COURS IFSI

Cours IFSI - Les intoxications médicamenteuses volontaires

Les IMV sont des motifs de recours fréquents des services d’urgence. Elles représentent la première cause d’hospitalisation des sujets de moins de 30 ans. Elles sont heureusement le plus souvent bénignes avec une mortalité hospitalière de l’ordre de 1 % essentiellement due aux cardiotropes (mortalité en réanimation des psychotropes de l’ordre de 1 % versus 15 % pour les cardiotropes).

Signes de gravité immédiats

La recherche de perturbations des fonctions vitales est systématique, celles-ci pouvant être directement liées à l’intoxication ou liées à une complication de l’intoxication :

  • Les troubles de la conscience sont les plus fréquents du fait de la prépondérance des intoxications par psychotropes allant de la simple somnolence au coma non réactif. Ces comas toxiques sont caractérisés par l’absence de signe de focalisation et par leur caractère réversible en l’absence de complication et sous réserve d’un traitement symptomatique. Par ailleurs, des convulsions voire des états de mal convulsifs sont possibles.
  • Les troubles circulatoires vont de l’arrêt cardio-pulmonaire (fréquence des DEM) au choc par troubles du rythme, par vasodilatation et/ou par inotropisme négatif direct.
  • Les troubles respiratoires quant à eux sont liés à l’intensité des troubles de la conscience ou à des complications de type inhalation. À noter qu’une hypoventilation est possible sans trouble important de la conscience dans le cas de patients aux antécédents respiratoires.
  • Quant aux complications classiques à rechercher, il s’agit essentiellement d’hypothermie, de bronchopneumopathie d’inhalation ou de lésions de compression avec rhabdomyolyse.

Mesures symptomatiques initialesMise en place d’un monitorage multiparamétrique et réalisation précoce d’un ECG. Mise en place d’un abord veineux au moindre élément de gravité. Les mesures initiales consistent en la correction des perturbations des fonctions vitales. Troubles profonds de la conscience (classiquement les comas avec GCS Ils doivent bénéficier de mesures de protection des VAS (intubation oropharyngée) mais seulement après avoir envisagé une possibilité de réversion...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)