AU COEUR DU METIER

Marisol Touraine, chef de file des anti-ONI...

Cet article fait partie du dossier :

ONI

    Précédent Suivant

L'avenir de l'ordre national des infirmiers est "clairement menacé", a prévenu le 13 mai 2014 la ministre des affaires sociales et de la santé, Marisol Touraine, lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale.

Marisol Touraine

"La situation aujourd'hui que vivent les infirmiers à l'égard de l'ordre infirmier n'est évidemment pas satisfaisante", a souligné Marisol Touraine

La ministre a réaffirmé à cette occasion son soutien aux travaux conduits par la députée Annie Le Houérou (apparentée PS, Côtes-d'Armor), qui devrait déposer avant l'été une proposition de loi rendant facultative l'adhésion à l'ordre infirmier.

Marisol Touraine était interrogée par le député Jean-Luc Reitzer (UMP, Haut-Rhin), qui a exprimé son émotion après les mesures d'enquêtes diligentées par le parquet de Mulhouse à l'égard d'infirmiers salariés en raison de leur non-inscription à l'ordre, déplorant qu'ils aient été traités comme de véritables criminels.

La situation aujourd'hui que vivent les infirmiers à l'égard de l'ordre infirmier n'est évidemment pas satisfaisante, a souligné Marisol Touraine, rappelant toutefois que l'instauration de l'ordre infirmier en 2006 était imputable à la majorité UMP d'alors, bien que l'écrasante majorité des infirmiers ont marqué depuis le départ leur opposition à [sa] mise en place. Je le dis très sincèrement et très fermement : l'ordre des infirmiers est un ordre contesté, un ordre sans...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (45)

mickaelm

Avatar de l'utilisateur

141 commentaires

#45

helas si

si, effectivement, j'aurais aimé parfois que notre réalité professionnelle soit différente ce n'est pas pour autant que je m'arroge le droit de vouloir imposer à tous ma vision des choses. Ce n'est pas vrai qu'avoir ce type d'institution coercitive permette d'avoir une homogénéisation des personnes. Encore une fois je travaille dans un pays, le Québec, où elle existe (l'institution pas l'homogénéisation) et je suis bien placé pour observer les conséquences concrètes que cela induit...et je vous assure que l'ordre n'a absolument aucun pouvoir vis à vis des politiques que ce soit pour les orientations du système de soin ou pour donner un avis, l'ordre donne son avis mais personne ne le sollicite....et par conséquent s'asseoit dessus....
concernant la formation ce serait trop long à décrire, mais il est sûr que les experts dont vous parlez n'apporte rien à la profession mais se gargarisent sans cesse de leurs expertises, c'Est pourquoi j'espère que l'on évitera en france cette orientation vers des master etc...et par rapport à ces mêmes experts, la seule place qu'ils occupent c'Est celle que leur donne l'ordre français, et ceux attirés pas leurs dires...mais franchement ils n'ont rien à nous apporter, le système de soins et hiérarchique, la culture sont tellement différents qu'ils ne comprennent pas ce que l'on fait et ils n'ont rien à nous apprendre....sauf peut-être la manière de communiquer...mais certainement pas les soins....ils se positionnent en formateur parce que chez eux ce ne sont pas des infirmiers(au sens français) qui sont au contact direct des patients et donc bien évidement leur rôle est indispensable mais chez nous tous les inf sont de niveau bac +3...il existe plein de choses intéressantes et innovantes chez nous....donc communiquons sur les résultats des PHRPI, faisons sorte que les cadres réinvestissent ce rôle d'acompagnant dans le savoir en favorisant par exemple des moments où les équipes peuvent avoir des discussions et des apports, et les choses évolueront. L'ordre n'améliorera rien du tout et au contraire pourrira l'existant...quant aux notions du care et du cure...c'Est pas mieux icitte...

Volvulus

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#44

Nous ne sommes pas si éloignés que ça...

Tout à fait d'accord avec vous mickaelm, sur le fait que "Si un jour une majorité d'entre nous est capable de dire non". Cela montre bien que ce n'est pas forcement, de votre point de vue non plus, le cas aujourd'hui. Effectivement cela passe par une posture professionnelle forte que chacun devrait adopter au quotidien. Mais sur ce point , je pense qu'un organisme porteur de valeurs communes et tenant de la parole majoritaire de notre profession, est un plus pour étayer chacun d'entre nous. Une représentation légale (au sens qu'il est inscrit dans la loi) donne plus de poids.
Je vous rejoins sur le fait que l'ordre, à l'heure actuel, ne peut se prévaloir d'être représentatif. Mais pour reprendre votre parallèle avec les élections, la faute n'est elle pas aussi à ceux qui critique au lieu de proposer et de se présenter pour faire évoluer les choses. Plutôt que de saborder quelque chose qui pourrait de fait nous servir à tous, pourquoi ne pas se l'approprier. Cela me semble plus constructif que d'espérer que les grands syndicats centraux se mettent à plancher sur des questions d'éthiques sur la fin de vie, ou bien encore sur le programme de l'enseignement en IFSI, ou la prévention en milieu scolaire. Des points qui sont propres à notre cœur de métier et que nous laissons aux mains d'experts, qui ne sont pas issus de notre culture, faute d'avoir notre propre institution de développement, de recherche, de réflexion. A quand, une réelle reconnaissance de notre vision singulière, du "care", qui bien souvent est relégué au second plan face au "cure" des médecins?
Pour ma part je préfère me voir comme un "acteur" plutôt que comme un "prisonnier".

