PUERICULTRICE

Réanimation néonatale : informer sur le manque de formation des infirmiers

Cet article fait partie du dossier:

Compétences infirmières

    Précédent Suivant

Une enquête concernant la formation des professionnels de santé en réanimation néonatale vient d'être rendue publique. Réalisée par l'association nationale des puéricultrices(teurs) diplômé(e)s et des étudiants (ANPDE), elle démontre d'importantes disparités dans la formation des infirmiers exerçant dans ces services. Des données qui inquiètent...

"Plus de 25% des établissements ne proposent aucune formation aux primo-arrivants. Les IDE intègrent donc une unité de réanimation néonatale sans formation", alerte l'ANPDE

A l'occasion de l'Université d'été de la Fédération Hospitalière de France (FHF), l'ANPDE publie les résultats d'une enquête qu'elle a réalisée sur les services de réanimation néonatale en France. Celle-ci fait le point notamment sur la formation et l'accompagnement des soignants qui y exercent. Les chiffres sont préoccupants : un infirmier sur deux n'a pas de formation initiale sur la prise en charge des enfants. Pire encore, seulement 20% des services proposent une formation complémentaire en interne.

Notons un ratio de 51% entre IPDE et Infirmière Diplômée d’Etat (IDE). En ce sens, près d’une IDE sur deux n’a pas suivi de formation spécifique à la prise en charge de l’enfant

La réanimation néonatale nécessite des compétences spécifiques

Sur les 67 services de réanimation du territoire, 51 ont participé à l'enquête. Apparemment, 51% des soignants en poste seulement sont des puériculteurs, les autres étant des infirmiers diplômés d'Etat. Ce qui signifie que la moitié des IDE n'ont pas de formation spécifique à la prise en soin des enfants (les IPDE ayant acquis des compétences spécialisées après un an de formation). Plus inquiétant, l'association a constaté de grandes divergences en fonction des établissements : la proportion de puériculteurs variait de 6% à 92%. En outre, moins de la moitié des postes sont occupés par des IPDE dans 26 services, ce qui représente plus d'un tiers des hôpitaux concernés (près de 39%). 

Par ailleurs, plus de 25% des établissements ne proposent aucune formation aux primo-arrivants. Les IDE intègrent donc une unité de réanimation néonatale sans formation, s'alarme l'ANPDE dans un communiqué. Toutefois, d'après les données relévées, 55% des services proposent un tutorat ou un accompagnement de 25 jours en moyenne mais, là encore, avec de fortes différentes entre les établissements (entre 4 et 90 jours). De plus, seuls 20% offrent aux soignants une formation spécifique à la réanimation néonatale (avec aussi des durées allant de 4 à 60 jours).

Ces chiffres ne sont pas rassurants en sachant que la formation en IFSI ne délivre pas aux étudiants des modules obligatoires sur la santé de l'enfant. Or, la réanimation néonatale est une spécialité qui assure les soins des nouveaux-nés prématurés (près de 60 000 naissances par an en France) ou des nouveaux-nés à qui font l’objet d’une pathologie à la naissance ou dans les jours suivants la naissance, précise l'ANPDE. Ce type de service au vu de ses spécificités nécessite des profesionnels aguerris spécialement formés à la prise en charge des nouveaux-nés !, s'énerve l'ANPDE. Près d'un an après la publication de son livre blanc et près d'une centaine de propositions pour optimiser les 6 principaux secteurs d'activités des infirmiers puériculteurs, l'association constate que des améliorations sont encore largement souhaitables...

Vu de l'intérieur, suivez une infirmière puéricultrice dans un service de réanimation néonatale

La réanimation néonatale est effectivement un service très spécifique. Retrouvez notre série Vu de l'intérieur en quatre épisodes où l'on a suivi le quotidien d'une infirmière puéricultrice. On ne prend pas en charge une pathologie mais bien l'enfant et sa famille, on favorise le peau-à-peau, la participation des parents sur les soins… Dans l'évolution du métier de puéricultrice, on a aussi appris à adapter ces soins à l'enfant et non pas au service, avait alors souligné Marie Da Silva, une infirmière puéricultrice qui travaille depuis 16 ans en réanimation néonatale de l'Hôpital Jeanne de Flandres à Lille.

Journaliste infirmiers.com roxane.curtet@infirmiers.com  @roxane0706

Retour au sommaire du dossier Compétences infirmières

Publicité

Commentaires (0)