EN BREF

La pilule anti-Covid de Pfizer bientôt autorisée aux Etats-Unis ?

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Dans le sillage du laboratoire Merck, Pfizer a indiqué dans un communiqué avoir soumis une demande d’autorisation pour sa pilule anti-Covid auprès de l’Agence américaine du médicament (FDA). Le traitement oral, qui sera commercialisé sous le nom de Paxlovid®, serait efficace à 89 % contre les hospitalisations et les décès dès lors qu’il est pris dans les 3 jours après contamination, selon les études menées par le laboratoire, et agirait donc comme un complément de la vaccination. L'efficacité écrasante atteinte dans notre étude clinique du Paxlovid, et sa capacité à aider à sauver des vies et maintenir les gens hors de l'hôpital s'il est autorisé, souligne le rôle crucial que les thérapies antivirales peuvent jouer dans la bataille contre le Covid-19, déclare ainsi Albert Bourla, le PDG du géant pharmaceutique. La FDA devrait, de son côté, se prononcer sur l’autorisation de commercialisation de la pilule Merck, déjà autorisée au Royaume-Uni depuis le 4 novembre. Pfizer s’est par ailleurs engagé dans un accord de licence volontaire avec la Communauté de brevets sur les médicaments (MPP) afin de permettre à des génériqueurs de produire son traitement et de le rendre accessible pour 95 pays à plus faible revenu. Nous devons nous assurer que tous – quel que soit l’endroit où ils résident ou leurs circonstances – puissent avoir accès à ces découvertes. Nous sommes heureux de travailler avec la MPP afin d’aller plus loin dans notre engagement d’équité, a souligné Albert Bourla dans un communiqué commun avec la MPP. Un accord qui intervient alors que les laboratoires, et notamment Pfizer, ont été récemment accusés d’avoir privilégié leurs profits en vendant leurs vaccins anti-Covid aux pays riches, délaissant les pays à revenus plus faibles et participant ainsi aux inégalités de vaccination.

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)