GRANDS DOSSIERS

"Regarde ce que je fais, mais ne le fais pas !"

Cet article fait partie du dossier :

Hygiène hospitalière

    Précédent Suivant

Clémence, étudiante en soins infirmiers (L1) à Saint-Etienne, a effectué un stage au sein d'une maternité avec une aile de chirurgie et un centre du sommeil en septembre 2017. Lors de sa troisième semaine de stage, une situation d’hygiène concernant la non utilisation de gants et de collecteur DASRI lors d'un soin à risque par une infirmière l’a conduite à se questionner. Clémence évoque donc cette observation qui a mis à l’épreuve ses connaissances théoriques et nous fait part de ses réflexions tout à fait pertinentes.

L'étonnement ou comment des étudiants en soins infirmiers racontent leurs premiers questionnements en stage

Formatrices et formateur dans un institut de formation en soins infirmiers Croix-Rouge à Saint-Etienne, Yamina Lefevre, Zohra Messaoudi et Christian Teyssier ont demandé à leurs étudiants de 1ere année, dans le cadre de l'unité d'enseignement Hygiène et infectiologie (UE 2.10) de réaliser une analyse de situation à partir d'un étonnement vécu lors de leur premier stage. Dans la continuité des trois premiers textes que nous avons publiés en 2015, textes jugés parmi les plus pertinents par leurs enseignantes, puis d'une nouvelle série déployée en 2016, suivis de nouvelles publications en 2017, de nouveaux étonnements s'offrent à nous en 2018. Voici celui de Clémence. Merci pour ce partage, il serait en effet dommage que ces riches réflexions de profanes restent anecdotiques.

collecteur DASRI

Quelle est l'importance des collecteurs DASRI et pourquoi doit-on toujours les avoir à proximité lors de soins avec matériel tranchant ou piquant ?

Je me trouve dans un hôpital de la région stéphanoise, au début de ma troisième semaine de stage. Je travaille en service de maternité composé également d'une aile de chirurgie et d'un centre du sommeil. Après la relève, vers 7h45, je me rends avec mon infirmière référente de stage en salle de soins. A ce moment-là, elle m'explique que  nous allons réaliser un nouveau soin, une gazométrie sur trois des patients venus pour un examen du sommeil cette nuit-là. Il s'agit d'une polysomnographie, un enregistrement des paramètres respiratoires, cardiaques ainsi que du déroulement du sommeil et de ses différents phases (sommeil lent, paradoxal... ). Elle me dit qu'en complément certains médecins demandent cette prise de sang spécifique afin de vérifier les gaz présents dans le sang et ainsi aider à comprendre certains problèmes liés au sommeil comme l'apnée par exemple.

Description de la situationL'infirmière commence à préparer le matériel nécessaire à la réalisation de ce soin, après s'être lavé les mains avec du savon doux et de la solution hydroalcoolique. Elle prend alors deux compresses, l'une avec du désinfectant et l'autre sèche afin de faire le pansement après la prise de sang. De plus, elle se munie de deux aiguilles (dont une de secours), d'un tube collecteur, d'un garot (?) et du sparadrap. Elle sort de la salle de soins et se dirige vers la chambre du...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (6)

sandhyz74

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#6

Garrot

J'ai fait 20 semaines de stage en pneumo dans deux endroits différents et jamais jamais de garrot... Il y a un petit souci dans la description du soin.

Sab1979

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#5

Je m'interroge

Je m'interroge sur le fait de diffuser sur le net des erreurs d'une infirmière de proximité via le regard d'une étudiante très peu formée. Il est de plus facile de retrouver de quel service on parle via 2/3 recherches sur internet.

binoute1

Avatar de l'utilisateur

546 commentaires

#4

garrot

En labo, j'ai appris (c'est pratique) à mettre le garrot après un BS ou des gaz, le temps de finir le soin ,au lieu de demander au patient d'appuyer. Pour des gaz c'est bien efficace

binoute1

Avatar de l'utilisateur

546 commentaires

#3

par contre

Indiquer que le port de gants est accompagné de lavage des mains +FHA , ça ne gêne pas ?

Bernadette Fabregas

Avatar de l'utilisateur

259 commentaires

#2

Vous avez raison... pourquoi un garrot ?

Bonjour, nous publions in extenso ces "étonnements" d'étudiants en soins infirmiers... Vous avez tout à fait raison de vous étonner sur la présence d'un garrot pour effectuer un gaz du sang... J'ai donc mis un point d'interrogation derrière le mot pour soulever l'étonnement du lecteur. Merci de votre oeil expert !

Sab1979

Avatar de l'utilisateur

2 commentaires

#1

Un garrot ?

Un garrot pour un gaz du sang? Avez vous bien observé le soin??