A l'attention d'Eusèbe: merci pour la référence, je l'avais lu sur un de vos poste, mais je n'arrivais pas à remettre la main dessus.

mickaelm

Avatar de l'utilisateur

141 commentaires

#43

qq precisions complémentaires

volvulus vous ne m'avez pas compris :

je ne vois pas ce que veut dire émancipation vis à vis du corps médicale car la relation que l'on a avec les médecins avec qui on travaille ne dépend pas du regroupement ou non des IDE mais tout simplement de notre capacité à être au niveau individuel. Ce changement dépend de chacun et pas du groupe. Si un jour une majorité d'entre nous est capable de dire non et de se tenir à ses principes alors on sera vu autrement...S'il y a des pb de relation, les cadres de santé sont normalement là pour les règler et le cas échéant la loi est claire lorsqu'il s'agit de harcèlement.

concernant les syndicats oui c'est vrai il n'en existe pas pour nous regrouper...mais la question que je posais était justement celle de savoir si nous avions d'autres intérêts communs que ceux ayant trait au salaire et aux moyens humains.
Mais encore une fois PERSONNE N EST OBLIGÉ DE COTISER A UN SYNDICAT contrairement à ce que veut faire l'ordre. et l'ordre n'est en aucune manière représentatif de nos doléances. Les personnes qui sont à l'ordre ont une idée prédéfinie de ce que doit être notre métier et de la façon dont il doit être pratiqué, ils n'ont aucun désir de prendre en compte ce que la majorité d'Entre nous veut, ils veulent juste imposer leur vision.
ne commettez pas l'erreur de comparer un syndicat à un ordre car cela pourrait s'Apparenter à celle de croire qu'il n'est pas nécessaire d'Aller voter puisque nous sommes dans une démocratie...on a vu ce que cela a donné récemment...
et concernant le caractère obligatoire il est l'essence même de la non représentation et de l'illégitimité....comment peut on déduire qu'un organisme obligatoire a une volonté de satisfaire le bien être de ses "prisonniers", car c'est bien de cela qu'il s'Agit devenir prisonnier du carcan intellectuel de certains...

Volvulus

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#41

Effectivement...

Merci mickaelm pour ces précisions.

Cependant, je ne suis pas sur qu'à l'heure actuelle aucun syndicat puisse affirmer haut et fort que tout va bien pour notre profession. Et cela, malgré leurs efforts incessants depuis de nombreuses années déjà. car il me semble qu'ils étaient là bien avant l'ONI. Par ailleurs sont-ils réellement représentatif de notre métier, ou bien d'une fraction?
Je suis d'accord que l'ordre n'est pas un aboutissement. Mais il a le mérite d'être là. Après si il faut le supprimer, pour voir apparaître un énième syndicat... j'suis pas sûr que nous y gagnerons d'avantage.
Pour la distinction rôle propre/rôle prescrit et l'émancipation du corps médical, je suis là aussi d'accord. Il faut aussi renforcer notre indépendance vis-à-vis de l'administration, et nous galvaniser nous mêmes. Mais cette posture identitaire forte, est-elle si éloignée que ça de l'ordre?
Mais là encore si il faut rebaptiser l'organisation en "syndicat", pourquoi pas?
Il est clair que la définition de nos intérêts communs à tous ne va pas être une tache facile. D'autant plus si cet ordre, qui devait être commun lui, puisque obligatoire, est amené à disparaître.
Alors oui, peut être que notre profession n'a pas besoin d'un ordre. Mais je pense que nous gagnerions en crédibilité au près de ceux qui nous administrent si nous étions capable de nous rassembler sous la même bannière.

mickaelm

Avatar de l'utilisateur

141 commentaires

#40

ceux qui quoi?

vovulus d'où sort ce chiffre? si c'est encore un de ces sondages on en voit régulièrement les limites...je n'ai jamais eu sous les yeux un tel questionnaire...donc en ce qui me concerne ce chiffre n'est absolument pas validé.
concernant la formation elle existe depuis bien longtemps et on a pas attendu l'ordre pour cela. Pour la rémunération et les conditions de travail l'ordre n'est pas concerné ce ne sont pas des missions qui lui sont dévolues.
concernant l'émancipation vis à vis du corps médical, tout d'Abord qu'est ce que cela signifie exactement?? et ensuite si on considère que la botte médicale nous maintient qu'est ce que propose l'ordre : de remplacer le pied médicale par son propre pied dans la botte??
le rôle infirmier se décompose en deux parties : le rôle prescrit et le rôle propre. Le rôle prescrit s'inscrit dans une perspective légale et aussi de personnalité lorsqu'il s'Agit de prescription particulière. Le rôle propre quant à lui est l'essence même de notre métier et est déterminé par notre capacité individuelle à l'imposer et pas qu'au médecin mais surtout à nous même, à notre propre hiérarchie et à l'Administration.

concernant la représentation je vous rappelle la définition du Larousse :
syndicat : groupement constitué pour la défense d'intérêts professionnels ou catégoriels communs.

la question n'est pas de savoir quelle organisation peut nous représenter, c'est par définition un syndicat, mais c'est surtout de voir un jour quel syndicat arrivera à nous fédérer pour des intérêts communs...commençons donc par définir ceux-ci pour voir si réellement ils existent...


l'ordre n'est pas l'union, c'est la volonté d'un très petit nombre qui veut s'imposer à la majorité, qui veut définir ce que doit être le champs de compétences des infirmiers et qui veut se servir d'une grande quantité de personnes pour soi disant avoir un pouvoir de parole. Mais cela ne fonctionne pas dans les pays où existent l'ordre, car contrairement à ce que vous annoncez, dans ces mêmes pays les septiques sont toujours légions et cela même après quasiment un siècle d'existence(Québec)

