RECHERCHE

La recherche paramédicale avance... encore et toujours !

par .

Cet article fait partie du dossier :

Recherche en soins infirmiers

    Précédent Suivant

Depuis 2013, date où le CHU d'Angers, grâce à l'engagement de son Directeur général d'alors Yann Bubien, a organisé les 1eres Journées Francophones de la Recherche en Soins (JFRS), l'événement est pérenne et, avec lui, le dynamisme de toute une communauté soignante, engagée, elle aussi, dans des actions concrètes de recherche pour le mieux-être des patients. En matière de recherche paramédicale, le temps a fait son oeuvre, et la discipline livre aujourd'hui de beaux projets, soutenus par des professionnels de santé pugnaces et créatifs pour qui le projet de Doctorat n'est plus un rêve mais une finalité inscrite dans un cursus universitaire cohérent. L'édition 2019 des JFRS qui a réuni quelques 400 professionnels du soin, en a livré un très beau reflet !

angers jfrs2019

Cette 5e édition l'a prouvé : la recherche paramédicale avance et s'enrichit de nouveaux travaux avec des perspectives pratiques au bénéfice des patients.

Voilà ce que disait Isabelle Fromantin, infirmière PhD, expert en Plaies et Cicatrisation à l'Institut Curie (Paris) lors de la 3e édition des JFRS en décembre 2016 : trop souvent encore, la recherche est positionnée à distance du soin, comme une discipline à part entière, compliquée à mettre en œuvre, très "intellectualisée" alors que la recherche en soin est une opportunité, un espace de liberté pour structurer des idées, des projets, et les mener à bien. Il s'agit même de revendiquer un double espace de liberté : celui de penser mais aussi de panser, dans une belle synergie qui reflète, amplifie et valorise la démarche clinique du professionnel de santé. Nous montrons ainsi notre engagement, notre "foi" en la recherche pour le mieux-être des patients que nous prenons en charge et qui restent au coeur de nos préoccupations.

Il semble bien que cette manière de voir, de vivre et d'habiter la recherche paramédicale ait fait des émules lors de l'édition 2019 des JFRS, à Angers, les 28 et 29 novembre derniers, si l'on en juge par le nombre de projets de recherche présentés et leur qualité scientifique mais aussi la vivacité, l'engagement et l'expertise de leurs auteurs. Et les perspectives semblent excellentes d'autant que si, jusqu'à présent, les infirmier(e)s qui menaient des travaux de recherche le faisaient sous le couvert d'autres spécialités, l'annonce récente de l'ouverture d'une nouvelle section au sein du Conseil National des Université (CNU) en "Sciences Infirmières" leur ouvre la voie vers le titre de Docteur en Sciences infirmières.

Pour tout soignant, en effet, s’investir dans la recherche est un moyen de garder élevé son niveau de satisfaction au travail, de réfléchir en continu à la qualité des soins et aux moyens de la préserver ; une magnifique mission qui, par les temps qui courent, devient plus que nécessaire.

La recherche paramédicale : un mode d'action au quotidien

Sylvie Solorzano, Directrice des soins, coordinatrice des Instituts et Écoles au CHU d’Angers et responsable de la Recherche Paramédicale au sein de cet établissement, le soulignait lors de l'interview qu'elle nous donnait à la veille des 5e Journées Francophones de la Recherche en Soins 2019 : nous ne parlons plus de recherche uniquement en soins infirmiers mais bien de recherche paramédicale et donc d’interdisciplinarité. Les autres filières, notamment les kinésithérapeutes, les ergothérapeutes ou les manipulateurs d’électroradiologie médicale (MERM), sont également très actives en matière de projets de recherche. Il est important que les acteurs paramédicaux de toutes filières se rencontrent et impulsent des travaux en lien avec des prises en charge pluri professionnelles. Les soignants prennent conscience que la recherche peut aussi être un mode d’action au quotidien, qui approfondit, vérifie et restructure une pratique soignante. Les JFRS contribuent à cette évolution de perception.

La recherche paramédicale avance et s'enrichit de nouveaux travaux avec des perspectives pratiques au bénéfice des patients.

