LEGISLATION

Quid du secret professionnel dans l'utilisation des réseaux sociaux ?

Cet article fait partie du dossier :

Profession infirmière et législation

    Précédent Suivant

Les soignants sont soumis au secret professionnel ! Rien de neuf sous le soleil, évidemment… Nous sommes, cependant, dans une société ultra connectée avec de plus en plus de collaborateurs natifs numériques pour lesquels les réseaux sociaux sont une routine quotidienne. Loin de moi l’idée d’affirmer que d’aucuns n’ont pas de scrupules à briser le secret professionnel mais bien que, parfois, soit par ignorance des contours légaux, soit par mégarde ou encore en se pensant à l’abri derrière un écran, certains vont trop loin et que le dérapage est possible… A tout le moins, le risque zéro n’existe pas ! Ainsi, l’actualité récente, en Belgique, nous rappelle que des débordements ne sont pas à exclure...

Les réseaux sociaux ne sont pas une zone de non-droit !

Professionnel de santé sur un ordinateur

Gare à la violation du secret professionnel sur les réseaux sociaux...

Début septembre, une fuite fait apparaître au grand jour une pratique peu reluisante de six infirmiers d’une maison de repos et de soins (MRS) de Puurs, en Province d’Anvers au nord de la Belgique. Ils avaient créé un groupe secret sur Facebook dont ils étaient les seuls membres. Dans cet espace fermé, où probablement se pensaient-ils totalement en sécurité, les six infirmiers postaient des photos dégradantes de patients de la MRS. Si un groupe fermé est effectivement sécurisé et qu’il est théoriquement impossible pour un non-membre d’avoir accès aux informations qui y sont publiées, il faut aussi tenir compte du facteur humain. Ainsi, en plein divorce, l’épouse d’un des infirmiers concernés a-t-elle eu accès à l’ordinateur familial et au groupe fermé. Elle a donc informé les autorités médicales de la maison de repos et de soins qui, dans la foulée, ont convoqué les six infirmiers afin de les licencier, sans préavis, pour faute grave. En outre, une plainte a été déposée auprès du parquet compétent, ce qui signifie que, en plus de leur licenciement, les infirmiers impliqués risquent une amende et/ou une peine de prison…

D’autres exemples de dérapages sur les réseaux sociaux existent : aux Etats-Unis, au début de 2015, une infirmière a été congédiée parce qu’elle a annoncé sur son Twitter la naissance et le prénom de l’enfant d’une actrice célèbre qui souhaitait la discrétion autour de son accouchement. A Fortaleza, au Brésil, en 2014, une infirmière a perdu son emploi après avoir publié sur YouTube une vidéo réalisée sur le vif avec son...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)