IDEL

Les pains au lait du lundi d’Annie... mais pas que !

Cet article fait partie du dossier :

Livres de la rédaction

    Précédent Suivant

Annie Pivot, infirmière-écrivain, aime à raconter des histoires, parfois des histoires d'infirmières, mais pas que... Son premier ouvrage paru en 2010, "Les pains au lait du lundi et autres gourmandises" parlait de sa pratique d'infirmière libérale au quotidien... Depuis, elle écrit des histoires encore plus personnelles comme en témoigne "La maison du bout du champ" tout juste édité...

petit déjeuner

Annie Pivot a posé sa plaque il y a 20 ans et depuis, tous les jours, elle sonne aux portes

Elle a posé sa plaque il y a 20 ans et depuis, tous les jours, « elle sonne aux portes ». Annie Pivot, infirmière libérale, est une professionnelle « assise » et « bien installée ». Elle a donc « des tas de choses à dire et à partager ». Elle affiche depuis toujours une appétence pour l’écriture, et un certain savoir-faire en la matière, c’est donc logiquement qu’elle s'est lancée dans un premier projet narratif librement inspiré de sa vie professionnelle. Anne Pivot a toujours dit qu’elle serait un jour « écrivain », en attendant, elle est « infirmière-écrivain » à Civrieux d'Azergues, près de Lyon, et trouve cela plutôt bien...

Ses patients ont accompagné son aventure narrative et attendaient impatiemment le résultat car, c’est écrit, « toute ressemblance avec des personnes ayant existé ou existant, ayant souffert ou souffrant, est purement volontaire et délibérée ». Son ouvrage porte le joli titre suivant : « Les pains au lait du lundi et autres gourmandises » avec un sous-titre qui sonne comme une justification, entre parenthèses, « pensées d’une infirmière libérale ».

Et voici ce qu’Anne Pivot déroule : « toutes les infirmières libérales vous le diront, dans la voiture, l’essentiel de notre activité est de penser, réfléchir, cogiter, méditer, ruminer, songer, rêver, imaginer. Bref, pendant qu’une partie de notre cerveau s’applique à nous emmener d’un point à un autre sans encombre, si nulle intempérie ne nous préoccupe, nous pensons. »Penser avant de panser n’est-il pas finalement un véritable luxe par les temps qui...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)