GRANDS DOSSIERS

COVID-19 : diminution et stabilité des nouvelles contaminations mais vigilance et respect des mesures barrières

par .

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Santé Publique France, dans son dernier Bulletin épidémiologique en date du 21 mai, dévoile les points clés à retenir sur l'épidémie de COVID-19. Si les résultats vont dans le sens d’une diminution ou d’une stabilité des nouvelles contaminations en France en fonction des régions, d’une diminution des hospitalisations ainsi que des décès liés au COVID-19, Santé Publique France rappelle que "la levée récente et progressive du confinement invite cependant à la plus grande vigilance car une reprise de l’épidémie pourrait cependant être observée dès la semaine prochaine si les mesures d’hygiène et de distanciation sociale préconisées n’étaient pas respectées par la population".

Coronavirus surveillance

Le 18 mai 2020, 19 015 cas de COVID-19 étaient hospitalisés en France dont 1 998 cas en réanimation. 38 nouvelles admissions en réanimation de patients COVID-19 ont été rapportées.

Ce document de 28 pages publié le 21 mai 2020 par Santé Publique France dresse une situation très complète de l'apparition, la progression et la stabilisation de l'épidémie depuis le début de sa surveillance. Il a été estimé ainsi qu’entre le 21 janvier et le 18 mai 2020, 142 903 cas de COVID-19 ont été confirmés en France. L'instance le précise cependant : tous les patients présentant des signes de COVID-19 n’ayant pas été systématiquement confirmés par un test biologique au cours de la vague épidémique (recommandations ministérielles du 13 mars 2020), le nombre réel de cas de COVID-19 en France est donc supérieur au nombre estimé de cas confirmés. Le nombre de cas confirmés en France, tel que défini, ne reflète donc pas l’importance réelle de l’épidémie.

Selon les indicateurs cumulés depuis le 1er mars et jusqu'au 18 mai 2020 : nombre de cas de COVID-19 ayant été hospitalisés : 98 853. Nombre de décès liés au COVID-19 (incluant les décès en hospitalisation et décès en EHPA et autres EMS) 27 834.

Quid de la circulation du virus et de ses conséquences sanitaires

Depuis sept semaines, les indicateurs épidémiologiques de circulation du SARS-CoV-2 sont en baisse en France, à l’exception de Mayotte qui garde une circulation du SARS-CoV-2 à un niveau élevé. Il est observé une diminution des recours pour COVID-19 aux urgences hospitalières traduisant une diminution des nouvelles contaminations. De la même façon, les données attestent d'une diminution du nombre des nouvelles hospitalisations, des nouvelles admissions en réanimation de patients COVID-19, des nombres de patients hospitalisés et des patients en réanimation.

Surveillance en milieu hospitalier

Depuis le 24 février 2020 et jusqu'au 17 mai, 151 920 passages aux urgences pour suspicion de COVID-19 ont été enregistrés. Une proportion de passages plus importante a été observée en Île-de-France (30%), en Auvergne-Rhône-Alpes (10%), dans le Grand Est (9%) et dans les Hauts-de-France (9%). Cependant, les passages aux urgences restent en baisse pour la 7ème semaine consécutive au niveau national et en région.

Depuis le 1er mars 2020, 1 454 établissements de santé ont déclaré au moins un cas de COVID-19 hospitalisé. Parmi les 98 853 patients ayant été hospitalisés depuis le 1er mars :

  • l’âge médian des patients était de 72 ans et 53% étaient des hommes ;
  • 17 589 patients sont décédés : 71% étaient âgés de 75 ans et plus et 59% étaient des hommes ;
  • 61 728 patients sont retournés à domicile.

Le 18 mai 2020, 38 nouvelles admissions en réanimation de patients COVID-19 ont été rapportées. Les plus forts taux d’admission en réanimation hebdomadaire (du 12 au 18 mai) de patients COVID-19 ont été observés à Mayotte (2,5/100 000 habitants), dans la région Ile-de-France (1,2/100 000 h) et en Corse (1,2/100 000 h). Une tendance à la diminution a été observée dans quasiment toutes les régions de France métropolitaine et dans les départements d’Outre-mer. 

Le 18 mai 2020, 19 015 cas de COVID-19 étaient hospitalisés en France dont 1 998 cas en réanimation. 38 nouvelles admissions en réanimation de patients COVID-19 ont été rapportées.

