INFOS ET ACTUALITES

A la Télé - Maisons de retraite : les secrets d’un gros business

Cet article fait partie du dossier:

Médecin

    Précédent Suivant

Après les récents reportages consacrés à la déliquescence des conditions de travail à l'hôpital- Envoyé spécial et dans le ventre de l'hôpital, "Pièces à conviction" nous propose ce soir sur France 3 en seconde partie de soirée une immersion "brutale" en Ehpad. Encore une fois, les plaintes sur le manque d'éthique et la déshumanisation du système du soin sont nombreuses. Un sujet brûlant où la parole des soignants jette un froid...

La situation en Ehpad est alarmante. Un nouveau reportage le prouve ce soir sur France 3.

Plus rentables que les hypermarchés, les maisons de retraite reprèsentent aujourd'hui un marché oscillant entre 25 et 30 milliards d’euros. Avec l'augmentation de l'espérance de vie et du nombre de personnes dépendantes, le secteur est plus que florissant : chaque année plus de 600 000 Français passent en moyenne les 3 dernières années de leur vie dans les Etablissements Hospitaliers pour Personnes Agées Dépendantes (Ehpad).

Près du quart des Ehpad sont des entreprises privées à but lucratif et sont gérées par de grands groupes. Si les tarifs varient entre 2000 et 5000 euros par mois, à en croire les publicités, ça en vaut la peine! On nous assure que nos grands-parents, pères, mères, oncles, tantes... vont finir leur existence dans des conditions très confortables, dignes des meilleurs hôtels. Mais les promesses n'engagent que ceux qui y croient.

"Il vaut mieux ne rien savoir, on va mieux quand on ne sait pas"- Dorothée Barba, France Inter

Personnel insuffisant, suroccupation des établissements, rationnement de la nourriture et des produits d’hygiène, certains groupes sont prêts à tout pour multiplier les économies allant même jusqu'à recourir à des pratiques illégales. L'enquête de "Pièces à conviction" qui sera diffusée ce jeudi 19 octobre à 23h25, baptisée "Maisons de retraite : les secrets d’un gros business", vient renforcer une vision alarmante de ces établissements où les résidents souffrent d'un cruel manque de moyen apparent. En effet, si les Ehpad sont aussi financés par de l’argent public, l’Etat a le plus grand mal à contrôler ce qu’il se passe derrière leurs murs.

La réalité, c’est des résidents qui paient très cher pour des soins qui ne sont pas de qualité"

Le point de départ de ce reportage de Xavier Deleu reste la longue grève de près de 117 jours du personnel d'un Ehpad à Foucherans près de Dôle dans le Jura où les journalistes ont notamment récolté le témoignage poignant d'Anne-Sophie, une aide médico-psychologique faisant partie des grèvistes. On a 42 résidents à coucher en une heure. Cela fait 3,41 minutes par résident, dénonce-t-elle. C'est une cadence. Imaginez-vous dans vingt ou trente ans, avec une pathologie… Vous avez besoin qu'on vous aide à vous déshabiller, à vous mettre en pyjama… J'ai 3,41 minutes pour faire tout ça ! Je vais vous jeter dans votre lit, j'aurai pas le choix. C'est quoi la finalité de tout ça ? La réalité, c’est des résidents qui paient très cher pour des soins qui ne sont pas de qualité […]. Qu’est-ce qu’on leur offre comme fin de vie à ces gens-là ? Des gens qui se sont battus, qui avaient des maisons, des biens, qui ont tout vendu parce qu'ils n'avaient plus d'autonomie pour rester chez eux. Qu'est-ce qu'on leur offre ? C’est plus possible. C'est plus moral, c'est juste plus moral, s'émeut-elle.

Du Jura, l'équipe est aussi allée enquêter à Marseille où les économies réalisées par une maison de retraite mettent en danger la vie des résidents en passant par Toulouse ou en région parisienne. Ainsi, si les preuves des mauvaises conditions de vie dans ces établissements s'accumulent, quelles solutions sont possibles face à ces constats ?

A l'issue de ce reportage, un débat animé par Virna Sacchi accueillera le Pr Agnès Buzyn, Ministre des Solidarité et de la Santé et Anne-Sophie Pelletier, une aide-soignante. Des pistes d'améliorations seront sans doute abordées à l'heure où les moyens alloués aux Ehpad devraient augmenter en 2018.

"Ne pas faire d'amalgame"

Suite à la diffusion de l'enquête, la Fédération nationale des associations de directeurs d’établissements et services pour personnes âgées (FNADEPA) a souhaité s'exprimer à travers un communiqué. Si la Fédération regrette qu'encore une fois les médias ne s'intéressent à ce secteur que pour relayer ses dysfonctionnements, elle espère que cette mise en lumière des Ehpad, fut-elle négative, contribuera à une réelle prise de conscience au plus haut niveau sur le profond malaise du secteur.

En effet, si le reportage rapporte des pratiques anormales, la FNADEPA appelle à ne pas faire d’amalgame entre ces cas particuliers et les 7 350 Ehpad, publics, associatifs ou commerciaux, dans lesquels l’ensemble des équipes se dévoue au quotidien pour accompagner les personnes âgées en perte d’autonomie.

Elle souligne toutefois qu'il est difficile de faire face aux besoins des seniors de plus en plus dépendants avec des moyens qui se réduisent d'année en année. Oui, les structures sont sous tension, le personnel épuisé et les familles impuissantes. Mais cette situation est connue ! La FNADEPA espère que, face à ces constats, des mesures fortes à la hauteur des enjeux du secteur, telles que l’augmentation significative du nombre de professionnels dédiés à l’accompagnement des personnes âgées.

"Pièces à conviction", 23h10, France 3, jeudi 19 octobre 2017, "Maisons de retraite : les secrets d'un gros business", enquête de Xavier Deleu, Production : CAT & Cie avec la participation de France Télévisions, 2017.

Creative Commons License

Journaliste infirmiers.com roxane.curtet@infirmiers.com  @roxane0706

Retour au sommaire du dossier Médecin

Publicité

Commentaires (1)

Roxyfox92

Avatar de l'utilisateur

5 commentaires

#1

Replay de l'émission

Voici le lien pour ceux qui souhaitent voir l'émission en replay:
https://www.france.tv/france-3/pieces-a-conviction/292271-maisons-de-retraite-les-secrets-d-un-gros-business.html

Celui-ci est encore disponible pendant 29 jours.