La prévention en santé : domaine d'activité et de recherche

Les débats, cette année, se sont portés sur la prévention en santé. On a beaucoup parlé de prise en charge curative lors des éditions précédentes, mais peu de prévention. Or, celle-ci constitue un enjeu fort des politiques de santé actuelles, notamment affirmé depuis dans le projet "Ma Santé 2022", rappelait Sylvie Solorzano. Ljiljana Jovic, Présidente du Comité scientifique des JFRS 2019, argumentait dans ce sens, l'étendue des missions des professionnels de santé est large allant de la promotion de la santé, aux soins curatifs et palliatifs. Le systéme de santé français, longtemps centré sur les soins curatifs, met l'accent sur la prévention primaire, secondaire et tertiaire. Les professionnels de santé, quel que soit leur milieu d'exercice ou leur fonction, s'engagent aujourd'hui dans des activités de dépistage et/ou de soins, conseils et recommandations qu'ils prodiguent pour une vie plus saine. L'accélération de la recherche et la mise en relation plus rapide entre les phénomènes observés et les pathologies connues, aiguës ou chroniques, l'apparition de nouvelles maladies permet de disposer des connaissances pour comprendre et agir. Le sujet est vaste, les questions nombreuses et le champ de la recherche immense et passionnant.

180 secondes pour convaincre

Mettre du concret dans les projets de recherche, les présenter de façon simple et compréhensible de tous, démocratiser d'une certaine façon la recherche paramédicale, la rendre accessible, telle est la finalité de "Ma recherche en 180 secondes", moment fort des JFRS. Initiée lors de l'édition 2018, cette session créative et récréative puisque c'est le public qui vote, a permis à 17 candidats de présenter leur sujet et leur travail avec des thématiques très variées : améliorer les programmes nutritionnels, suivi des jeunes suicidants, sommeil des prématurés, accompagnement des patients BPCO, prévention des effets délétères de l'hormonothérapie, actions auprès de patients souffrant de polyarthrite rhumatoïde, utilisation de vibrations pour les suites d'un AVC... 180 secondes c'est très court et le chronomètre peut ne pas être toujours le meilleur ami du chercheur ! Une chose est sûre cependant, l'enthousiasme était au rendez-vous, tant du côté des chercheurs que de l'assemblée : créativité, expression, éloquence, envie, engagement, pugnacité... autant d’éléments qui servent le leadership infirmier et plus largement le leadership paramédical !

Des soignants recompensés pour leurs travaux de recherche, des projets qui mettent en valeur le dynamisme d'une communauté que l'on dit trop souvent et globalement déprimée, voire désespérée...

Des récompenses pour certains, la reconnaissance pour tous !

Il est de coutume, lors des JFRS, de récompenser quatre projets de recherche, dans quatre catégories spécifiques : Prix scientifique du Jury du meilleur poster, Prix du public du meilleur poster, Prix de la meilleure communication orale libre et Prix de la meilleure présentation "Ma recherche en 180 secondes". Voici donc les lauréats 2019 :

L'invitation de Laurent Poiroux, responsable scientifiques des JFRS, Coordinateur paramédical de la recherche au CHU d’Angers, Coordonnateur du réseau Recherches et Innovations Paramédicales du GIRCI Grand-Ouest, venez intégrer une communauté enthousiaste, dynamique engagée dans l'innovation et la qualité du soin a bien été entendu. Les JFRS, poursuit-il, sont en effet un temps de rencontres entre chercheurs novices, chercheurs expérimentés et paramédicaux en quête de perspectives et ce, dans une dimension interprofessionnelle puisque quasiment toutes les professions paramédicales y sont représentées, favorisant ainsi une approche croisée. Au fil des communications, on a en effet pu entendre des infirmier(e)s hospitaliers mais aussi libéraux, des puéricultrices, des infirmiers anesthésistes, des infirmier(e)s de pratique avancée, des cadres de santé, des diététiciennes, des kinésithérapeutes, des ergothérapeutes, des anthropologues, des psychologues cliniciens, des coordonnateurs de recherche paramédicale, des médecins de santé publique... Une communauté soignante engagée dans sa pratique, tournée vers l'expertise clinique au service de la personne soignée. Le patient, lui-même, n'était pas absent des débats. Hélène Constant, patiente experte, ou ressource, au CHU de Nantes, a montré à partir de son expérience personnelle, sa volonté de reprendre le pouvoir sur sa santé et son désir de voir le patient ressource impliqué, intégré dans les programmes d'éducation thérapeutique et à en montrer les bénéfices. La boucle est ainsi bouclée : une synergie au bénéfice de tous, professionnel de santé et patient.

Les JFRS 2019 : une édition très réussie si l'on en juge par le nombre de projets de recherche présentés et leur qualité scientifique mais aussi la vivacité, l'engagement et l'expertise de leurs auteurs.

Bernadette FABREGASRédactrice en chef Infirmiers.combernadette.fabregas@infirmiers.com @FabregasBern

Retour au sommaire du dossier Recherche en soins infirmiers

Publicité

Commentaires (0)