le gouvernement se donnerait la possibilité d'ajouter cette mesure à la prochaine loi santé. Des déclarations perçues comme une menace par la Fédération nationale des Infirmiers qui souligne que la confiance est l’ingrédient indispensable à la signature de tout accord.

CPTS : Les professionnels qui resteront isolés pénalisés ? Agnès Buzyn semble aller dans ce sens.

Fin décembre, l'objectif d'au moins 1 000 CPTS (communautés professionnelles territoriales de santé) avait été fixé par Agnès Buzyn contre environ 200 à l'heure actuelle. Ainsi, des négociations entre les syndicats des diverses professions concernées et l'Assurance maladie devraient débuter sur ce sujet la semaine prochaine pour se clore au plus tard vers la fin du mois d'avril. Le financement de ces structures et les services attendus en contrepartie devraient y être discutés. Les objectifs de ces structures seraient d'assurer l'accès de tous à un médecin traitant pour des consultations non programmées, mais aussi de favoriser les relations ville-hôpital et de faire de la prévention.

Or, le gouvernement semble décidé à pousser les professionnels libéraux, qu'ils soient infirmiers, kinés, médecins ou pharmaciens à se regrouper au sein de ces CPTS. En effet, si Agnès Buzyn a déclaré lors de la visite d'une CPTS ne pas avoir beaucoup d'inquiétudes sur le fait qu'on aboutisse à un accord, elle a, néanmoins affirmé que, dans le cas contraire, on se donnera la possibilité d'inscrire dans la loi santé une mesure instaurant un socle juridique pour financer ces CPTS.

De même si elle s'est engagée à ce que ce dispositif n’entraine jamais de sanction contre les professionnels récalcitrants, l'incitation peut être telle que ceux qui ne participeront pas à ces regroupements et qui resteront en exercice isolé se sentiront un peu pénalisés par rapport aux autres.

D'après Les Échos, le gouvernement aurait l'intention d'aller beaucoup plus loin. Selon le quotidien, il est question de moduler la rémunération des professionnels de santé afin de les inciter à abandonner l'exercice isolé. A ce stade, l'objectif de l'Assurance maladie est de créer un bonus, mais aussi un malus, ce qui risque de soulever une tempête chez les libéraux

On ne négocie pas sous la menace ! s'insurge la FNI

Agnès Buzyn s'attire les foudres des syndicats

La Fédération nationale des infirmiers (FNI) juge irresponsable que de telles menaces puissent être proférées envers les syndicats représentatifs des professionnels de santé et refuse que les professions, et tout particulièrement les infirmières et infirmiers libéraux, soient ainsi pris en otages, s'insurge le syndicat via un communiqué. Pour la FNI, si la ministre estime que ce qui va être soumis à discussion, est susceptible de convaincre les syndicats, il n'est absolument pas nécessaire de recourir à la menace ou à la contrainte. La confiance est l’ingrédient indispensable à la signature de tout accord, conclut le communiqué.

De son côté, Convergence Infirmière a également réagi au discours de la ministre. Le ton employé est le même, le syndicat désapprouve et condamne le climat que Madame Buzyn insuffle à ce qui doit rester un échange entre l’État et les syndicats représentatifs des professionnels de santé. En effet, si Convergence Infirmière privilégie le regroupement via les ESP (Équipes de Soins Primaires), nous sommes prêts à faire les efforts nécessaires pour assurer notre coordination en rejoignant des CPTS. C'est pourquoi la méthode auquelle elle a eu recours ne laisse pas augurer le meilleur. C’est pourquoi nous demandons expressément à la Ministre des Solidarités et de la Santé de retirer sa menace. Notre souhait ? Que de véritables négociations aient lieu avec les syndicats, pour tenter de faire de ces CPTS un dispositif réellement efficace, d’une part, mais également attractif pour les patients comme pour les professionnels de santé . Espérons que, malgré cela, les négociations se déroulent de façon constructive !

Infirmiers.com

Publicité

Commentaires (0)