Volvulus

Avatar de l'utilisateur

4 commentaires

#39

Mais qui alors

Bonjour à tous,
Je suis nouveau sur le site, et le débat qui fait rage au sujet de l'ONI m’interpelle. En effet, l'ordre ne semble pas répondre aux attentes de ceux qui l’appelait de leurs vœux (92%) il à quelques années. Pour autant, il me semble bien qu'il y a eu une restructuration, avec limogeage de la présidente, suite au faste néfaste des débuts de cette organisation.
Alors que l'on soit déçu, je comprends. Qu'il y ai des septiques de la premières heures, je trouve cela plutôt sain, car les choses avancent en partie grâce au débat d'idées.
Et du coup, une question me vient: Si l'ordre doit être démantelé, quel organisation aura pour fonction d'établir les règles déontologiques, de promouvoir la profession (de la formation, à la rémunération en passant par l'émancipation du corps médicale, ou bien encore l'amélioration des conditions de travail), et d'être ce contre poids à l'exécutif?
Si l'on s'en réfère à la répartition par CSP de nos députés (http://www.assemblee-nationale.fr/11/tribun/csp1.asp), il me semble que question représentation, nous (les infirmiers) ne pesons pas bien lourd.
Il semble donc que le législatif n'est pas en notre faveur pour faire avancer les choses.
Du coup, qui pour représenter les presque 600.000 Infirmiers que nous sommes?
l'union, me semble-t-il, fait la force.

lapikouzesimone

Avatar de l'utilisateur

31 commentaires

#38

bravo Mickaelm !!

tout est dit dans votre poste !!!
les pro ordres ne digèrent pas que nous ne nous laissions pas faire et que nous nous rebellions contre leur volonté de pouvoir sur nous !!!!
les ordres sont néfastes à ceux à qui ils s'adressent !!!!
les seuls bénéficiaires sont les " nantis" qui en tiennent les rênes !
jamais nous ne laisserons dominer par cet organisme archaïque !
JAMAIS !

mickaelm

Avatar de l'utilisateur

141 commentaires

#37

who are you rockeuse

il semble évident que vous appartenez à l'ordre et par conséquent votre discours s'inscrit toujours dans la même ligne.

encore une fois vous faites dans l'analyse rapide et le mensonge, et je suis d'Autant plus à l'aise avec mon discours qu'en ce qui me concerne j'avance à visage découvert je ne suis pas syndiqué et je travaille à l'étranger.

vous parlez de la journée internationale des infirmières mais on s'en fout de cette journée...quel en est l'intérêt si ce n'est nourrir ce besoin quasi-maladif d'amour et de reconnaissance? ce que l'on veut, rockeuse, c'est avoir un salaire en rapport avec nos responsabilités et pas qu'on nous dise qu'on est gentille et bien "cute"...vous parlez de cette licence comme si c'était un bien, mais c'est n'importe quoi...vous faites apparament partie de cette mouvance actuelle qui s'extasie de pouvoir entrer dans un cursus LMD...mais j'espère que l'on aura jamais cette profession chez nous car je vous le dit très clairement cela n'apporte rien de positif sur le terrain. Je peux me permettre de le dire car je travaille dans un pays où votre rêve est la réalité, ce qui permet à celles qui sont incapables de se confronter à la souffrance des autres de "réfléchir" à ce qui doit être, à faire des écrits ceci et cela sans pour autant que les soins soient plus efficients que dans l'hexagone, dans lequel j'ai travaillé plus d'une décennie.
vous vous permettez de critiquer les syndicats, qui au passage vous permettent de prendre 5 semaines de congé par an, pas bien sûr que vous ne soyez pas contente de bénéficier du travail effectué par les autres dans ce cas précis.
concernant la 1ère année encore une inepsie totale : quand on désire être infirmiere on ne désire pas être médecin (c'est bien ici à mon avis que se pose la question pour celles qui veulent des masters et doctorats), ni kiné. Le fait de voir ses années reconnues pour accéder à d'autres types d'études est une autre question.
votre désir de voir la profession avoir plus de place dans le système est contre productif. On ne veut pas de plus de responsabilitées qui plus est non rémunérées, on a déjà donné dans le travailler plus pour gagner....voir la profession respectée ne se fait pas par une pseudo crise narcissique aigue, mais par un changement au quotidien de notre positionnement professionnel et ça c'est pas dit qu'on en soit capable...mais par contre ON NE VEUT PAS DE CET ORDRE qui prétend parler en notre nom en nous soumettant au passage. Vous êtes de l'ordre et je vous le dis clairement vous ne respectez pas les diplômés français, vous venez de faire en sorte que les inf qc puissent travailler chez nous sans stage. vous ne connaissez rien du tout à leur formation et je peux me permettre de le dire je fais partie du RIFQ et on a eu l'occasion de goùter à votre incompétence sur ce sujet. Avec ce passage à l'acte non seulement vous trahissez les inf fr, toutes pas seulement celles qui travaillent au Québec, vous trahissez votre mission de défense de l'honneur de notre profession mais plus graves, vous jouez avec la vie des patients français. Ce passage à l'acte récent, dont l'objectif est bien évidement de plaire à la délégation québécoise du SIDIIEF, dans laquelle mister bi vient bien évidement de se faire nommer. Vous espérer profiter de leurs "lumières" pour imposer leur modèle dans l'hexagone, mais ne vous leurrez pas nous ne sommes pas des québécoises et la résilience on ne connait pas.
alors vos leçons sur le regroupement professionnel gardez les. Vous nous prenez vraiment pour des truffes :
1- on refuse de payer pour travailler
2- on refuse de financer le baton qui veut nous battre
3- on a un rôle propre et on ne vous permet pas de vouloir le redéfinir
4- vous ne nous représentez pas et cessez cette comparaison avec les syndicats puisque comme vous le dites très peu d'IDE sont syndiquées
5- on aime notre travail, tout ce que l'on veut c'Est des moyens humains supplémentaires et une reconnaissance salariale
6- confrontez vous ,en tant qu'infirmier sur le terrain, à la réalité du système que vous pronez, c'est à dire dans les pays où existent l'ordre et après seulement après on en rediscute...parceque pour le coup toutes les "améliorations" que vous considérez comme des conséquences de l'existence de l'ordre, n'existent pas....pas plus de prise en compte de la parole des infirmieres, pas plus de pouvoir de décision...mais une cotisation pour les infirmieres toujours plus importantes et des obligations toujours plus importantes....pas pour le système de soins ni pour les politiques non....juste pour les infirmieres...alors pas la peine de débaler votre cadeau on sait déjà ce qu'il y a dedans..

