COOPERATION

Transferts de tâches du généraliste à l’infirmier, l’heure du bilan

Cet article fait partie du dossier:

Coopérations interprofessionnelles

    Précédent Suivant

En passant en revue les études examinant les transferts effectivement réalisés, des auteurs de la fondation Cochrane ont isolé certains facteurs favorisants et défavorisants.

Transferts de tâches du généraliste à l’infirmier

Les patients ne voient pas d’inconvénients à ce que les infirmiers se chargent des soins préventifs et de suivi.

Le transfert de certaines tâches des médecins généralistes à des infirmiers apparait à beaucoup d’analystes comme une des solutions pour remédier à la pénurie de médecins et alléger leur charge de travail. Des auteurs de la fondation Cochrane ont réalisé une revue des travaux sur les transferts de compétences effectivement mis en œuvre (jusqu’à fin juin 2018), quelle que soit leur étendue (de certaines tâches au remplacement du généraliste pour certaines consultations), afin de repérer leurs facteurs de succès. Ils ont retenu 66 études, dont 55 provenant de pays développés et 11 de pays à revenus faibles ou moyens.

Les infirmiers y voient un moyen d’optimiser leurs compétences !

Premier constat : bien que les patients ne fassent guère la différence entre les soins donnés par un infirmier et ceux donnés par un médecin, ils préfèrent avoir affaire à ce dernier pour les tâches médicales et ne voient pas d’inconvénient à ce que les infirmiers assurent les soins préventifs et de suivi. En revanche, la plupart pensent que les infirmiers sont plus accessibles.

Médecins et infirmiers voient les transferts de tâches comme une des solutions pour augmenter l’accès aux soins et pour améliorer la qualité et la continuité des soins. Les infirmiers insistent pour que la relation avec les médecins soit étroite, et que ceux-ci leur fassent confiance. Tout en estimant que les transferts de tâches augmentent leurs compétences, améliorent la qualité de leurs soins, favorisent leur développement personnel et augmentent le respect à leur égard, ils sont convaincus qu’une formation plus poussée les améliorerait encore, ainsi que leur autonomie et leur satisfaction et motivation au travail. Le choix de travailler en transfert de tâches est souvent au moins en partie motivé par l’amélioration des conditions de travail et par un gain financier.
Les médecins apprécient la collaboration avec les infirmiers lorsque cela réduit leur charge de travail.

Les membres des deux professions soulignent l’importance d’avoir des ressources suffisantes pour travailler : personnel, équipement, fournitures, bonne orientation des patients, répartition claire des rôles de chacun, chefs de projets expérimentés, formation et supervision appropriées. Ils regrettent cependant le fait que ce soit souvent problématique, ainsi que l’énorme quantité de documents à remplir lors de la mise en place des transferts de tâches.

Note

Karimi-Shahanjarini A et al. Bariers and facilitators to the implementation of Doctor-nurse substitution strategies in primary care : a qualitative evidence synthesis. Cochrane Database of Systematic Reviews 2019, 4. 15 avril 2019. Version française du résumé.

Creative Commons License

Retour au sommaire du dossier Coopérations interprofessionnelles

Publicité

Commentaires (0)