GRANDS DOSSIERS

Loi santé : "assouplir les contraintes et décloisonner à tous les niveaux"

par .

Cet article fait partie du dossier :

ONI

    Précédent Suivant

Le 18 mars prochain débutera, en séance publique, l'examen du projet de loi de transformation du système de santé. Dans cette perspective, les deux rapporteurs du projet - Thomas Mesnier (Charente) et Stéphanie Rist (Loiret) - ont auditionné l’ensemble des ordres des professions de santé. L’Ordre national des infirmiers a saisi cette occasion pour formuler son avis en présentant quatre propositions d’amendements pour une réforme plus globale et plus efficace. Explications.

assemblée nationale

Reste à espérer que ces quatre amendements proposés par l'Ordre national des infirmiers, amendements tout à fait légitimes, retiendront l'attention des parlementaires pour une réforme qui doit s'envisager comme plus globale afin d'être plus efficace

Le contexte d'une transformation nécessaire du système de santé est aujourd'hui connu de tous : vieillissement de la population, maladies chroniques, déserts médicaux… Pour le Président de l'Ordre national des infirmiers (ONI), Patrick Chamboredon, face à des besoins de santé croissants et des attentes toujours plus importantes, les infirmiers doivent être davantage reconnus comme un des piliers de notre système de santé. C’est pourquoi nous avons présenté quatre propositions d’amendement au projet de loi "santé" en passe d'être examiné à l'Assemblée nationale. Et de poursuivre : ces propositions visent à favoriser l’autonomie de notre profession, valoriser nos compétences et faciliter le travail coordonné avec les autres professionnels de santé, réelle nécessité pour répondre aux besoins des patients et axe de transformation pour notre système de santé.

Face à des besoins de santé croissants et des attentes toujours plus importantes, les infirmiers doivent être davantage reconnus comme un des piliers de notre système de santé

L'Ordre national des infirmiers en atteste, les objectifs du projet de loi de transformation du système de santé sont louables : renforcer la coordination des soins de proximité est une nécessité incontestable. Il faut également saluer l’approche du Gouvernement, plus pragmatique que celle adoptée dans le passé, reconnaissant qu’il convient de "partir des besoins des patients et des professionnels de santé, qui sont les meilleurs experts de leur situation", souhaitant un "assouplissement des contraintes" et un...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (1)

binoute1

Avatar de l'utilisateur

557 commentaires

#1

Pfff

L'oni a quand même de sacrées oeillères
- ne jure que par les pratiques avancées ...donc nos DU on se les carre où on veut ?
- semble oublier que les IDE peuvent ne plus faire de soins,
- geint encore , mais leur fameuse certification....j'ai regardé sur le site du dpc, mais sorti des soins généraux, il n'y a pas grand chose