EN BREF

Covid-19 : flambée épidémique et inquiétudes autour du variant Omicron

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

La situation est en train de s’aggraver sur le front de l’épidémie, a alerté Olivier Véran, le ministre de la Santé, mardi 30 novembre lors de la séance de questions de l’Assemblée au gouvernement, pointant que la moyenne du nombre de nouvelles contaminations par jour dépassait les 30 000 cas.

Dépasser le pic de la 3ème vague

Au 30 novembre, 47 177 nouveaux cas (contre 30 454 la semaine précédente) avaient ainsi été détectés sur les dernières 24 heures, selon Santé Publique France, pour un taux d’incidence estimé au 27 novembre à près de 307 cas pour 100 000 habitants. Quant aux hospitalisations, la barre des 10 000 a été franchie mardi 30 novembre (10 249) pour la première fois depuis le 12 septembre, avec 1 187 patients admis au cours des dernières 24 heures. Si on poursuit cette dynamique, de plus de 60 % par semaine, [on pourrait dépasser] le pic de la 3ème vague d'ici à la fin de la semaine, s’est inquiété Olivier Véran, réitérant les appels à se faire vacciner pour limiter les cas graves et les décès. C’est ce qui protège actuellement notre pays, a-t-il insisté.

Omicron, source d'inquiétude mondiale

L’alerte d’Olivier Véran résonne d’autant plus fort que, dans un contexte de reprise épidémique qui frappe l’ensemble de l’Europe, un nouveau risque se manifeste avec l’émergence du variant Omicron. Quelques jours seulement auront suffi pour que cette nouvelle souche de Covid-19 soit détectée sur l’ensemble des continents. Repéré officiellement le 24 novembre en Afrique du Sud, ce nouveau variant serait en réalité apparu 5 jours plus tôt aux Pays-Bas, selon les autorités sanitaires néerlandaises. Depuis, de nouveaux cas ont été enregistrés en Espagne, au Brésil, en Arabie Saoudite, au Nigéria, le pays le plus peuplé d’Afrique, mais aussi en France, à la Réunion. Sa rapide circulation a d’ores et déjà poussé certains États à instaurer des mesures drastiques afin de protéger leur territoire : l’Europe a fermé ses portes à plusieurs pays d’Afrique australe, tout comme le Canada, qui a interdit depuis l’entrée sur son sol aux voyageurs provenant de 3 autres pays (Nigéria, Malawi, Egype), et le Japon a pris la décision ce mercredi de suspendre les réservations de vols pendant un mois à destination de son territoire. Quant à l’Allemagne, elle envisage désormais sérieusement d’imposer la vaccination obligatoire à l’ensemble de la population.

L'OMS appelle à la mesure

Jamais un variant n’avait provoqué autant d’inquiétude depuis l’apparition du variant Delta, responsable aujourd’hui en France de l’ensemble des nouvelles contaminations. Face à ce qui ressemble à un mouvement de panique, Tedros Adhanom Ghebreyesus, le président de l’OMS, a appelé mardi au calme et demandé une réponse rationnelle et proportionnelle ; il s’est dit préoccupé par le fait que plusieurs Etats membres prennent des mesures générales et brutales qui ne sont ni fondées sur des preuves ni efficaces en soi et qui ne feront qu'aggraver les inégalités. Les interdictions générales de voyager n'empêcheront pas la propagation de ce variant, a par ailleurs estimé l’OMS, conseillant plutôt aux personnes vulnérables n’ayant pas été complètement vaccinées d’éviter les zones à risques. Dans ce contexte, et afin de prévenir et mieux lutter contre les pandémies à venir, les 194 membres de l'organisation sont convenus de lancer un processus de négociation en vue d'aboutir à un accord international pour la doter d'un nouveau cadre juridique et prévoyant notamment la création d'un organe intergouvernemental permettant de négocier et rédiger une convention ou un accord sur la prévention, la préparation et la riposte face aux pandémies.

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)