EN BREF

Les médecins anesthésistes soutiennent les revendications des IADE

Les médecins anesthésistes soutiennent les revendications des IADE et mettent en garde contre les dérives qui pourraient, selon eux, menacer l'exercice. Dans un communiqué intitulé IADEs et Pratique Avancée, la mauvaise réponse à une bonne question, le Conseil National professionnel d'anesthésie-réanimation médecine peri-opératoire (CNP-ARMPO), qui rassemble plusieurs sociétés et syndicats de médecins anesthésistes-réanimateurs, affirme son soutien aux IADE, lancés dans un mouvement de grève depuis le 2 novembre (et qu'ils ont pour l'heure décidé de durcir). Ces médecins expliquent soutenir sans réserve une reconnaissance des IADE, en termes de compétences et de rémunération, mais s'opposent en revanche à la Pratique Avancée comme réponse à cette demande de reconnaissance. Selon eux, le statut de pratique avancée déstabiliserait profondément l'équilibre du binôme MAR-IADE (auquel les médecins réanimateurs rappellent leur attachement) et proposerait un exercice de l'anesthésie sans bénéfice pour la société, affirment-ils. Opposant le transfert de tâches induit par la pratique avancée à la délégation de tâche d'une partie de l'activité des médecins anesthésistes-réanilmateurs (MAR) vers les IADEs, sur laquelle la spécialité s'est construite, ils dénoncent les risques de passer de l'un à l'autre pour la qualité des soins : Les médecins anesthésistes-réanimateurs sont très attachés au fonctionnement en binôme MAR-IADE, qui a fait ses preuves pour la qualité et la sécurité des soins en anésthésie. Ils ne souhaitent ni une dérive vers la démédicalisation de l'anesthésie, ni une disparition de la profession IADE au profit de techniciens d'anesthésie.

Concrètement, et alors même que la pratique avancée vient de voir officialiser sa 5e mention, le Conseil National professionnel d'anesthésie-réanimation médecine peri-opératoire demande urgemment une revalorisation de la profession d'IADE dans le périmètre actuel d'exercice sécurisé et approuvé qui garantit l'exclusivité de leurs pratiques. Cette revalorisation doit être salariale et professionnelle avec une ouverture d'exercice vers des pans entiers du parcours périopératoire (soins périopératoires, préhabilitation, gestion de la douleur, réhabilitation accélérée après chirurgie...)

Les IADE réclament une reconnaissance de leur métier à la hauteur de leur niveau de formation, d'autonomie de pratique et de responsabilité professionnelle, alors que les amendements déposés au PLFSS 2022 n'ont pas été favorables à leur évolution.

X

Publicité

Commentaires (0)