GRANDS DOSSIERS

Élection présidentielle 2017 : les étudiants font leurs propositions

par .

Cet article fait partie du dossier :

Présidentielles

    Précédent Suivant

La Fédération Nationale des Étudiants en Soins Infirmiers (FNESI) a révélé, à quelques jours du premier tour de l'élection présidentielle, ses propositions pour assurer le futur des ESI et l'avenir de la profession infirmière. Elle prône notamment l'intégration universitaire de l'intégralité de la formation et l'accès pour tous aux études de soins infirmiers. Explications

Groupe d'étude

Élection présidentielle 2017 : les étudiants en soins infirmiers ont eux aussi leur mot à dire.

Durant une dizaine de jours, la Fédération Nationale des Étudiants en Soins Infirmiers (FNESI) a dévoilé une à une ses propositions à l'attention des candidats à l'élection présidentielle 2017 au travers de la campagne #AssuronsNotreFutur. En tête de ses suggestions figure l'intégration pleine et entière de la formation en soins infirmiers à l'université. Comme le rappelle l'organisation étudiante, actuellement, les ESI ne bénéficient pas pleinement des dispositifs ou installations telles que les technologies numériques ou les laboratoires de simulation. De plus, ils ne sont que rarement au contact des autres étudiants en santé, ce qui est une barrière supplémentaire à l'interprofessionnalité. Il s'agit également de favoriser les passerelles entre les formations pour avoir la possibilité de bénéficier d'ne réorientation adaptée. Par ailleurs, les ESI ne disposent pas d'un accès à l'ensemble des services universitaires tels que le SUAPS (sport), les SUMPP/CSU (santé), la BU ou encore le SUIO (orientation), une inégalité contre laquelle s'insurge la FNESI depuis de nombreuses années. D'autant qu'en matière de droits, il existe aussi de nombreuses disparités (logement, restauration, aides financières, régimes spéciaux d'étude et année de césure) entre ESI et étudiants universitaires que dénonce l'organisation étudiante.

Autre proposition phare de la FNESI : permettre l'accès pour tous à la formation en soins infirmiers. Elle souhaite en effet que le concours de sélection, source de précarisation et de sélection sociale, soit supprimé. La FNESI pointe notamment du doigt le fait que les candidats sont souvent amenés à postuler dans différents établissements pour optimiser leurs chances et doivent ainsi s'acquitter de nombreux frais. Elle propose d'améliorer l'orientation des futurs étudiants et de développer l'outil admission post-bac pour l'entrée en institut de formation en soins infirmiers. Cela permettrait de tenir compte du parcours global du candidat et de son lieu d'habitation. La FNESI estime que cette modification de la sélection n'aura pas d'impact sur le nombre de places dans les IFSI, ceux-ci ne sont pas autorisés à accepter plus de places que prévues.

À l'instar de l'Ordre des infirmiers, la FNESI milite pour qu'une véritable filière en sciences infirmières soit créée et pour que le le rôle de l'infirmier de pratique avancée (IPA) soit reconnu. Elle déplore qu'actuellement, hormis les spécialisations, les infirmiers disposent d'un choix de formation universitaire très restreint à la suite de leur trois années d'études. Il n'existe pas ou peu de domaines de recherche en sciences infirmière en formation master ou doctorat, comme cela...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)