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

497 commentaires

#36

Informations syndicales

http://www.sante.cgt.fr/Future-loi-sante-La-CGT-exprime-de
L’ordre infirmier : la future loi santé comportera un dispositif qui rendra l’adhésion facultative pour les salariés.
La CGT a réaffirmé l’urgence de régler la question de l’adhésion aux ordres professionnels pour toutes les professions salariées. En ne légiférant pas plus rapidement, comme la Ministre l’avait annoncé à maintes reprises, elle laisse une large possibilité aux ordres d’attaquer les professionnels non-adhérents. La CGT a dénoncé une fois encore les agissements inadmissibles des ordres.

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

497 commentaires

#34

Déjà lu...

Ce discours réactionnaire et anti-syndical est toujours réactivé quand les affaires ordinales se délitent.
L'ordre ne sert à rien et les infirmiers n'en ont que faire, et cela à un point tel, que les élections du 3 avril se sont soldées par une pauvre participation de 22% des inscrits, soient 5 % de la totalité des professionnels ; le constat est que plus de la moitié des cdoi ne peuvent pas fonctionner, et que les conseils régionaux ne peuvent pas être renouvelés (et les chambres mortifères aussi par la même occasion).
Le destin des infirmières et des infirmiers se fera sans cet organisation sans avenir.

rockeuse

Avatar de l'utilisateur

8 commentaires

#32

Suite

L'émission d ' Yves CALVI les syndicats et la politique du 2 mai 2014) Le rapport PERRUCHOT en 2011 qui démontrait ces financements occultes, a été interdit de publication pendant 25 ans , tant son contenu est explosif. Alors ne nous laissons pas compter par ces syndicalistes qui ne travaillent même plus sur le terrain.
Ils sont en délégation temps plein, payés par nos impôts qui ne cessent d'augmenter, ce qui leur permet d'être aussi actifs sur la toile et ailleurs, pour nous désinformer, décrier l'ordre et défendre leurs privilèges, au lieu de défendre nos conditions de travail qui ne cessent de se dégrader.
Pourtant, c’est le cœur de leur mission.
Alors, oui à l’ordre, nous n’avons rien à perdre pour 30 euros annuel.
Le service de presse du ministère de la Santé réfute la validité du document arguant la suppression de l'ONI dans la future loi de santé présentée le 17 juin, et de plus« l’abrogation de l’Ordre n’est pas à l’ordre du jour et qu’une telle disposition n’aurait pas sa place dans la future loi de santé ».
D'autre part, le décret n° 2014-545 du 26 mai 2014 relatif aux procédures de contrôle de l'insuffisance professionnelle et aux règles de suspension temporaire des médecins, des chirurgiens-dentistes, des sages-femmes, des pharmaciens, des infirmiers, des masseurs-kinésithérapeutes et des pédicures-podologues confie cette mission à l’ordre infirmier dès le 15 janvier 2015.

Donc l'ordre va vivre et les IDES prennent leur destin en main en s'inscrivant de plus en plus et ne se laissent plus anesthésier par des discours syndicalistes constamment mensongers.

rockeuse

Avatar de l'utilisateur

8 commentaires

#31

Infirmiere et fière de l'être

La journée internationale de l'infirmière du 12 mai est encore passée inaperçue en France. Elle est à l'image de notre profession: invisible, tâcheronne, la tête dans le guidon, portant notre cornette invisible du 21° siècle depuis des décennies, sans réaction.
Elle est aussi le reflet de notre formation initiale qui se fait toujours en IFSI alors que les kinés ont intégré la 1° année commune des études médicales et paramédicales. Le non-respect des accords de Bologne de 1999, obligent le gouvernement français à payer une amende annuelle de contrainte pour la profession infirmière..
N’oublions pas que nous n’avons qu’un grade licence professionnelle et non une licence universitaire……
Aucune visibilité de nos contributions dans les médias écrits, audios et télévisuels.
Pourtant, nous sommes de grandes infirmières, très bien formées et non des petits médecins.
Ce n'est pas avec des actions revendicatives dispersées, défendant chacune son pré carré que la profession va pouvoir montrer ses contributions dans la santé publique de prévention primaire secondaire tertiaire et dans l'éducation, etc...
L'ordre peut être l'opportunité pour notre profession de s’unir et d’avoir un poids politique (et non pas politicien) de 600 000 infirmiers.
Et c'est peut être ça qui fait peur.
Qui représente les infirmiers dans les commissions de travail concernant la santé (Filière AVC, filière Gérontologique, soins ambulatoires, précarité, etc..) S'il n'y avait pas eu de représentant du CDOI, aucune infirmière n'était présente mais uniquement des médecins et des politiques et des administratifs.....
Alors ne nous laissons pas berner par des discours de centrales syndicales qui ne représentent même pas notre belle profession(ce sont les aide soignants, les ambulanciers, les administratifs et techniques qui forment leur contingent) et qui sont financées à 80% par l'état donc avec notre argent, pour maintenir la paix sociale (revoir sur You Tube http://www.youtube.com/watch?v=ue0803eMvlg

mickaelm

Avatar de l'utilisateur

141 commentaires

#30

...

fab tu t'offenses de ce que nos institutions ne veulent pas de doctorant, ni de master....mais qui en veut? pas moi en tout cas.

