COURS IFSI

Cours – Tout savoir sur « l'humanitude » et « l'humanisme »

Christine Paillard s'intéresse, ce mois-ci, aux mots « humanitude » et « humanisme » et en donne leur définition. Une ressource qui pourrait être bien utile aux étudiants en soins infirmiers dans le cadre de leur travail de recherche.

Chaque mois, Christine Paillard, ingénieur pédagogique, propose d'analyser un mot, son étymologie et démontre son importance dans le domaine du soin ; un mot figurant dans son Dictionnaire des concepts en soins infirmiers – Vocabulaire professionnel de la relation soignant-soigné1.

Christine Paillard revient sur les concepts d'humanitude et d'humanisme.

D’une manière générale, l’humanitude est un néologisme associé  à la bientraitance. Créé en 19802, il a été ensuite popularisé dans les soins par Yves Gineste et Jérôme Pélissier3 pour accompagner les personnes âgées en perte d’autonomie cognitive. Albert Jacquard4 définissait l’humanitude comme des cadeaux que les hommes se sont faits les uns aux autres depuis qu’ils ont conscience d’être, et qu’ils peuvent se faire encore, en un enrichissement sans limites…. Les hommes n’ont d’autre tâche que de profiter du trésor d’humanitude déjà accumulé et de continuer à l’enrichir. L’humanitude est le souci de l’humain pour l’humanité. Pour Walter Hesbeen5,  “elle procède de l’implication des personnes dans le monde, celui qui, imprégné d’histoire, se vit aujourd’hui et se prépare pour demain”. L’accent est mis sur la posture professionnelle à partir d’un  travail d’humanitude  qui conduit à une atmosphère soignante, c’est-à-dire une atmosphère nourrie par les effets de l’attention que chacun consent à porter à soi, à l’autre, aux autres et au monde6. Pour Margot Phaneuf7, l'humanitude revalorise les soins quotidiens qui nous paraissent souvent plutôt banals et monotones. Margot Phaneuf évoque aussi les appels d’humanitude comme des comportements d’attention, de reconnaissance, de sollicitude, de communication, qui, manifestés entre les hommes, deviennent des incitations à évoluer, à devenir. Ils sont créateurs du développement humain. Les appels d’humanitude possèdent toujours ce pouvoir créateur d’adaptation, de motivation, de bien- être, de qualité de vie et de croissance personnelle. L’humanitude est un concept à plusieurs facettes, caractérisé par des valeurs humaines et professionnelles. Outil de soin et technique de communication, l’humanitude permet parfois de formaliser des pratiques bientraitantes vers un public vulnérable.

L’humanisme est un dérivé de l’humanité, une psychologie interpersonnelle

L’humanisme désigne l’ensemble de croyances que l’individu entretient avec sa nature primaire, ses qualités personnelles et ses comportements, en adéquation avec ses expériences (pensées, perceptions, sensations). Le psychologue américain Carl Rogers est à l’origine de la notion de congruence qui invite le professionnel de santé à mettre en cohérence ses pensées et son attitude pour répondre favorablement à une personne en souffrance, exprimée ou non. La personnalité authentique, lorsqu’elle devient soignante, permet de se mettre en conformité avec la réalité de l’autre. Développée à partir des années 1970, aux États-Unis, la psychologie humaniste revient à accompagner les personnes (en établissement scolaire, dans un environnement sanitaire et social…) à percevoir, à mobiliser ses ressources internes, son potentiel humain, avec par exemple Abraham Maslow8. Cette perspective psychologique est une approche plaçant l’individu au centre de sa croissance personnelle, en interaction avec son environnement. Cette approche est respectueuse de la globalité des personnes. Elle est avant tout un courant de pensée clinique, basé sur l’observation, l’écoute, l’expérience, faisant appel à une nouvelle relation formateur- apprenant, puis, soignant-soigné. La psychologie humaniste est souvent caractérisée par des entretiens non-directifs, dans un cadre déterminé permettant d’instaurer une relation de confiance entre le soignant et la personne soignée, consciente de sa démarche de guérison. Pour Jacques Chalifour9, les outils relevant de la psychologie humaniste sont “au service du personnel soignant  pour créer un lien thérapeutique, communiquer efficacement, réaliser des entretiens, travailler à la solution de problèmes, enseigner, intervenir en situation de crise, accompagner des personnes endeuillées, appliquer une thérapie de soutien dans le cadre de sa pratique professionnelle”. La psychologie humaniste justifie pleinement la relation d‘aide en soins infirmiers. Ses caractéristiques (écoute active, non jugement, reformulation, l’acceptation inconditionnelle, l’empathie, la congruence) rentrent dans le processus de la relation soignant-soigné. L’humanisme  relève d’une psychologie pertinente et  porteuse du désir de transmettre, de prendre soin, de bien traiter, pourvu d’y être bien préparé.

Pour aller plus loin : Rogers, Carl. Le développement de la personne. Paris: InterEditions. 2ème ed. 2005

Notes

  1. Dictionnaire des concepts en soins infirmiers - Vocabulaire professionnel de la relation soignant-soigné, Christine PAILLARD, SETES Editions, août 2016, 3e édition, 28 €.
  2. Klopfenstein, Freddy . Humanitude, essai. Genève, Ed. Labor et Fides, 1980
  3. Pelissier, Jérôme et Gineste, Yves. Humanitude: Comprendre la vieillesse, prendre soin des hommes vieux. Paris: Armand Colin. 2007
  4. Jacquard, Albert. L’héritage de la liberté, de l’animalité à l’humanitude. Paris: Seuil. 1986.
  5. Hesbeen, Walter  Système de soins et saveur soignante, un travail d’humanitude. Soins. Vol 51, N° 711. décembre 2006. pp. 92-95
  6. Hesbeen, Walter. Le soin, essence du travail d’ « humanitude » - une perspective d’action pour la clinique managériale du cadre infirmier - Walter Hesbeen- Institut La Source – Paris. DECLIC (Développement d'un espace de Communication pour les Infirmier(e)s cadres. n° 1. Décembre 2004.
  7. Phaneuf  Margot. Le concept d’humanitude : une application aux soins infirmiers généraux [en ligne]. MàJ 2016.
  8. Pellissier, Jérôme.  Réflexions sur les philosophies de soins. Gérontologie et société. vol. 29.  n° 118. 2006/3. pp 37 - 54
  9. Chalifour. Jacques.  Interventions thérapeutiques : Stratégies d’interventions. V2.  Canada: Gaëtan Morin. 2000

Ingénieur pédagogique Rédactrice Infirmiers.com

L'auteur

Christine Paillard est docteure en sciences du langage, diplômée en ingénierie pédagogique et titulaire d'une licence en information et communication. Ingénieure documentaire, elle accompagne les étudiants infirmiers à l'acquisition de compétences informationnelles pour remobiliser une démarche documentaire dans une logique professionnellec et universitaire.

Les ouvrages déjà parus

Publicité

Commentaires (0)