EN BREF

Covid-19 : la "très nette dégradation de la situation" appelle de nouvelles mesures

Cet article fait partie du dossier :

Epidémiologie

    Précédent Suivant

Sur le front de l’épidémie de Covid-19 et malgré les progrès de la vaccination, la situation continue de se dégrader, aussi bien en France que dans l’ensemble de l’Europe, touchée par une cinquième vague que les experts estiment désormais alarmante.

De nouvelles mesures à venir

À l’issue du Conseil de défense sanitaire du mercredi 24 novembre, le gouvernement a ainsi laissé entendre que de nouvelles mesures seraient mises en place et qu’elles s’articuleraient autour de 3 axes : accélération de la campagne de rappel vaccinal, dont seuls les plus de 65 ans peuvent actuellement bénéficier mais qui sera ouvert aux plus de 50 ans début décembre, renforcement du pass sanitaire et celui des mesures-barrière. Ces nouvelles mesures feront l’objet d’une annonce le jeudi 25 novembre par Olivier Véran, le ministre de la Santé. Notre situation épidémique se dégrade très nettement, a averti Gabriel Attal, le porte-parole du gouvernement, qui ajoute que l’accélération de la circulation du virus sur le territoire se confirme. 6 000 classes ont ainsi dû fermer pour cause de Covid et la cinquième menace de peser lourdement sur les hôpitaux, déjà grandement sollicités par les vagues précédentes et de plus confrontés aux épidémies hivernales, parmi lesquelles les cas de bronchiolite qui envahissent les urgences pédiatriques ; et les cas de grippe, dont l'augmentation traduit la montée épidémique habituellement observée à cette période de l'année, selon Santé Publique France. La vraie vague de variant Delta arrive, a mis en garde Jean-François Delfraissy, le président du Conseil scientifique, qui prévoit de voir monter jusqu’à 1 000, voire 1 500 hospitalisations par jour autour de la période de Noël.

Une situation dégradée partout en Europe

De manière générale, c’est toute l’Europe qui suscite une véritable inquiétude. Alors que le continent a enregistré depuis une semaine plus de 2,5 millions de cas et 30 000 morts, le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC), l'agence sanitaire de l'Union européenne chargée des épidémies dont les avis sont consultatifs, a urgemment appelé à combler les retards en matière de vaccination mais aussi à prendre « des mesures non pharmaceutiques » pour freiner la circulation du virus. Le nombre de personnes ayant un risque de développer une forme grave de Covid est encore trop nombreux, et nous devons les protéger le plus rapidement possible, a-t-elle prévenu, soulignant la pertinence d’accorder par ailleurs une dose « de booster » à tous les adultes. Actuellement, moins de 70 % de la population européenne serait ainsi vaccinée, avec d’importantes disparités entre les pays, notamment en Europe centrale et de l’Est, qui enregistrent les bilans les plus lourds. De son côté, l’Organisation Mondiale de la Santé, qui avait alerté au début du mois de novembre sur le nombre de décès à venir en Europe, a annoncé en redouter 700 000 de plus d’ici le printemps 2022. Ce qui porterait ainsi le bilan à 2,2 millions de morts, rien que sur le territoire européen.

Retour au sommaire du dossier Epidémiologie

Publicité

Commentaires (0)