EN BREF

La HAS déconseille l'utilisation du vaccin Moderna chez les moins de 30 ans

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Faisant suite à un avis rendu au mois d’août dans lequel elle recommandait l’administration des vaccins à ARN messager dans le cadre de la campagne de rappel vaccinal contre le Covid-19, la Haute Autorité de Santé a explicité la place à accorder au vaccin Moderna. Précisant que ce vaccin a obtenu une extension d'indication, délivrée par l'EMA le 25 octobre, pour l'administration d'une dose de rappel à 50 µg (demi-dose) chez les personnes âgées de 18 ans et plus, elle conseille toutefois de limiter son utilisation aux plus de 30 ans. En cause : le risque de survenue de très rares cas de myocardite d'évolution favorable survenant chez les plus jeunes (en général 7 jours après la vaccination, le plus souvent après la seconde dose), jugé 5 fois supérieur à celui associé au vaccin Pfizer chez les 12-29 ans, notamment mis en lumière par l’enquête EPI-PHARE. Elle note cependant que plusieurs études conduites en conditions réelles d’utilisation tendent à montrer une efficacité vaccinale légèrement supérieure du produit Moderna sur le vaccin Pfizer. Et de rappeler que, si l’effet de protection des vaccins dans le cadre de la primo-vaccination tend à diminuer dans le temps, la vaccination demeure efficace contre les formes graves du virus et qu’il demeure donc important d’obtenir la meilleure couverture vaccinale possible de l’ensemble de la population.

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)