INFOS ET ACTUALITES

Journée européenne de l'AVC : la prise de pouls qui sauve la vie

Cet article fait partie du dossier:

Médecin

    Précédent Suivant

Chaque année, plus de 150 000 personnes sont touchées par un Accident Vasculaire Cérébrale (AVC). Le Dr François Liard, médecin généraliste, souligne que une personne souffrant de fibrillation atriale a cinq fois plus de risque d'avoir un AVC. Un des moyens simple et efficace pour dépister cette maladie reste la prise de pouls, un geste prôné par plusieurs associations lors de la Journée Européenne de l'AVC, samedi 14 mai 2016.

prise de pouls

La prise de pouls, un geste simple pour dépister la FA

En France, un Accident Vasculaire Cérébral (AVC) survient toutes les 4 minutes. Estimé comme la première cause de handicap physique acquis chez l'adulte, il peut pourtant être évité lorsque ses facteurs de risques sont pris en charge précocement. Lors de la Journée européenne de l'AVC, samedi 14 mai 2016, la Fédération Nationale France AVC et la Fondation Cœur et Artères - en partenariat avec Bayer – lancent leur nouvelle campagne "La prise de pouls : un geste simple qui peut sauver la vie". Cette campagne a pour objectif de sensibiliser les professionnels de santé ainsi que le grand public au dépistage de la Fibrillation Atriale (FA), l'une des causes principales de l'AVC chez les plus de 65 ans.

La FA, un facteur de risque majeur de l'AVC

L'AVC se caractérise par l'apparition soudaine d'un déficit neurologique secondaire à des lésions vasculaires au niveau du cerveau. Il en existe deux types : les AVC hémorragiques dus à une rupture de vaisseaux sanguins, et les AVC ischémiques, observés dans 80% des cas, consécutifs à l'obstruction d'artères cérébrales.

L'hypertension artérielle, l'hypercholestérolémie, le diabète, le surpoids, la sédentarité, l'alcool, le tabac ou encore l'âge sont autant de facteurs pouvant être à l'origine d'un AVC. Pour prévenir le risque de survenue d'un AVC, ils doivent être pris en charge précocement. Néanmoins, la FA constitue l'une des principales causes évitable des AVC aux côtés de l'hypertension artérielle. Le diagnostic et le traitement de cette maladie doit donc être indispensable au risque de faire un AVC ischémique. En effet, l'AVC dû à une FA, est nettement plus grave puisque la mortalité à 30 jours s'élève à 30 % et à 50 % sur une année. Le Dr François Rouanet, neurologue, Hôpital Pellegrin, CHU Bordeaux Unité Neuro-Vasculaire, insiste sur le dépistage et la prévention des facteurs de risque de l'AVC.

La Fibrillation Atriale multiplie par 5 le risque de développer un AVC

La FA, c'est quoi au juste ?

La FA est un trouble du rythme cardiaque qui concerne actuellement 600 000 à 1 000 000 des Français. Ce trouble se manifeste par un dysfonctionnement de l'activité électrique du cœur, entraînant une contraction rapide et irrégulière de ses cavités. Leurs contractions  inefficaces empêchent le sang de circuler convenablement, il stagne alors dans les cavités supérieures, appelées oreillettes, favorisant la formation d'un ou plusieurs caillots (thrombus). La personne souffrant de FA présente donc un risque accru de développer un AVC ischémique si le caillot migre du cœur jusqu'aux artères cérébrales. Cependant, la FA reste principalement asymptomatique, puisque une personne sur trois atteint par cette arythmie ne possède aucuns signes visibles. Sa découverte se fait donc de façon fortuite lors d'une consultation de routine chez son médecin qui peut le déceler par des palpitations, des essoufflements ou des douleurs à la poitrine. La prise en charge de la FA est donc primordiale pour prévenir tout risque d'AVC. L’objectif thérapeutique est de ralentir la fréquence cardiaque du patient, tout en introduisant des anticoagulants pour éviter la formation de thrombus. Un bon suivi médical, une observance assidue des traitements et une prise en charge précoce des facteurs de risques restent les moyens les plus efficaces pour traiter cette maladie.

Prendre son pouls : un geste simple qui sauve la vie

Cependant, si la découverte de la FA se fait essentiellement lors d'une consultation médicale, il existe un geste simple et rapide à faire soi-même pour se dépister : la prise de pouls. La prise de pouls est un geste simple mis en avant par les institutions de santé publique comme la Fédération Nationale France AVC  et la Fondation Cœur et Artères qui permet de dépister rapidement une FA. Elle permet en effet d'apprécier les battements de son cœur, notamment leur rapidité et leur régularité. Si le rythme cardiaque semble anormal, il est important d'en parler rapidement à son médecin car cela peut être le signe d'une FA.

prise de pouls comment faire

Deux façon de prendre son pouls en toute simplicité

Le Dr François Liad, médecin généraliste, nous explique comment bien prendre son pouls pour déceler une FA

3 points clés pour prévenir les AVC

Selon Françoise Benon. Présidente Nationale de la Fédération France-AVC, 3 mots d'ordre sont à retenir pour prévenir l'apparition des AVC :

  • Avoir une bonne hygiène de vie

    Pour se maintenir en bonne santé et éviter de développer toute maladie cardio-vasculaire, il est indispensable d'avoir une bonne hygiène alimentaire et de pratiquer une activité physique régulière.

  • Se faire dépister

    Le simple fait de consulter régulièrement son médecin de ville ou de prendre soi-même son pouls permettent de déceler des pathologies sous-jacentes pouvant être précurseurs d'AVC.

  • Réagir au plus vite en cas de signes

    Le grand public n’a pas conscience que l’AVC est une urgence vitale. Je crois qu'il y a un rejet de cette maladie car c'est une maladie neurologique grave qui fait peur, souligne Françoise Benon.

avc symptomes et conduite à tenir

Symptômes et conduite à tenir en cas d'AVC

Rappelons que dès l'apparition d'un des symptômes de l'AVC, même mineurs, l'appel au 15 doit être immédiat. L'AVC constitue une urgence vitale qui doit être prise en charge le plus rapidement possible, car plus celle-ci est précoce, plus le risque de séquelles diminue.

Chiffres clés à retenir sur l'AVC (2015)

  • Dans le monde, l'AVC touche 1 personne toutes les 5 secondes
  • En France, environ 150 000 personnes sont touchées chaque année, soit 1 personne toutes les 4 minutes. 62 000 personnes en décèdent.
  • L'âge moyen de survenue d'un AVC est de 75 ans
  • L'AVC constitue la première cause de mortalité chez la femme et la troisième cause de mortalité chez l'homme
  • C'est la première cause de handicap physique acquis chez l'adulte et la deuxième cause de démence derrière la maladie d'Alzheimer
  • Il est à l'origine de quelques 110 000 hospitalisations par an, 30 % des patients sont ensuite hospitalisés en services de Soins de Suite et de Réadaptation (SSR) pour rééducation
  • 75 % des personnes atteintes d'un AVC gardent des séquelles à vie
  • 1/3 des personnes atteintes deviennent dépendantes

Sources : HAS - Fédération Nationale des AVC

Pour aller plus loin

Creative Commons License

Rédaction Infirmiers.comophelie.perrot@infirmiers.com@OliePrt

Retour au sommaire du dossier Médecin