GRANDS DOSSIERS

« Je ne suis pas là pour opposer les professions », mais…

Cet article fait partie du dossier :

ONI

    Précédent Suivant

Le 17 mai dernier, la commission d’enquête sur l’égal accès aux soins des Français a auditionné les Ordres paramédicaux. Patrick Chamboredon, président de l’Ordre infirmier était présent pour défendre la voix de la profession. Du décret à venir sur la pratique avancée à l’universitarisation de la formation, l’essentiel des sujets d’actualité ont été balayés durant cette matinée riche d’échanges.

Patrick Chamboredon

Les ordres des professions paramédicales ont été auditionnés à l’Assemblée nationale sur l’accès aux soins.

Pratique avancée, universitarisation, vaccination, maisons de santé ou télémédecine, le président de l’Ordre des infirmiers (ONI), Patrick Chamboredon, s’est exprimé sur la plupart des préoccupations actuelles de politique de santé ce 17 mai dernier. Profitant de l’audition des Ordre paramédicaux par la commission d’enquête sur l’égal accès aux soins des français sur l’ensemble du territoire et sur l’efficacité des politiques publiques mises en œuvre pour lutter contre la désertification médicale à l’Assemblée nationale, le président de l'ONI a tenu à défendre la profession qu’il représentait.

D’abord questionné sur le décret qui posera le cadre de la pratique avancée, le président de l’Ordre a clairement montré son désaccord face à ce texte décevant qui manque d’ambition. Selon lui, il a finalement été l’objet de beaucoup de lobbying. Si les infirmiers étaient les premiers concernés nous n’avons pas eu la liberté que l’on souhaite. (…) On se retrouve avec des textes qui nous obligent à écrire des protocoles et à rendre compte comme si on était des petits garçons. Patrick Chamboredon est également revenu sur l’absence de champ d’application des infirmiers en pratique avancée en psychiatrie et en santé mentale alors que l’on sait que dans les centres médico-psychologiques de proximité il y a un déficit de médecins psychiatres. De même, les IPA pourraient aussi tenir un rôle dans l’éducation nationale ou en santé au travail, là où les infirmiers sont les seuls, à ce jour, à faire des consultations assez régulièrement.

On a vu un texte qui était en deçà de toutes les attentes et de tout ce qui avait été exprimé. Une difficulté d’être entendu pour les professions paramédicalesOn avait demandé le premier recours, direct à l’infirmier. C’est niet, pas possible ! Le président de l’Ordre rappelle que les syndicats ont également critiqué le projet de décret affirmant qu’il n’est pas en phase avec ce qui est la réalité et les besoins du patient. Le terme de...

Prolongez gratuitement votre lecture !

Afin de vous proposer une information et des services personnalisés, certains contenus d'Infirmiers.com sont en accès limité. Identifiez-vous pour bénéficier gratuitement de l'intégralité des articles.

Se connecter
Mot de passe oublié ?

Créer mon compte

Vous n'êtes pas encore inscrit sur Infirmiers.com ? Créez votre compte en quelques clics. C'est gratuit !

M'inscrire

Publicité

Commentaires (0)