GRANDS DOSSIERS

Le code de déontologie infirmier trop restrictif pour l'Autorité de la concurrence

Cet article fait partie du dossier :

ONI

    Précédent Suivant

L'Autorité de la concurrence a émis le 11 mai 2016 un avis défavorable au projet de décret portant création du code de déontologie des infirmiers, actuellement soumis à concertation.

infirmière libérale voiture

Pour l'Autorité de la concurrence, "l'approche retenue par l'ONI paraît particulièrement préjudiciable à la profession d'infirmier, en particulier pour les infirmiers libéraux".

Sous la pression du Conseil d'Etat, qui l'a condamné à édicter ce code sous astreinte financière à compter du 31 décembre 2015, en application de la loi du 21 décembre 2006 créant l'ordre infirmier, le ministère de la santé avait soumis un projet de décret à concertation courant février.

Dans un avis de 28 pages, l'Autorité de la concurrence "émet de fortes réserves" sur une dizaine de dispositions du code de déontologie, rédigé par l'ordre national des infirmiers (ONI), et formule plusieurs recommandations. L'approche retenue par l'ONI paraît particulièrement préjudiciable à la profession d'infirmier, en particulier pour les infirmiers libéraux, estime l'Autorité, qui rappelle que sur 500.000 professionnels, 16% exercent sous forme libérale.Les rédacteurs du projet de code de déontologie ont beaucoup trop procédé par reproduction pure et simple des dispositions contenues dans d'autres codes de professions de santé, en retenant souvent les formules les plus restrictives sinon parfois les plus archaïques, de chacun d'entre eux, relève l'Autorité de la concurrence. Elle estime au contraire qu'un tel document devrait s'adapter aux réalités et à l'avenir de la profession pour le bénéfice tant des patients que des professionnels.

L'Autorité de la concurrence préconise d'abord de supprimer la mention interdisant aux infirmiers d'abaisser leurs honoraires, dans la mesure où les infirmiers étant quasiment tous conventionnés avec l'assurance maladie, ils n'ont aucun contrôle sur les tarifs.En matière de publicité, par principe interdite, elle suggère de permettre aux infirmiers de communiquer sur leur diplôme de spécialité, et d'étendre les supports autorisés à internet. En effet, les infirmiers libéraux qui...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (4)

druna11

Avatar de l'utilisateur

5 commentaires

#4

mauvais sur ce coup là.....

Très mauvais l'ONI sur ce coup là. Mais ne pas généraliser, on a besoin d'une représentation unique déjà qu'on est pas très bon dans la profession...entre tous les syndicats qui s'entre- tuent et les IDEL qui ne votent même pas au URPS... aprés faut pas se plaindre...les autres professionnels avancent pendant ce temps...La victimisation c'est bien la spécialité de l'infirmière française !!!!..

FRED60

Avatar de l'utilisateur

34 commentaires

#3

Super...

Pendant que les IDE souhaite faire avancer notre métier, on a de la chance d'avoir l'ONI; franchement une structure qui veut nous renvoyer 30 ans en arrière, tous les métiers n'ont pas la chance d'avoir ça!

binoute1

Avatar de l'utilisateur

547 commentaires

#2

faut-il rire ou pleurer ?

rire de voir que le machin se prend un vent pas l'autorité,

ou pleureur parce que le même machin se dit représentant de la profession ?

Pour ce que j'en vis, mes collègues de tous exercices ne sont pas d'une incompétence aussi crasse !

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

497 commentaires

#1

On l'avait bien dit !!

Liberticide, archaïque et nul, du travail d'ordinal en fait !