AU COEUR DU METIER

Les assistants-médicaux : nouveau métier ou retour en arrière ?

Cet article fait partie du dossier:

Pratique avancée

    Précédent Suivant

Hélène Salette, secrétaire générale du Secrétariat international des infirmières et infirmiers de l’espace francophone (SIDIIEF) qui a pour mission de faciliter la mise en réseau de la communauté infirmière dans tout le monde francophone, de mettre en valeur le leadership infirmier et de promouvoir la contribution de la profession infirmière à la santé des populations, signe une tribune en faveur de la valeur-ajoutée de la pratique infirmière avancée. Pour elle, il s'agit de la meilleure option de réorganisation des services de santé. De fait, elle s'interroge sur l'annonce d'un nouveau métier en France : les assistants médicaux...

question spirale

Si l’introduction d’un nouveau métier à moindre coût paraît séduisante, elle n’est pas une solution valable à plus long terme car elle entretient un morcellement des soins...

Le gouvernement français a annoncé un plan de réorganisation des services de santé dans lequel il introduit un nouveau métier : les techniciens médicaux en structures ambulatoires. Ils sont présentés comme des professionnels qui aideront nos médecins dans les prochaines années... 15 à 20 % de temps médical pourrait être gagné. Cette vision consistant à consolider les services médicaux ambulatoires autour de la prestation médicale soulève des questions. En effet, cette orientation est à contre-courant des grandes tendances internationales. Un système de santé n’existe pas pour les médecins mais pour répondre aux besoins des patients.  Plusieurs rapports d’experts ont déjà affirmé que les systèmes de santé qui réussiront le mieux dans l’avenir s’appuieront sur des équipes interprofessionnelles fortes, compétentes et aptes à s’engager dans un nouveau partage des responsabilités. La qualité des soins et les services adéquats à la population en sont tributaires.

C’est dans cette optique que le 7e congrès mondial du SIDIIEF, tenu à Bordeaux (France) en juin 2018, a mis l’accent sur le déploiement de la pratique infirmière avancée comme réponse aux complexités croissantes des systèmes de santé dans le monde. Lancée au congrès, la publication récente du SIDIIEF, intitulée La pratique infirmière avancée – vers un consensus au sein de la Francophonie, conclut que l’efficacité et l’efficience de la pratique infirmière avancée peuvent être considérées comme probantes1.

Si l’introduction d’un nouveau métier à moindre coût paraît séduisante, elle n’est pas une solution valable à plus long terme car elle entretient un morcellement des soins. Des programmes spécifiques de formation en pratique infirmière avancée viennent de débuter en France. Dans la lignée des tendances internationales, le SIDIIEF applaudit le virage de l’introduction de la pratique infirmière avancée en France. La formation de nouveaux techniciens assistants-médicaux...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)