MEDICAL

Les infirmiers "acteurs de la vaccination" selon l'Ordre des médecins

Cet article fait partie du dossier:

Médecin

    Précédent Suivant

Le 20 juin dernier, le président du Conseil national de l'ordre des médecins (Cnom), le Dr Patrick Bouet, s'est prêté au jeu des Contrepoints de la Santé, série de débats thématiques. L'occasion de faire un tour d'horizon de l'actualité de l'ordre, mais aussi de rappeler sa position sur certaines problématiques et sujets d'actualité. Merci à Hospimedia de partager cet article avec la communauté d'Infirmiers.com.

bébé vaccin

La vaccination doit être dans le champ de compétences des quelque 670 000 infirmiers de France, ils sont déjà en capacité de le faire martelle Patrick Bouet, président de l'Ordre des médecins

Patrick Bouet a notamment réaffirmé sa demande d'ouverture du décret de compétences des infirmiers pour être les acteurs de la vaccination. Quid de la vaccination par les pharmaciens d'officine ? La vaccination doit être dans le champ de compétences des quelque 670 000 infirmiers de France, ils sont déjà en capacité de le faire. Nous sommes pour les transferts lorsqu'ils se font avec les infirmiers ou des professions paramédicales, précise le président du Cnom. Plus généralement, au sujet de la prévention, Patrick Bouet a réaffirmé sa position en faveur de l'obligation vaccinale de la grippe pour les professionnels de santé, faisant écho aux déclarations de la ministre des Solidarité et de la Santé, rencontrée il y a quelques jours.  Il a en outre expliqué que la prévention devait être reconnue comme étant au cœur de la compétence des médecins... et donc mieux valorisée et rémunérée.

Il a dressé également le constat d'un système ébranlé par des problèmes majeurs. Et le président de citer l'attrait des jeunes pour les métiers de la santé mais qui ne savent plus où ni comment faire ; la population, qui attend un service public de qualité à ses côtés… La solution, répète Patrick Bouet, se trouve dans les territoires. Ce qu'il faut aujourd'hui, c'est une gouvernance qui ait pour mission d'aller au plus près des territoires, poursuit-il considérant que les ARS doivent devenir des facilitateurs d'initiatives, prônant ainsi une organisation dont l'impulsion se trouve dans les territoires. Ces déclarations s'inscrivent dans la lignée des travaux du Cnom et notamment la mise en ligne de l'outil cartographique visant à analyser les besoins du territoire. Côté formation, Patrick Bouet s'est prononcé en faveur de la construction le plus tôt possible du projet professionnel pendant les études médicales et d'une meilleure mise en lien entre formation, numerus clausus et territoires. Concernant la formation continue, il a évoqué le projet de recertification proposé par le Cnom, tout en rappelant qu'il faut renforcer les partenariats avec les universités.

Plus largement, l'avenir du système de santé doit doit passer par le dialogue entre gouvernance, professionnels et usagers, estime-t-il. Patrick Bouet s'est enfin exprimé sur les situations de souffrance des professionnels de santé et l'importance de mieux la prendre en charge. Il faut reconnaître le médecin comme étant au cœur de la société et de la bientraitance républicaine, a-t-il conclu.

HospimediaClémence  NAYRAC

Cet article a été publié sur HOSPIMEDIA le 20 juin 2017. Tous droits réservés 2001/2017 - HOSPIMEDIA

Retour au sommaire du dossier Médecin

Publicité

Commentaires (0)