MODES D'EXERCICE

Les urgences ruent dans les brancards !

    Suivant

L'éternel refrain de la même chanson : les hôpitaux manquent de tout, que ce soit de moyens humains ou matériels. Cette fois, ce sont les services d'urgences qui allument le gyrophare pour exprimer leur ras-le-bol. Afin de démontrer à quel point la situation est catastrophique, ils ont décidé de lancer le « no bed challenge », un classement indiquant le nombre de patients qui a passé la nuit sur un brancard faute de lits d'hospitalisation. Véritable indicateur des dysfonctionnements hospitaliers, le constat est édifiant…

Bouée de sauvetage

Le personnel hospitalier veut alerter l'opinion publique sur la crise actuelle à travers un classement baptisé le "No Bed Challenge". En effet, les services d'urgence sont bondés au point que près de 200 patients par nuit dorment sur des brancards

Les urgences ruent dans les brancards suite aux manque de lits disponibles ! Voilà plus d'un mois que le gouvernement a lancé son fameux plan très attendu sur la refonte du système de santé. Le 22 mars dernier, une journée de mobilisation du secteur public était organisée pour contester contre les conditions de travail actuelles. Se jugeant peu écouté, le syndicat Samu-Urgence France a pris les choses en main. Depuis début janvier, les chefs de service d'urgences peuvent comptabiliser le nombre de patients qui a dû passer la nuit sur un brancard faute de lits d'hospitalisation. En tout, une centaine d'établissements s'est prêté au jeu sur les 650 recensés en France. Rendu publique sur le site du Parisien, ce classement baptisé le « no bed challenge » révèle une bien triste vérité : on y découvre que 200 patients par nuit dorment sur un brancard !

Depuis la mise en place de notre classement, 19 000 personnes ont passé la nuit sur un brancard

Un manque de données chiffrées à combler…Si cela fait des années que l'hôpital est en crise, des indicateurs pour chiffrer l'ampleur du naufrage manquaient cruellement. Si le dispositif hôpital sous tension a été déclenché dans 97 établissements sur 639 assurant les urgences donnait un aperçu, la déliquescence des services demeurait largement sous-estimée. C'est d'ailleurs ce que souligne Christophe Prudhomme, porte-parole de l'Association des médecins urgentistes de France (AMUF)...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)