IDEL

Portrait - Nicole Fortuné à la majorité absolue

Par atavisme, la mairesse du village de Mazières-en-Gâtine (79), soucieuse de respecter chacun, est une adepte de la démocratie participative. Un héritage de son expérience d’infirmière. Ce portrait est paru dans avenir & santé de mars 2012, le magazine de la Fédération nationale des infirmiers (FNI), que nous remercions de cet échange productif.

nicole fortune : Infirmière libérale et mairesseEn 1969, Nicole Fortuné, fille d’un artisan boulanger et d’une mère au foyer, sort, à vingt-et-un ans, de l’École de la Croix-Rouge à Limoges muée, dès la plus tendre enfance, par le désir « d’apporter du mieux-être et de soulager ». « J’avais soif de connaître », se souvient simplement l’ancienne étudiante. Elle entame sa carrière en tant que panseuse en salle d’opération à l’hôpital de Niort où officie également son mari. Un contexte oppressant pour le couple qui opte en 1972 en faveur de l’exercice libéral. Les jeunes parents aspirent à un retour aux sources et s’établissent au cœur de ce milieu rural qui est le leur, à Mazières-en-Gâtine dans les Deux-Sèvres, une région de tradition ouvrière et agricole. Une contrée de taiseux.

Un rouage de la chose publique

Nicole Fortuné étoffe ses acquis à l’intention du Troisième âge en concourant à l’ouverture, dans sa commune, d’un réseau gérontologique pluridisciplinaire de soins à domicile qui associe les professionnels concernés en coordination avec le SSIAD. Parallèlement, elle suit un DU en soins palliatifs et accompagnement des personnes en fin de vie, en 1992 à la faculté de Bordeaux : « Un tel cursus a conféré davantage de sens à mon activité. J’étais parfois démunie devant la douleur et la souffrance. Je souhaitais éviter des hospitalisations trop précoces ».

Pareille implication dans le quotidien de ses concitoyens la conduit à côtoyer nombre d’acteurs du paysage local et à s’intéresser à la chose publique dont elle est indirectement l’un des rouages. Des penchants qui incitent, en 2001, le maire Jean Cantet, en poste depuis trente ans, à lui demander de lui succéder, quitte à l’épauler au début, alors qu’elle n’a jamais été membre du conseil municipal. « J’ai longuement réfléchi et j’ai...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)