j'ai un diplôme d'état et je ne veux certainement pas que l'on vienne me dire ce qu'est mon rôle propre. Le master et le doctorat ne sont absolument pas une évolution positive de la profession. cela permettra uniquement à certains de jouer à l'expert. l'expertise s'apprend avant tout sur le terrain et le pb avec ces masters c'Est que l'on voit qq nouveaux diplômés "licence", s'y inscrire alors que l'encre de leur diplôme n'est pas encore sèche...et tu voudrais que j'accorde quelque crédit à leur expertise?? la reconnaissance ne vient pas avec les diplômes, regarde dans les pays où ceux-ci existent et tu verras, si tu prends la peine de regarder sur les voies non officielles, c'Est à dire celles qui ne sont pas empruntées par ces mêmes "docteurs",que cette "problématique" de non reconnaissance, y existe aussi....

affirmons nous auprès de nos collègues paramédicaux et des cadres "déviants" (je ne dis pas qu'ils le sont tous) en rappelant très clairement notre décret de compétences. arrêtons d'être plus névrosé que la moyenne "en donnant tout pour nos patients" aux détriments de notre santé psy et phy et peut-être, je dis bien peut-être, aurons nous cette reconnaissance tant voulue par certains....en ce qui me concerne je ne laisse personne faire ses excréments dans mes bottes ni me dire ce que je dois faire et ma profession me convient très bien comme ça.

maintenant les évolutions devraient être communiquées par le biais des formations continues et par les cadres de santé infirmiers qui devraient ne pas laisser l'administratif leur dicter ce que doit être leurs rôles, qui est avant tout d'Accompagner les équipes et non pas de les manager...

que veulent vraiment les ide?...les rêves de gloire de certains pourraient se briser sur la réalité. ce n'est pas être une mauvaise infirmière que de se "contenter" d'exercer notre rôle premier...

Fab.infirmier

Avatar de l'utilisateur

6 commentaires

#29

Arrêtons et rassemblons nous...

Comportons nous comme des professionnels de santé. C'est bien plus facile pour le gouvernement de ne pas avoir de contre pouvoir.
Que l'ordre soit remis en question pour son historique, je le comprends. Qu'il ne soit pas représentatif c'est une certitude au même titre que les syndicats qui ne représentent qu'à peine 1% de la profession.
Pour être honnête, la seule chose qui m'intéresse c'est que l'on soit entendu. Le résultat aujourd'hui est simple, nous sommes oublié pour la réforme de la santé, nos compétences sont remis en cause, nous pratiquons avec un code de santé publique ancien et désuet de sens. La ministre parle de supprimer les masters infirmiers et ne parlons pas des doctorants qui sont inutiles aux yeux de nos institutions.
Vous voulez que l'ordre soit supprimė, très bien mais dans ce cas proposė une nouvelle institution qui puisse se faire entendre.
Nous sommes dans des années charnières pour notre profession, il est temps d'arrêter de se diviser et au contraire, fédérons nous.
Prenons l'exemple de 1988, je suis jeune et je veux que notre profession soit reconnu comme maillon essentiel. Arrêtons d'attendre des actes de nos institutions et prenons notre destin en mains.
Je n'ai aucune prétention mais j'espère que nous saurons nous rassembler, il est urgent de se réveiller...

FRED60

Avatar de l'utilisateur

34 commentaires

#28

ne croire que ce qu'on voit!

La fin de l'ordre j'y croirais quand je verrais le décret publié.
Mme Touraine étant du genre à parler beaucoup mais à peu agir (sauf pour les économies...) je ne crois que ce que je vois!

mickaelm

Avatar de l'utilisateur

141 commentaires

#27

suite

vraiment vous gagneriez, les pro-ordres, à aller travailler dans les pays où des ordres inf existent pour vous rendre compte de la différence entre les fantasmes projetés et la réalité...car loin des échanges avec les personnes qui ne pratiquent plus depuis longtemps, la réalité serait beaucoup moins tentante et là plus question de parler d'Amélioration de la qualité auprès des professionnels de terrain car aucun argument ne pourrait faire face au désamour des professionnels face à cet ordre, faire face à l'incapacité de l'ordre d'Avoir un impacte sur l'organisation des soins, faire face à sa non-légitimité dans la gestion des soins...
l'amélioration des soins passe par plus de moyens humains, de la formation continue, les phrip, une redéfinition du rôle des cadres de santé..
notre profession est ce qu'elle est et pas ce que vous voudriez qu'elle soit. et avant que vous ne soyez tenté par une telle rhétorique je vous précise déjà que je ne vous crédite pas de quelque légitimité que ce soit pour "panser" à ma place.

mickaelm

Avatar de l'utilisateur

141 commentaires

#26

reponse aux propos

mr vesunna, vous abordez différents sujets qui n'ont pas tous à voir avec l'ordre.
Concernant la politique les discussions ont fort peu de chance d'aboutir, s’agissant de conviction on risque vite d'être en désaccord.
vous parlez ensuite de légitimité et de syndicat, mais même si je partageais votre avis sur la (non)légitimité des syndicats, ce qui n'est pas le cas car eux s'occupent des salariés et pas des usagers, je ne souscrirait pas à votre tentative de démonstration car ce n'est pas parce qu’il existe qq chose d'illégitime que cela justifie qu'une autre organisation tente de s'imposer comme légitime...de quel droit vous imposez vous avec ce statut? y a t il eu un referendum auquel aurait participé une majorité d'infirmier, qui aurait posé la question de la volonté d'une telle structure? jamais...certains se sentent peut-être investis d'une mission mais ils n'ont eu aucun mandat de qui que ce soit pour cela.
Ensuite vous parlez de profession à construire...mais notre profession existe déjà, merci pour elle. Elle n'a pas besoin de penseur qui vont lui dicter sa conduite mais uniquement de moyens pour qu'elle puisse faire ce pour quoi elle est formée. l'ordre français se gonfle d'orgueil des relations qu'il noue avec les panseuses québécoises, en obtenant vaut mieux pas savoir comment, des désignations au sidiief, en ch...au passage sur la tête des inf fr...mr B s'ennui? qu'il parte à la pêche, car, blague mise à part, est-il raisonnable de le laisser à son âge émettre des souhaits pour les générations futures???