Description des cas graves admis en réanimation

Depuis le 16 mars 2020 : 3 784 cas ont été rapportés par 155 services de réanimation :

  • 73% étaient des hommes ; l’âge médian des patients était de 66 ans (19% étaient âgés de 75 ans et plus) ;
  • 77% des cas présentaient au moins une comorbiditéLe délai médian d’admission en réanimation suite à l’apparition des premiers signes était de 8 jours ;
  • La durée médiane de séjour en réanimation était de 11 jours ;

Au 18 mai 2020, 149 signalements de syndromes inflammatoires multi-systémiques pédiatriques (PIMS) confirmés ou suspectés d’être en lien avec le COVID-19 et survenus depuis le 1er mars 2020, ont été rapportés.

Surveillance dans les établissements sociaux et médico sociaux

Dans le détail, concernant la surveillance effectuée dans les établissements sociaux et médico sociaux, entre le 1er mars et le 17 mai 2020, 73 360 cas de COVID-19 ont été rapportés chez les résidents dont 36 262 (49 %) cas confirmés. 10 245 cas sont décédés dans l’établissement d’accueil, dont 10 150 (99 %) dans les établissements d’hébergement pour personnes âgées. 3 697 cas sont décédés à l’hôpital. 40 423 cas ont été rapportés parmi les membres du personnel des ESMS, dont 19 461 (48 %) cas ont été confirmés. La létalité (elle correspond aux nombres de décès à l’hôpital ou dans l’établissement rapportés aux nombres de cas possibles et confirmés résidant dans les EHPAD) chez les résidents des EHPAD était plus élevée dans les régions Corse, Grand Est, Ile-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes, Bourgogne-Franche-Comté et Centre-Val de Loire.

Surveillance des professionnels des établissements de santé

Cette surveillance a été mise en place le 22 avril 2020 et a pour objectif de recenser les professionnels salariés d’un établissement de santé (ES) d’hospitalisation, public ou privé, ayant été infectés par le SARS-CoV-2 depuis le 1er mars 2020. Ces professionnels font partie d’une population particulièrement exposée au SARS-CoV-2.

  • depuis le 1er mars, 28 050 cas ont été rapportés par 1 154 établissements répartis dans les 18 régions françaises ;
  • parmi les 28 050 cas, 23 645 (84%) étaient des professionnels de santé et 2 828 (10%) des professionnels non soignants. Pour 6% des cas, la catégorie professionnelle n’était pas renseignée ;
  • une grande partie des cas était des infirmiers (29%) ou des aides-soignants (24%) ;
  • parmi ces 28 050 cas, 14 décès liés à l’infection à SARS-CoV-2 ont été rapportés depuis le 1er mars 2020, dont 4 médecins, 3 aides-soignants, 1 professionnel de santé «autre» et 6 professionnels non soignants ;
  • ces premiers résultats ne concernent pas les professionnels de santé libéraux qui peuvent, s’ils ont été at-teints, participer à l’enquête proposée sur le site du Geres.

Signalement des clusters à visée d’alerte

Depuis la levée du confinement, le 11 Mai 2020, les ARS en lien avec les Cellules régionales de Santé publique France et d’autres acteurs locaux, investiguent les clusters qui sont identifiés. Au 19 Mai 2020, le bilan, hors Ehpad et milieu familial restreint, s’élève à 46 clusters validés et rapportés depuis le 9 Mai 2020. Ces clusters sont en cours d’investigation pour la plupart, avec des premiers cas qui remontent le plus souvent avant la levée du confinement. Ils concernent notamment des établissements so-ciaux d’hébergement et d’insertion (28%), des entreprises (19%) et des établissements de santé (17%).

En conclusion, les résultats reflètent l’impact positif des mesures de contrôle de l’épidémie et de la période de confinement de la population. Les résultats vont dans le sens d’une diminution ou d’une stabilité des nouvelles contaminations en France en fonction des régions, d’une diminution des hospitalisations ainsi que des décès liés au COVID-19. Le nombre de patients hospitalisés pour COVID-19, bien qu’en diminution, reste cependant élevé en Ile-de-France et dans le Grand-Est et maintient une pression sur le système de soins hospitalier dans ces régions. Santé publique France le rappelle : la levée récente et progressive du confinement invite cependant à la plus grande vigilance. Une reprise de l’épidémie pourrait cependant être observée si les mesures d’hygiène et de distanciation sociale préconisées n’étaient pas respectées par la population. En raison du délai d’incubation de la maladie, si une reprise devait se produire en lien avec le déconfinement de la population, celle-ci pourrait être observée à partir de la semaine prochaine.

Les chiffres clés Monde et Europe au 21/05/2020 (source ECDC) : 4 960 975 cas confirmés depuis le 31/12/19 dont 1 328 457 en Europe. Décès dans le monde : 327 904 depuis le 31/12/19 dont 159 172 en Europe.

Bernadette FABREGASRédactrice en chef Infirmiers.combernadette.fabregas@infirmiers.com @FabregasBern

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Commentaires (0)