EN BREF

Covid-19 : une dose de rappel obligatoire pour les soignants et les pompiers

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Selon les récentes annonces d’Olivier Véran, le ministre de la Santé, une troisième dose de vaccin anti-Covid deviendra obligatoire pour les soignants et les pompiers à compter du 30 janvier 2022.

Une 3ème dose obligatoire

Cette décision répond à deux impératifs : freiner dans les établissements de santé la circulation du variant Omicron, à l’origine de plusieurs clusters hospitaliers, notamment en région parisienne et jugé plus contagieux, et préserver les effectifs soignants, déjà fort sollicités, en limitant les mesures de quarantaine pour les cas contacts. Nous ne voulons pas, comme en Ecosse, que nous ayons 25 à 30% des soignants qui ne pourraient pas travailler parce qu’ils seraient tous cas contact et donc en quarantaine, a ainsi justifié Olivier Véran le samedi 18 décembre sur France Inter. Une annonce qui s’inscrit dans la suite logique de la première obligation vaccinale des soignants, dont l’échéance avait été fixée au 15 septembre 2021.

Vers un pass obligatoire pour travailler ?

Toujours sur le plan de la vaccination et suite aux déclarations du Premier ministre, Jean Castex, vendredi 17 décembre, relatives à la transformation du pass sanitaire en pass vaccinal, Olivier Véran a également estimé qu’il était utile de se poser la question d’un pass sanitaire pour aller travailler - pour rappel, il est déjà obligatoire pour les personnes travaillant dans des lieux recevant du public (hôpitaux, restaurants, lieux culturels...) - et de reposer la question du contrôle d’identité associé au contrôle du pass afin de lutter contre les fraudes. 110 000 faux pass sanitaires auraient en effet été comptabilisés sur le territoire. On ne peut pas continuer à considérer que ce choix de ne pas se faire vacciner serait un choix qui n’aurait pas de conséquence, a-t-il martelé. C’est simple, c’est clair, c’est limpide, c’est assumé : nous voulons que les Français se fassent vacciner. Un projet de loi sera donc présenté début janvier puis débattu à l’Assemblée nationale à partir du lundi 10 janvier en ce sens. Enfin, pour ce qui est de la vaccination des 5-11 ans, sur laquelle le Comité d’éthique a rendu son avis vendredi 17 décembre, Olivier Véran a déclaré attendre les conclusions de la Haute Autorité de Santé, prévues pour cette après-midi.

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)