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#25

Décroche

pour de bon :))

C'est ce que toi et ta clique pourraient faire de mieux...

vesunna24

Avatar de l'utilisateur

16 commentaires

#24

Dialogue de sourds

Aucune vraie réponse à mes propos, j'ai l'habitude. Parce qu'en matière de "diversion", vous êtes des pros.

Je décroche vous êtes vraiment trop...

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#22

Vesunna et l'hôpital qui se fout de la charité...

Quand il n’y a plus rien à dire sur l’honni, en tente de faire diversion et de noyer le poisson en se répandant sur Hollande, le GVT,les syndicats…etc

Mais il faut quand même pas chier la honte de vilipender Marisol Touraine et d’aller lui lécher les bottes dans le même temps…

Et de quelle démocratie tu parles quand le cnoi a été prorogé en 2011, la farce des élections des cdoi dont 53 sont incapables de fonctionner et le report des élections des croi qui découle de cette situation ubuesque ?

Quant aux missions oniesques, laisses nous rire !

95 % des IDE ont dit NON

78 % des inscrits ont dit NON (à peint 1/4 des IDE)

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

497 commentaires

#21

De 92 % à 5 %

Les 92 % des infirmiers qui voulaient un ordre se sont transformés en 5 % qui ont voté (et dont on suppose qu'ils sont de près ou de loin intéressés par le truc qui ne sert à rien). Car les dénoncés ou autres condamnés et déconventionnés, je ne suis pas certain qu'ils aient encore envie de construire notre belle profession avec le machin.
Quant aux syndicats, ils font le boulot, et eux, ne sont pas obligatoires.
Mais qu'est-ce qu'on va être tranquille quand cet organisme nuisible aura disparu !

vesunna24

Avatar de l'utilisateur

16 commentaires

#20

Clairement menacé!

Elle est bonne en plus celle là! elle doit vouloir parler de sa place de ministre dont personne ne voulait plus, et qui a été sauvé par un miracle dont seul notre Président a le secret! mais que personne ne comprend plus, ni n'écoute plus d'ailleurs.

vesunna24

Avatar de l'utilisateur

16 commentaires

#19

Chef de file

Marisol Touraine chef de file d'une gauche aux abois!
De la politique, de la politique et encore de la politique...
Les fonctionnaires sont dans la rue, à peine poussés par les syndicats qui représentent....les fonctionnaires, et des élections à venir avec une débâcle attendue pour un gouvernement que personne ne croit plus. C'est tout.
Alors on s'accroche aux branches et l'ONI en est ne bonne!
Qui plus est en parlant de légitimité! ce qui est le comble de l'hypocrisie et du mensonge dans l'art d'enfumer de paysage démocratique!
Qu'elle est donc la légitimité de nos chers syndicats(très chers syndicats qui nous coûtent 8 milliard d'euros pas ans) alors qu'ils ont un nombre d'adhérents frisant le un pour cent pour chacun, dans lesquels le nombre d'IDE doit être de 0,0 et quelques!!!! D'ailleurs ils représentent tellement bien les IDE que les manifestations pour la pénibilité ne semblent concerner que les éboueurs( et leur fini-parti).
Je n'évoquerais même pas résilience sur ce point, parce que là, en terme de représentativité et donc de légitimité, c'est du lourd...
Et que dire de la légitimité d'un gouvernement dont le Président est dans les abîmes du rejet populaire?
L'ONI existe, travaille et va continuer à poursuivre ses missions, avec tout ceux, très nombreux, qui ont envie de construire une belle profession, et nous en avons tous bien besoin de cet Ordre et de sa place dans notre système de santé qui jusqu'à ce jour nous a bien laissé de côté.

Motarde de DIJON

Avatar de l'utilisateur

35 commentaires

#18

Si je le dis c'est que c'est vrai!

Bonjour Madame FABREGAS,

Le SNIIL prétend être le premier syndicat d’infirmières et d’infirmiers libéraux. Soit ! Penons en acte.

Cette proclamation pose un certain nombre de questions. Par exemple :

De quelle manière peut-on se définir comme premier syndicat d’IDE libéraux ?
Par le nombre d’adhérents ? Combien pour Convergence Infirmière ? Combien pour l’ONSIL ? Combien pour la FNI ? Combien pour le SNIIL ?

Connaître les chiffres afin d’être en mesure de comparer serait de bon aloi.

Une autre manière de pouvoir affirmer être le premier syndicat est de publier les résultats des élections à la CAPIMKO…

Combien de suffrages pour Convergence Infirmière ?
Combien de suffrages pour l’ONSIL ?
Combien de suffrages pour la FNI ?
Combien de suffrages pour le SNIIL ?

La troisième manière pour pouvoir soutenir que l’on est le premier syndicat d’IDE libéraux est de produire les résultats des élections aux URPS…

Combien de suffrages pour Convergence Infirmière ?
Combien de suffrages pour l’ONSIL ?
Combien de suffrages pour la FNI ?
Combien de suffrages pour le SNIIL ?

Voilà des éléments objectifs. On peut toujours clamer que l’on est le premier. Encore faut-il le démontrer !

