EN BREF

Ouverture de la vaccination anti Covid-19 aux 12-17 ans : sous quelles conditions ?

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

A compter de ce mardi, les mineurs âgés de 12 à 17 ans (soit 3 millions et demi de personnes) pourront avoir accès à la vaccination anti-Covid et contribuer à l'élargissement de la couverture vaccinale et à la réduction de la circulation virale. Pour eux, l'acte est réalisé avec le produit PfizerBioNTech (le seul à ce jour à disposer d'une autorisation de mise sur le marché pour cette tranche d'âge) alors que le vaccin Moderna attend la réponse de l'Union européenne ; elle se pratique exclusivement en centre et avec l'autorisation écrite des deux parents ainsi que le consentement du mineur, en présence a minima de l'un des titulaires de l'autorité parentale. Avec une exception: les adolescents ayant développé un syndrome inflammatoire multi-systémique pédiatrique (PIMS) à la suite d'une infection par le SARS-CoV-2, pour lesquels la vaccination n’est pas recommandée. Jusqu'ici, les jeunes de 16 et 17 ans pouvaient être vaccinés dans deux cas de figure : s'ils souffraient d'une pathologie à très haut risque de forme grave de Covid-19 ou s'il s'agissait de proches de personnes immunodéprimées. Globalement, le risque de décès (98 cas sur 1,1 million de cas chez les 10-19 ans, selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies) ou de survenue d'une forme grave (0,9 %, toujours selon l'ECDC) de la maladie est très faible chez les adolescents. Pour mémoire, la Haute autorité de santé préconisait début juin d'attendre que la vaccination des adultes soit suffisamment avancée avant de la généraliser à cette tranche d'âge. Le Comité national d'éthique (CCNE) a regretté que les décisions concernant la vaccination des adolescents contre le Covid-19 aient été prises si rapidement.

Autorisation parentale de vaccination anti Covid-19 pour un mineur

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)