Bonne journée à vous.

brrruno

Avatar de l'utilisateur

7 commentaires

#17

ridicule

Pour rappel la menace d'exercice illégale de la profession avait été faite mais bizarrement non appliqué. En même temps j'imagine mal une société fonctionner avec 90% d'infirmier en moins. C'est d'ailleurs l'argument transmis à l'hôpital qui se faisait relais de l'ONI. J'aimerais bien connaitre le plan du petit malin qui voudrait faire tourner un hopital après avoir exclus l'ensemble des infirmiers. Et pas question de réquisitionner ceux qui ne sont pas inscrit a l'ordre :-)

dino

Avatar de l'utilisateur

320 commentaires

#16

Merci à rchristian 13

"Si dès la création de l’ordre on avait mis une date butoir d'obligation d'inscription avec sanction à la clef (Impossibilité d'exercice) on en serait pas là"
...je te cite dans le texte ; grâce à toi, nous avons effectivement l'essence même de l'ONI, un machin autoproclamé qui cherche à mettre sous tutelle la profession. Que ceux qui ont organisé ce truc-là s'occupent de leurs fesses et nous foutent la paix !

mickaelm

Avatar de l'utilisateur

141 commentaires

#15

suite

et qu'ils défendent pour le coup les conditions de travail...
nous avons déjà tous les leviers pour faire évoluer notre profession...le PHRIP et les cadres infirmiers. à ces derniers de se réapproprier leurs missions infirmières en prenant de la distance avec leurs missions administratives.
et cela va peut être en étonner certains, mais la légitimité ne dépend pas du bon vouloir des acteurs internes mais surtout de la volonté des acteurs externes...Au Québec ils ont aussi cette problématique de reconnaissance....celle-ci est peut être une problématique plus personnelle voir narcissique car ce qu'attendent la plupart des infirmier(e)s c'est une reconnaissance salariale, pour le reste on peut faire très correctement son travail...

mickaelm

Avatar de l'utilisateur

141 commentaires

#14

encore vivant?

j'invite les convaincus à s'ouvrir aux autres expériences des ordres. il est quand même étonnant de voir encore et encore les mêmes arguments infondés.

la défense de la profession?? ce n'est rien de cela, c'est l'appropriation par certain de la légitimité de panser et de penser. exit le rôle propre car il ne deviendra que celui dicté par l'ordre...l'ordre ne défend pas la profession il tente de la contrôler. regarder ce qui se passe à l'étranger, notamment au Québec. l'ordre organise des conférences qui n'intéressent quasiment personne, non pas que le sujets ne soient pas intéressant mais c'est surtout en décalage avec la réalité. Cet ordre qui existe depuis quasiment 100 ans au Québec est incapable d'assurer des conditions d'environnement de soins qui soient sécuritaires car c’est toujours le gouvernement qui décident des changements et l'OIIQ peut manifester son désaccord cela ne change pas les décisions. Mais par contre personne ne sait ce qui est fait avec le budget car pas de transparence complète et il peut augmenter la cotisation sans que personne puisse s'y opposer : cette année c'est 425 $. Il oblige aussi les inf à faire des formations et cela sur leurs propres deniers lorsque l'hôpital où ils travaillent ne donnent pas de FC créditées.
sur un autre sujet, mais pas si éloigné que cela, Mr Borniche a encore trahi les infirmiers français en permettant aux inf cliniciennes québécoises de ne plus avoir à faire de stage lorsqu'elles viennent en France dans le cadre de l'ARM. Après avoir dit au RIFQ que la formation des Qc étaient supérieure à la notre alors qu'il ne sait absolument pas ce qu'est la formation des Qc...et sa proposition vient après sa nomination dans le SIDIIEF, organe autoproclamé international par certaines infirmières québécoises, ayant les mêmes rêves délirants que Mr Boniche.
concernant la comparaison avec les syndicats...la différence avec les syndicats c'est que ces derniers n'ont pas de caractère obligatoire au niveau de la cotisation

copycat

Avatar de l'utilisateur

28 commentaires

#13

le beurre, l'argent du beurre et....

C'est à peine masqué MDR !
ça les arrangerait bien d'avoir la gestion du fichier ADELI pour exercer leur chantage à l'inscription sans que personne puisse rien y faire : inscription à ADELI contre inscription à l'ordre...

Quelle bassesse !

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

497 commentaires

#12

La bonne blague .

Ordre indépendant : la bonne blague !
Toujours dans les chialeries auprès du gouvernement et de la justice et sous le joug de la banque qui aimerait bien revoir son fric...
On le voit bien et on le dit depuis longtemps, cette organisation est inutile et doit disparaitre.

execho

Avatar de l'utilisateur

188 commentaires

#11

l'ordre sans principes même pas les siens...

l'ordre s'inscrit donc dans l'objectif gouvernemental d'économies sur le dos des patients et du personnel médical.En fait l'ordre pérore sur tout et n'importe quoi et en oublie sa prétendue indépendance,il se positionne comme co acteur des mesures gouvernementales.C'est toute la différence avec les syndicats qui n'ont pas vocation à donner de bonnes idées au gouvernement pour saquer les travailleurs soignants ou malades.Les personnels de l'ArS doivent être aux anges!

rody78

Avatar de l'utilisateur

7 commentaires

#9

stop aux divisions

Encore une fois l'ordre se fait taper dessus. Dès sa création il y a eu des levées de bouclier de la part des syndicats qui veulent sa mort pourquoi ? Eh bien parce que si des gens cotisent à l'ordre vont ils se syndiquer? Donc depuis le début tout est fait pour que cet ordre ne vive pas et qu'il n'accomplisse pas les missions qui lui sont confiées. Je pense que l'ordre est une petite avancée dans notre profession mais c'est sur que sa légitimité est plus que fragile du fait du manque d'adhésions. Pourquoi donc cette ministre tire à boulet rouge sur l'ordre ? Je crois qu'une profession dispersée avec plusieurs interlocuteurs est plus commode. Le temps qu'ils se mettent tous d'accord sur des positions communes ce qui n'arrive jamais, les pouvoirs publics font ce qu'ils veulent et notre profession n'avance pas. Et malheureusement si l'ordre disparaît si nous continuons aussi désunis alors que nous sommes 600 000 Ide notre profession ne fera pas les mutations qu'elle doit opérer pour notre avenir et nous resterons avec notre mal bien français c'est à dire de nous plaindre et d'avancer en ordre dispersé sans rien obtenir. Tout cela profites aux syndicats qui se frottent les mains car ils assoient leur légitimité même s'il y a très peu d'infirmiers qui y sont adhérent et les pouvoirs publics qui finalement lorsque l'ordre ne sera plus là nous pointerons le fait que nous n'avons pas su utiliser les outils comme l'ordre que la législateur avait mis à notre disposition. Alors de grâce il faut cesser ces guerres intestines car c'est nous les professionnels sur le terrain quelque soit le mode d'exercice qui en patiront. Je pense qu'il y a de la place pour tout le monde et que nous avons d'une représentation forte un ordre fort ou une convergence nationale de nos syndicats pour que les mutations que nous devons faire pour notre bien être professionnel et au bénéfice de nos malades se fassent dans les meilleures conditions possibles et qu'elles soient faites par des infirmie

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#8

Arguments vs arguments...

En effet madame Touba, être le bras armé des cpam qui déconventionnent des IDEL non inscrits et les priver totalement de leur droit à travailler sans respecter la législation en vigueur, c’est pas beau ☹

Interdire d’exercer totalement 1 IDEL sous un faux prétexte sans se référer au CSP et les règles professionnelles, c’est pas beau ☹

Dénoncer des IDE devant le Procureur de la République dans une optique très hypocrite de soit disant information, c’est pas beau ☹

Madame Touba, si l’oni est un organisme de droit privé devant normalement n’être soumis à aucune pression de l’Etat alors, il faut aussi qu’il se dispense d’utiliser l’argent public et qu’il rende celui qui lui a été alloué ; de même il faut qu’il se dispense aussi d’aller chialer au Ministère pour quémander des missions d'ordre public qu’il ne pourra pas remplir (cf lettre borniche qui n’a pas été inspiré favorablement par son 64 ème anniversaire ☺ )

L’oni n’a rassemblé personne. Il a totalement dynamité la profession et distendu encore plus, les maigres liens inter sectoriels…

Enfin Madame Touba frappée dans votre dignité égratignée de présidente du soit disant 1er syndicat des IDEL et toute nouvelle conseillère ordinale,

L'éthique des IDE(L), c'est la loi, c'est le droit, c'est le CSP, ce sont nos règles pro, les textes, contrats, engagements, fiches de poste...etc.

Mais il s'agit d'abord et avant tout de notre conscience professionnelle et personnelle dans nos rapports aux autres qu’ils soient patients ou collègues.

L'ordre ne s'applique qu'aux seuls inscrits qui sont ultra minoritaires.

Mais même parmi les inscrits (de gré ou de force...), il y a une rupture d'égalité de droit dans les 53 cdoi dans l'incapacité de fonctionner par rapport à ceux qui ont atteint le quorum. Et c’est au nom de cette incapacité/incompétence que l’ordre et le sniil entre autres revendiquent, que dis-je exigent les missions de l’ARS et leur personnel en les conspuant au passage ?

Bernadette Fabregas

Avatar de l'utilisateur

259 commentaires

#7

Intitulé du communiqué...

Moutarde, simple reprise du début du communiqué du Sniil ; pas la peine de venir nous chercher sur la question du parti pris...

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#6

RAPPEL !

2/3 des IDE ne sont toujours pas convaincus depuis bientôt 8 ans, par l’oni et ses sbires.

95 % d’abstention lors des dernières élections des cdoi pour la profession entière.

78 % d’abstention chez les inscrits convaincus ou contraints par de très vilaines manières ☹ ☹ ☹

Utilisateur supprimé

Avatar de l'utilisateur

494 commentaires

#5

Premier en quoi ?

Le syndicat en question c'est le "sniil".

Pas sniil, premier syndicat infirmier libéral

On voit le parti pris ☺ ☺ ☺

rchristian13

Avatar de l'utilisateur

1 commentaires

#4

DOMMAGE

Encore une évolution de la profession qui part en cacahuète.

Si dès la création de l’ordre on avait mis une date butoir d'obligation d'inscription avec sanction à la clef (Impossibilité d'exercice) on en serait pas là, déjà que l'on a des syndicats fantôme. il montre encore leur inefficacité a défendre une profession.
Je remarque que comme c'est le cas dans d'autre domaine tout le monde veux le changement sans rien changer.
Qui sera l'interlocuteur du gouvernement et de la sécu, qui proposera une évolution de la profession ?
On nous dit que le code déontologique ne sortira peut être pas.
Notre profession représente plus de 600 000 professionnels, c'est sur qu'une instance représentative de plus gène le gouvernement.

ridfa69

Avatar de l'utilisateur

114 commentaires

#3

PAS TROP TARD

ciao le truc qui sert à rien et qui coute une blind
ma peur qu'il survive avec les idels avec cotisation à 400 euros

eusèbe

Avatar de l'utilisateur

497 commentaires

#2

Cadeau d'anniversaire.

Les plumes collaboratrices ont offert un beau cadeau d'anniversaire au président avec cette lettre adressée à Madame Marisol Touraine avec copie au Premier Ministre et au président de la Cour des Comptes : de la belle et grande prose !

Il en ressort, entre autres, que tous les moyens sont bons pour contraindre les professionnels d'adhérer et de cotiser, car on ne peut pas dire que, sur ce coup là, ce soit un effort pour convaincre.

L'ordre infirmier a atteint un point de non-retour, reste à savoir la date de fin...

Bernadette Fabregas

Avatar de l'utilisateur

259 commentaires

#1

Réaction du Sniil...

Par communiqué du jour, le Sniil, premier syndicat infirmier libéral, rappelle un certain nombre d'arguments et e positions... C'est à lire sur http://bit.ly/1v8iBcQ